Séismes légendaires des Alpes-Maritimes


Tout commence par une note manuscrite de l’historien niçois Louis Cappatti dans laquelle il évoque l’origine du village de Lantosque. Il attribuerait sa fondation à un guerrier toscan qui, à la tête d’une bande d’aventuriers, aurait livré combat aux Vésubiens. Victorieux et pour affirmer sa conquête, le Toscan aurait planté orgueilleusement sa lance au cri de "Lancia d’Osca" et aurait bâti un village qu’en mémoire de ce fait, prit le nom de Lancia d’Osca, puis Lan d’Osca [1].

L’auteur ajoute que ce bourg aurait été édifié au-dessous du lac de "Composio" où le torrent du Rion prenait sa source. Et à la suite d’un tremblement de terre, le lit du lac s’entrouvrit, produisant d’énormes éboulements. La bourgade d’Osque primitive fut détruite et les habitants descendirent dans la vallée et s’installèrent sur le rocher, à l’emplacement actuel [1].

Le séisme de 625

On fête chaque année à Roquebrune Cap Martin, le genêt car il est considéré comme étant le sauveur du village. En effet, on raconte à son sujet, qu’au VIIe siècle il y eut un tremblement de terre dévastateur. Il semblait que tout le versant allait disparaître au fond du golfe. Les blocs de rochers s’arrêtèrent à mi-pente, à l’endroit même où s’est érigé le village. Depuis, on prétend que Roquebrune a glissé et qu’un genêt l’a arrêté.

JPEG - 59.3 ko
Village de Roquebrune Cap Martin
(Photo : André Laurenti)

Par ailleurs, les travaux historiques d’Urbain Bosio, font état d’un tremblement de terre qui porta la désolation dans les Alpes-Maritimes. Des masses énormes de rochers se détachèrent des montagnes et écrasèrent des villages et des hameaux [2], sans toutefois préciser lesquels. L’auteur poursuit en évoquant la chute d’énormes rochers bordant la mer aux environs de Monaco.

JPEG - 80.5 ko
Roquebrune Cap-Martin
Un rocher situé entre Roquebrune et Monaco
(Photo : André Laurenti)

Ce séisme aurait entraîné un important affaissement de sol qui serait d’après lui, à l’origine de la falaise cernant le village de Roquebrune Cap-Martin [2].

JPEG - 63 ko
Roquebrune Cap-Martin
la trajectoire supposée du rocher
(Photo : André Laurenti)
JPEG - 60 ko
Roquebrune Cap-Martin
La falaise de Roquebrune évoquée par l’historien Bosio
(Photo : André Laurenti)

Autres informations, celles fournies par l’historien Jean Musso, dans un ouvrage intitulé Roquebillière notes d’histoire. L’auteur évoque un séisme vers l’an 566 ou 614. Il indique que les habitations de Roquebillière furent complètement détruites. L’effet dut être tellement violent, précise-t-il, que le Caire Del Mel, un sommet situé au dessus du village, fut comme déchiré de la partie restante du mont, laissant une large crevasse ressemblant en tous points, à une carrière déchiquetée par la main de l’homme [3]. Un autre auteur : J.B. Martel explique dans un ouvrage qu’en 614 un tremblement de terre eut lieu sur tout le littoral, depuis les Pyrénées jusqu’à l’extrémité de l’Italie. Il rajouta que dans la vallée de la Vésubie, les villages de Roquebillière et Lantosque furent particulièrement bouleversés [4]. Légende ou vérité ? nul ne le sait, il faut dire qu’aucun de ces historiens ne citent leurs sources. Pour l’instant on ne peut que se contenter de ces écrits et des traces éventuelles dans le paysage comme seules indices.


[1] L’Eveil : Extrait du journal du 2 juillet 1927 - Fond Louis Cappatti - bibliothèque des Chevaliers de Cessole Musée Massena à Nice

[2] Bosio Urbain : La Province des Alpes-Maritimes - Nice 1902 - bibliothèque Municipale de Menton

[3] Musso Jean, Félix et Auguste : Roquebillière notes d’histoire - Serre éditions 1981

[4] Martel J.B. : Histoire de Châteauneuf de Contes - Serre éditions 1989 - collection les Régionales


Commentaires

l'actualité Azurseisme

4 février - Séisme en Martinique

Un séisme de magnitude 5.7 Mw (source Centre Sismologique Euro-Méditerranéen C.S.E.M.), magnitude (...)

18 janvier - Nombreux séismes en Italie centrale

Selon l’Institut National de Géophysique et de Volcanologie (INGV), depuis la journée du 18 (...)

7 janvier - Séisme dans le Morbihan

Selon un communiqué du Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.), un séisme (...)

30 décembre 2016 - Bonne Année 2017

Avec plus de 100 000 visiteurs cette année, je vous remercie pleinement pour votre fidélité et (...)

29 décembre 2016 - Bilan 2016

Bilan de l’année 2016 Sur l’ensemble du territoire d’observation d’Azurseisme (47 000 km2), (...)