L’événement


L’événement

A la fin du XIXe siècle, au petit matin du mercredi 23 février 1887, en Ligurie et dans les Alpes-Maritimes, s’est produit l’un des tremblements de terre le plus catastrophique qu’ait connu le sud méridional de la France, faisant 635 morts et 555 blessés sur la Riviera Ligure.
En France on compte une dizaine de victimes dont 8 dans les Alpes-Maritimes : 2 à Castillon ; 2 à la Bollène Vésubie ; 2 à Bar-sur-Loup et 2 à Nice. On compta également une victime à Saint-Pierre d’Entrevaux dans les Alpes de Haute Provence et une autre à Marseille.
Ce séisme qui devait probablement avoir une magnitude comprise entre 6.5 et 6.8, a eu comme intensité maximale X provoqua d’importants dégâts sur les habitations Le foyer était situé en mer, au large probablement entre Diano Marina et Imperia.

Ce tremblement de terre a été ressenti sur un vaste territoire, jusqu’au delà de Montpellier à l’ouest, à Bâle au nord, à Venise et à Rome à l’est, dans toute la Corse et jusque dans le nord de la Sardaigne, soit sur un rayon de 300 km depuis l’épicentre, ce qui représente une étendue supérieure à environ 300 000 km2.
La commotion a été perçue à l’ouest dans le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône, le Gard, l’Hérault, la Lozère ; au nord-ouest dans les Hautes-Alpes, la Drôme, l’Isère, l’Ardèche, la Haute-Loire, le Puy de Dôme, la Loire, le Rhône, l’Ain ; au nord dans le Piémont, la Savoie et la Suisse ; au nord-est dans la Lombardie ; à l’Est jusqu’à Florence.
La première secousse destructrice se produisit à 6 h 20 heure de Rome, suivie d’une seconde dix minutes plus tard à 6 h 30, puis d’une troisième moins violente à 6 h 40. Quant à la quatrième, très vive, elle a eu lieu à 8 h 50 et poursuivit son travail de démolition.

JPEG - 14.1 ko
Signal du séisme
Oscillation des appareils magnétiques de l’observatoire de Greenwich par le tremblement de terre du 23 février 1887

La situation en Ligurie

Lors de ce séisme, l’état du bâti a été en fait, l’une des principales causes de destructions. En Ligurie les précédents événements de 1818 – 1831 et 1854 ont malgré tout contribué à une mise en état de vulnérabilité successive des constructions. Cette situation fut aggravée par la grande pauvreté économique qui régnait à ce moment là sur le pays. La zone de dégâts s’est concentrée sur la frange littorale et ’est propagée sur le pays montagneux qui va du col d’Altare au-dessus de Savona à Millesimo, Mondovi et aux régions limitrophes. La secousse a été forte, mais sans dommage important dans les provinces de Cuneo, d’Alexandrie et de Turin. Elle a été plus légère dans les plaines et dans les vallées de la province de Novare et en Lombardie, faible ailleurs en Italie.
La population restée sans abri s’éleva à plus de 60 000 habitants.
236 communes ont bénéficié d’aide de l’état, 71 en province de Gênes, 106 en province de Porto Maurizio en région Ligure, et 59 en province de Cuneo en région du Piemont.

Les effets dans les Alpes-Maritimes

Les dégâts ont été évidemment moins importants dans les Alpes-Maritimes que sur la Riviera italienne.
Cependant les villes de Menton et de Nice ont été très affectées (un peu moins pour Nice), les villages de Castillon, Peille, la Bollène Vésubie, Bouyon, Clans, Bar-sur-Loup etc... ont été fortement endommagés.

Les quartiers situés en bordure de cours d’eau sur des terrains alluvionnaires, ont connu d’importants dégâts à Nice et à Menton, liés probablement au phénomène de liquéfaction du sol.

A Nice, à l’intérieur d’un périmètre comprenant le quartier de St. Etienne et le sud de la Gare depuis le vallon de Magnan, jusqu’à l’avenue de la Gare (bd Jean Médecin), 18 maisons furent évacuées pour d’importantes réparations. Dans le quartier situé entre la voie ferrée, le boulevard Carabacel, l’avenue de la Gare et le Paillon, 14 habitations subirent le même sort pour les même raisons. Entre le Paillon, la route de Turin, le boulevard de Riquier et la mer, 15 immeubles connaîtront un traitement analogue. Contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer, les secousses n’ont eu que des effets secondaires dans le vieux Nice et les hauteurs de Cimiez. A Menton, le quartier Partouneaux, ceux de la gare, de Saint-Benoit, les bords du Carei et du Borrigo ont subi d’importants dommages. Certaines rues furent sillonnées de crevasses et les bordures de trottoirs séparées de la chaussée. En revanche le quartier de la Madone a été le moins affecté.

