Beynes : séisme de 1863


Ce tremblement de terre s‘est produit le mardi 9 juin 1863 à 21h58, il a mis en émoi les habitants des Basses Alpes. A Digne après un bruit sourd, tout à coup le sol, les maisons et les meubles ont éprouvé des trépidations fort sensibles dans la direction du Sud au Nord. Les personnes couchées ont ressenti un balancement saccadé qui a duré au moins deux secondes.

JPEG - 157.2 ko
Commune de Beynes le vieux village
(Photo : André Laurenti)

_ Les effets
A Beynes, les secousses ont été plus violentes. L’église, le presbytère et plusieurs habitations ont beaucoup souffert. Presque tous les habitants ont passé la nuit dehors. Beaucoup de toitures ont été démolies, des tuiles sont tombées, des murs se sont écroulés, des blocs énormes de rochers ont roulé dans les champs. Le cimetière a également souffert [1].
A Mézel le tremblement de terre a causé quelques dégâts insignifiants [1]. Même bruit, même direction et même durée pour cette localité [2]. La presse du Var [3], du Gard [4] et de Provence [5] qui ont publié sur cet événement, n’apporte pas d’information complémentaire par rapport à l’article du journal des Basses Alpes [1]. Ils se contente simplement de reprendre plus ou moins les mêmes propos.
On ignore le ressenti ou les éventuels effets sur les localités proches de Beynes telles que : Châteauredon, Chabrières, Majastres, Estoublon et la Bégude Blanche.
Le peu d’information sur ce séisme local fait qu’il est parfois oublié des références locales.

JPEG - 140.2 ko
Église Saint-Pierre-et-Saint-Martin
(Photo : André Laurenti)

Observations sur le terrain
Le vieux village de Beynes est situé à 796 m d’altitude sur le flanc Ouest du Sommet du Suy (alt. 1 298 m) et dominé par la montagne de Beynes (alt. 1601 m). Cette commune est séparée de Mézel (alt. 575 m) par la rivière de l’Asse, affluent de la Durance. Les dégâts sur le village de Beynes ont probablement été amplifiés par la configuration topographique des lieux. En effet, Beynes est situé sur une barre redressée d’un pli constitué par des couches de conglomérat et de grès. L’habitat s’organise le long de ce pli, faisant corps avec le contexte, utilisant judicieusement par endroit, les lames rocheuses comme mur naturel de soutènement.

JPEG - 141.9 ko
Village de Beynes
L’habitat utilise les caractéristiques du terrain
(Photo : André Laurenti)

Ce phénomène d’amplification favorisé par cette particularité topographie locale a été constatée lors du séisme Ligure de 1887 sur l’ancien village de Castillon et le village de Bonson dans les Alpes-Maritimes. Pour ce dernier, c’est précisément le quartier entier de la Tour édifié sur une écaille rocheuse redressée verticalement de l’extrémité oriental de l’Arc de Castellane qui a été le siège d’importants dégâts. L’autre partie du village a moins souffert. _


[1] L’ami de l’ordre journal des Basses Alpes 11 juin 1863 (Sisfrance)

[2] Perrey A : Mémoires couronnes et autres mémoires publiés par l’académie des sciences des lettres et des Beaux Arts de Belgique T17 – Bruxelles 1865 (Sisfrance)

[3] Le Var – dimanche 14 juin 1863 – Médiathèque de Fréjus

[4] Le courrier du Gard 16 juin 1863 (Sisfrance)

[5] Le Messager de Provence 9 juillet 1863 (Sisfrance)


Commentaires

l'actualité Azurseisme

19 avril - Plusieurs chocs entre Bandol et Toulon

Plusieurs événements se sont produits en mer au large entre Bandol et Toulon. Du 17 au 19 avril, (...)

10 avril - Nouveau séisme dans le centre de l’Italie

Un séisme de magnitude 4.7 ML s’est produit le mardi 10 avril 2018 à 3h11 TU (5h11 heure locale), (...)

6 avril - Italie centrale : 85 000 séismes depuis août 2016

Selon l’Institut National de Géophysique et de Volcanologie (I.N.G.V.), le territoire situé au (...)