Séisme d’Entracque 1966


Vallée de Gesso province de Cuneo

Le 7 avril 1966, à 19h39 TU soit à 20h39 heure locale, s’est produit une très forte secousse dans la région du Piemont occidental qui dura quelques secondes et fût accompagnée par un grondement souterrain intense. Ce séisme peu connu, a concerné la moyenne vallée de Gesso, tout particulièrement le village d’Entracque et a eu comme intensité maximale VI-VII sur l’échelle de Mercalli [1].
Les Annales de l’Institut de Physique du Globe de Strasbourg donnèrent pour cet événement, une magnitude de 4.4. [2]
A 19h55, soit à environ trois quart d’heures avant le choc principal, un événement précurseur d’une intensité IV-V avait déjà alerté la population et fût également accompagné par un grondement [1].

JPEG - 248.7 ko
Entracque
Cette commune de la province de Coni, est située en fond de vallée.
(Photo : André Laurenti)

Les effets :

Lors du choc principal de 20h39, les habitants furent pris de panique et sortirent dans les rues, certains passèrent la nuit dehors, de peur que d’autres secousses encore plus fortes provoquent des effondrements dans les maisons [1].
A la suite de cet événement, l’école et l’hôpital ont été légèrement endommagés, ainsi que de nombreux édifices pour la plupart vieux et vétustes.
Dans beaucoup de bâtiments, des lésions préexistantes, sans doute dues aux effets de mouvements antérieurs, s’aggravèrent [1].
Quelques jours après l’événement, des techniciens du Génie Civil de Cuneo sont venus avec les autorités locales, faire évacuer les personnes d’une dizaine d’habitations jugées dangereuses [1].
A Valdieri, le centre le plus important de la vallée de Gesso est situé à environ quatre kilomètres au nord d’Entracque, la secousse a été pour cette localité, d’une intensité un peu inférieure. Le séisme a provoqué une panique générale et la précipitation des habitants vers l’extérieur avec comme intensité VI. Il a été observé des fissures dans les plâtres et les murs de quelques vieilles maisons [1].

JPEG - 260 ko
Valdieri
Une commune située en pied de pente.
(Photo : André Laurenti)

Les intensités :

En dehors d’Entracque et Santa Lucia où l’intensité a été évaluée à VI-VII, le séisme a été également bien ressenti à Valdieri, Trinità et à Roaschia avec une intensité de VI, un peu moins à Roaschia V-VI, fortement à Andonno V, faiblement à S. Anna di Valdieri IV et légèrement à Terme di Valdieri III [1].
L’enquête s’est portée aussi sur tout le centre de la vallée Vermenagna qui conduit au col de Tende et celle de Val Grande qui mène à Pallanfre. Dans cette localité située à 1379 m d’altitude, sur le versant sud oriental du Mont Bussaia (2451 m), la secousse a été d’intensité V-VI ; un peu moins à Tetto Folchi (1 025 m) dans la même vallée avec une intensité de V [1].

JPEG - 233.8 ko
Andonno
Un village situé en pied de colline.
(Photo : André Laurenti)