PNG - 214.6 ko
Effets du séisme à Menton
Rue Partouneaux à Menton lors du séisme et de nos jours.
(Photos : collection Didier Moullin à gauche et cliché André Laurenti à droite)

Au village de Bonson qui surplombe la vallée de Var, un quartier entier dénommé la Tour et comprenant quatorze maisons, s’écroula subitement.

PNG - 358.7 ko
Village de Bonson
Localisation du quartier de la "Tour" à Bonson.
(Photos : A. Laurenti)

Au Broc, le village par lui-même a peu souffert, seuls les quartiers environnants des Fougassières, des Carlons, de la Germaine et de la Clave subirent de gros dégâts. Au Clos Martel, huit maisons et un bastidon composant le quartier des Soutrans furent fortement endommagés, 16 personnes se trouvèrent sans abri.

Les mouvements de terrain

Les éboulements ont été relativement nombreux un peu partout dans le département. Un éboulement se produisit sur la route du col de Braus, entre l’Escarène et Sospel sur une distance d’environ 1 600 m. Sur la même route, au-dessus de Touët de l’Escarène la chaussée s’effondra sur 50 m dans les lacets qui mènent au col.

Entre Rourebel et Saint-Antonin, des blocs énormes obstruèrent le chemin vicinal. A Séranon des rochers se détachèrent subitement de la montagne, probablement celle du Baous Roux.

PNG - 421.6 ko
Eboulement de Séranon
Entre les localités de Séranon et Caille, on retrouve dans le paysage, les rochers probablement tombés lors du séisme. Quelques résidences secondaires ont été construites à cet endroit.
(Photos : A. Laurenti)
PNG - 407.2 ko
Eboulement de Séranon
(Photos : André Laurenti)

A Villefranche, un éboulement important eut lieu au Pont de l’Arma interrompant la RN7. Le chemin conduisant à la Madone Noire, fut fortement ébranlé et au-dessus du tunnel de la S.N.C.F. au lieu-dit "Malariba", une crevasse de 15 cm parcourut le mur dans la direction est-ouest.

JPEG - 15.7 ko
Villefranche-sur-Mer
Au premier plan le lieu-dit "Malariba" De nombreuses constructions ont été édifiées au dessus de la zone sensible.
(Photo : A. Laurenti

D’autres éboulements se produisirent dans les environs de Sospel mais l’imprécision des faits ne permet pas de situer l’événement.
La montagne du Barbonnet au-dessus de Sospel fut fendue sur toute sa hauteur par des fissures perpendiculaires au nord magnétique. Elles mesuraient 3 mm au col St. Jean et 1 cm aux lacets les plus hauts. A Menton, la propriété cultivée de M. Buscio, située au quartier Guglione, subit d’importants dégâts. Des gros blocs de pierre se détachèrent du haut de la colline et détruisirent une vingtaine de murs en pierre sèche, arrachant oliviers et citronniers au passage.

Tsunami

La secousse majeure a provoqué des mouvements de mer d’amplitude variable à Villefranche, Menton, Nice et Antibes, celles-ci n’ont pas dépassé un mètre. A Antibes la mer a baissé d’un mètre pour remonter d’autant presque à la hauteur du quai. A Marseille, le marégraphe n’indiqua aucune agitation de la mer mais les ondulations allant d’est en ouest, furent ressenties et de brusques trépidations s’accompagnèrent de mugissements souterrains.


Commentaires

Logo de pascal
jeudi 16 juin 2016 à 14h00, par  pascal
L’événement

Très intéressant, je vais faire un lien vers ce site depuis mon site consacré à la région du 06 (sous l’angle du cross en parapente) www.myniceflights.com, mes lecteurs sont friands de sciences.

Navigation Azurseisme

Articles de la rubrique

  • L’événement

l'actualité Azurseisme

8 avril - Séisme de Demonte

Les réseaux régionaux ont détecté le 8 avril 2017 à 9h52 TU soit à 11h52 heure locale, un séisme (...)

23 mars - Conférence sur l’Etna au Haut de Cagnes

"Le Cercle des Amis" du Haut de Cagnes, organise dans ses locaux le vendredi 31 mars à 18h30 une (...)

10 mars - Séisme à Pampelone

Le Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.) a détecté un séisme de magnitude (...)

27 février - Restitution et rapport du séisme d’Amatrice

RESTITUTION DU SEISME D’AMATRICE A NICE Suite aux séismes des Apennins, une mission de (...)

4 février - Séisme en Martinique

Un séisme de magnitude 5.7 Mw (source Centre Sismologique Euro-Méditerranéen C.S.E.M.), magnitude (...)