Par la suite, les enquêtes ont été étendues aux centres des vallées de la Stura de Demonte, de la Grana et de la Maïra. Également dans certaines localités de la plaine à proximité de Cuneo [1].
Dans l’étude de ce séisme il est mentionné que Le tracé de la courbe d’intensité IV, comporte beaucoup d’irrégularité. On note par exemple, que la secousse a été fortement ressenti à Demonte, plutôt légèrement dans la localité voisine de Forani, elle est passée complètement inaperçue à Vinadio. Autre anomalie l’intensité de V à Moiola dans la vallée de la Stura, descend brusquement à IV à Valloriare et III à Valgrana pour augmenter à IV à Dronero et à Castignano dans la vallée de la Maïra [1].
Au nord, la secousse a été ressentie à Turin et à Gassino Torinese, soit à une centaine de kilomètre, ce qui ne fut pas le cas pour les autres localités situées dans cette direction, même proche de l’épicentre [1].
Vers le sud, après le tunnel de Tende la secousse a atteint le degré III à Tende et à Sospel ; II à Cap d’Ail, l’Escarène, Monaco et localement à Marseille. [3] [2]
L’intensité II concernerait les localités suivantes : Prali, Perosa Argentina, Scalenghe, Cercenasco, Vigone et Villafranca Piemonte, toute de la province de Torino. Les communes de Racconigri, Monasterolo di Saugliano et San Vittoria d’Alba de la province de Cuneo, à San Damiano de la province d’Asti et Montaldo Ligure et à Diano Marina en province d’Imperia [1].
Les détails sur le ressenti dans les Alpes-Maritimes sont plutôt rares. En effet, selon les Archives Départementales consultées pour cet événement, la presse locale n’a pas fait état de ce séisme qui a pourtant été bien ressenti. En raison de cet insuffisance de donnés, il n’est donc pas possible de réaliser une carte macrosismique plus élargie.

PNG - 221.2 ko
Carte macrosismique de la zone épicentrale
(Réalisation : André Laurenti)

Les répliques :

Dans la même journée, les deux secousses ont été suivies par trois répliques de moyenne intensité, la première à 21h08, la seconde à 22h48 et la dernière à 22h57. Durant le jour suivant, six secousses faibles se sont produites, quatre dans la matinée et deux l’après midi. Ces dernières furent ressenties dans la seule zone d’Entracque [1].

JPEG - 246.9 ko
Entracque
Est une commune située à 894 m d’altitude et regroupe 841 habitants.
(Photo : André Laurenti)

Deux autres légères ont eu lieu aux premières heures du 9 avril. Pendant quasiment tout le mois d’avril des secousses légères et fréquentes furent accompagnées par un grondement, parfois des grondements, mais sans secousses plus rarement perceptibles à Valdieri.
Durant le mois de mai, de légères secousses et grondements ont été ressentis de temps en temps, mais beaucoup moins souvent et moins fortes. D’autres secousses légères furent ressentis en juin et deux légères le 22 juillet à 21h20 et à 01h le 28 du même mois et enfin le 10 octobre à 02h09.
Ce séisme du 7 avril avait été précédé par un certains nombres de petits événements sismiques. En effet, cette activité a débuté en octobre 1965 et s’est poursuivi en mars 1966 par groupes de secousses de faible intensité, mais parfois avec de fréquence élevée, séparé par des périodes de repos plus ou moins longues.
Par exemple, selon une liste établie par le Génie Civil de Cuneo, il a été ressenti à Entracque dans la première moitié de janvier 1966, 30 secousses toute d’intensité inférieure à IV, plus précisément quatre d’intensité II, 22 d’intensité III, 3 d’intensité III-IV et une d’intensité IV [1].

JPEG - 236.6 ko
Entracque
L’église paroissiale de Sant’Antonino Martire ad Entracque.
(Photo : André Laurenti)

Hypothèse infondée :

La population d’Entracque accusa la station hydroélectrique.
Le barrage della Piastra d’une hauteur maximale de 88 m et d’un couronnement de 420 m de longueur, forme un plan d’eau de 12 millions de m3 environ sur une longueur de 1,8 km dans la vallée du Gesso d’Entracque et 300 m de large. Ce lac artificiel est situé à 897 m d’altitude et récolte les eaux des nombreux vallons affluents du Gesso, correspondant à un bassin versant de 245 km2. A partir du barrage l’eau est canalisée, elle passe dans une galerie percée dans la montagne, puis atteint par une conduite forcée de 4 m de diamètre, la centrale électrique d’Andonno à 700 m d’altitude en aval.
Les habitants prétendirent que la conduite aurait une fuite et perdrait l’eau sous la montagne ce qui serait à l’origine du phénomène sismique.
Lors de la venue du Préfet de Cuneo, celui-ci annonça que cette hypothèse était infondée et l’activité sismique est très fréquente dans la région [2].
Cependant, les scientifiques n’excluent pas que cette longue période d’activité sismique soit en relation avec le remplissage du lac barrage della Piastra. En effet, il a été mis en service en 1965. [2]

JPEG - 249.9 ko
Barrage della Piastra
Il est situé à peine en amont du village d’Entracque.
(Photo : André Laurenti)

Centrale électrique

A Entracque se trouve la plus grande centrale hydroélectrique d’Italie, la centrale Luigi Einaudi. Propriété de l’Enel, la centrale est entrée en fonction en 1982, mais les travaux de construction avaient débuté en 1969.
Cette centrale utilise l’eau du torrent Gesso di Barra au moyen de trois réservoirs :
lac della Piastra
lac della Rovina
lac del Chiotas
La centrale est en mesure de fournir 1200 MW de puissance électrique.

JPEG - 260.8 ko
Le barrage della Piastre
Au pied la centrale propriété de l’Enel.
(Photo : André Laurenti)

Sismicité historique

La sismicité historique de ce secteur ne fait pas apparaître d’événements forts. Selon les recherches de Giuseppe Mercalli, les séismes connus du secteur de Roccavione n’ont pas connus des intensités supérieures à VI, comme par exemple celui du 20 avril 1901 (Cuneo) et du 30 mai 1905 (Fossano). Autres séismes, celui du 23 mai 1835 dont l’épicentre était aux alentours de Boves, à proximité du débouché de la vallée Vermenagna. Le 30 août 1858 séisme d’intensité VI avec comme épicentre la basse vallée de la Stura à proximité de Demonte et enfin celui du 7 juin 1878 d’intensité VII qui a eu comme épicentre la basse vallée de la Maïra vers Castignano [1].
L’étude sur la sismicité Cunese conclut en ces termes que les tremblements de terre sont de loin très fréquents dans les vallées Cunese, et particulièrement celle de Gesso. Ils ont été considérés jusqu’à présent comme des tremblements de terre locaux, c’est à dire qu’ils sont caractérisés par une superficie macrosismique très limitée et, par conséquent, donne une profondeur hypocentrale très faible (peut-être en de nombreux cas, pas plus d’un kilomètre). Leur puissance a toujours été modeste et a rarement atteint l’intensité VI sur l’échelle de Mercalli. Il est probable que les secousses de ce type, du moins une partie, tirent leur origine dans des glissements brusques de terrain et des réajustements successifs à l’intérieur des masses calcaires, déjà fracturé de plusieurs blocs par effet de mouvements orogéniques et puis fortement érodés par l’abondante circulation des eaux souterraines.


[1] De Panfilis - G. Pannoccilla : contributo ad uno studio sulla sismicità del Cuneese i terremoti di Entracque del 7 Aprile 1966 - 13 juillet 1968

[2] Annales de l’institut de Physique du Globe - Tome IX - 1972

[3] La Stampa samedi 9 avril 1966


Commentaires

l'actualité Azurseisme

21 septembre - Quel risque sismique pour les Alpes-Maritimes

Quel risque sismique pour les Alpes-Maritimes ? En prélude de la fête de la science prévue le (...)

23 août - A propos du séisme d’Ischia (Italie)

Un séisme de magnitude 3.6 Ml (magnitude locale toujours confirmée), 4.0 Mw (magnitude de moment) (...)

22 juillet - Séisme de Kos (Grèce)

Un séisme de magnitude 6,6 (U.S.G.S.), 6.5 (Institut Grecque), 6.4 Mw (ReNaSS) s’est produit le (...)

12 juillet - Commémoration des 50 ans du séisme d’Arette

Le séisme du 13 août 1967 à Arette (Pyrénées-Atlantiques) représente avec celui de (...)

1er juillet - Séisme en Suisse

Le Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.) a détecté un séisme de magnitude (...)