Beynes : séisme de 1863


Datant pourtant d’un siècle et demi, le séisme de Beynes reste mal connu en raison d’un manque d’écrits. C’est seulement la presse de l’époque qui en a fait état, évoquant les effets sur uniquement trois communes. Les dégâts les plus importants mentionnés au village de Beynes suggèrent par défaut, un épicentre très proche de ce bourg.

Ce tremblement de terre s‘est produit le mardi 9 juin 1863 à 21h58, il a mis en émoi les habitants des Basses Alpes. A Digne après un bruit sourd, tout à coup le sol, les maisons et les meubles ont éprouvé des trépidations fort sensibles dans la direction du Sud au Nord. Les personnes couchées ont ressenti un balancement saccadé qui a duré au moins deux secondes.

JPEG - 157.2 ko
Commune de Beynes le vieux village
(Photo : André Laurenti)

Les effets
A Beynes, les secousses ont été plus violentes. L’église, le presbytère et plusieurs habitations ont beaucoup souffert. Presque tous les habitants ont passé la nuit dehors. Beaucoup de toitures ont été démolies, des tuiles sont tombées, des murs se sont écroulés, des blocs énormes de rochers ont roulé dans les champs. Le cimetière a également souffert [1].
A Mézel le tremblement de terre a causé quelques dégâts insignifiants [1]. Même bruit, même direction et même durée pour cette localité [2]. La presse du Var [3], du Gard [4] et de Provence [5] qui a publié sur cet événement, n’apporte pas d’information complémentaire par rapport à l’article du journal des Basses Alpes [1]. Elle se contente simplement de reprendre plus ou moins les mêmes descriptions des effets.

En fonction des effets connus produits par ce séisme, les intensités (Echelle M.S.K), ont été attribuées sur seulement trois communes (Sisfrance) :
VII pour Beynes
VI pour Mézel
IV pour Digne
En traçant à partir de l’épicentre supposé, un rayon de dix kilomètres, douze communes figurent à l’intérieur du cercle, excepté Digne beaucoup plus distant.
Voici sur le tableau et la carte ci-dessous, les communes situées dans un rayon de 10 km autour de l’épicentre :

LocalitésDistancedirection par rapport à BeynesIntensitéPopulation 1866
Beynes 0 kilomètre Zone épicentrale VII 315
Mézel 2 kilomètres Ouest VI 806
Châteauredon 2,5 kilomètres Nord-Ouest Inconnue 142
Creisset 5 kilomètres Est Inconnue 137
Estoubon 6,5 kilomètres Sud-Ouest Inconnue 561
Entrages 7 kilomètres Nord-Est Inconnue 269
Chaudon-Norante 7 à 8,5 kilomètres Est Inconnue 463
Le Poil 7,5 kilomètres Sud-Est Inconnue 319
Le Chaffaut 8 kilomètres Nord-Ouest Inconnue 288
St. Jeannet 9 kilomètres Sud-Ouest Inconnue 274
Majastres 10 kilomètres Sud-Est Inconnue 213
Mallemoisson 10 kilomètres Nord-Ouest Inconnue 283
Digne 11,5 kilomètres Nord IV 7002
JPEG - 112.5 ko
Rayon de 10 km autour de l’épicentre
Point vert : intensités connues
Point noir : intensités non connues
(Infographie : André Laurenti)

Le peu d’information sur ce séisme local, fait qu’il est parfois oublié des références locales.

JPEG - 140.2 ko
Église Saint-Pierre-et-Saint-Martin
(Photo : André Laurenti)

Visite et observations à Beynes
Le vieux village de Beynes qui fut concerné par ce séisme, est situé à 796 m d’altitude sur le flanc Ouest du Sommet du Suy (alt. 1 298 m) et dominé par la montagne de Beynes (alt. 1601 m). Cette commune est séparée de Mézel (alt. 575 m) par la rivière de l’Asse, affluent de la Durance.
Sa silhouette de village perché dominant s’organise le long d’une arête rocheuse particulière.
Les dégâts sur le village de Beynes pourraient avoir été amplifiés par la configuration topographique des lieux. En effet, Beynes est situé sur une barre redressée d’un pli constitué par des couches de conglomérat et de grès. L’habitat ancien du village s’organise le long de ce pli, faisant corps avec le contexte, utilisant judicieusement par endroit, les lames rocheuses comme mur naturel de soutènement.

JPEG - 141.9 ko
Village de Beynes
L’habitat utilise les caractéristiques du terrain
(Photo : André Laurenti)

Exemples d’effets de site dans les Alpes-Maritimes lors du séisme de 1887
Ce phénomène d’amplification favorisé par cette particularité topographie locale a été constatée lors du séisme Ligure de 1887 sur l’ancien village de Castillon et le village de Bonson dans les Alpes-Maritimes. A Bonson, c’est précisément le quartier entier de la Tour, édifié sur une écaille rocheuse redressée verticalement de l’extrémité oriental de l’Arc de Castellane, qui a été le siège d’importants dégâts. L’autre partie du village a moins souffert.

JPEG - 142.4 ko
Village de Poil
Tout au fond la montagne de Beynes
(Photo : André Laurenti)

Visite de l’ancienne commune de Poil

A sept kilomètres au Sud-Est de Beynes et de l’épicentre supposé, se trouve le village abandonné de Poil. Il fut déserté entièrement de ses habitants entre les deux guerres victime de l’exode rurale, tout comme l’ancienne commune de Creisset située à 5 km à l’Est de Beynes.
Poil est accessible par une piste carrossable, ou bien à pied, où il faut compter environ 1h de marche de la route. Perché à 1200 m d’altitude, ce village possède les mêmes caractéristiques topographiques que Beynes, il s’étire sur un éperon rocheux, parallèle à la montagne de Beynes. Cependant, la nature de roche diffère, là, il s’agit plutôt de roche calcaire redressée, faisant partie d’un faisceau de failles actives qui se rejoindrait à la latitude de Majastres (Voir fin de page).

JPEG - 173.4 ko
Eglise Saint-Laurent
En 1939, la toiture de l’église s’est effondrée. Dans les années 90, une association a réalisé des travaux de déblaiement et de reconstruction du transept et de la sacristie.
(Photo : André Laurenti)

Lors du tremblement de terre de 1863, la commune de Poil comptait 319 habitants dont plus de 140 au village. A-t-il été affecté par le séisme ? les maisons ont-elles été fragilisées par les secousses ? pour l’heure, on a pas les réponses à ces questions.
En visitant les lieux, on est surpris par l’état avancé de ruine de ce village, pourtant encore habité dans les années trente.
L’association "Lis Amis doù Pèu" crée en 2002, donne l’explication suivante : "les tuiles auraient été retirées des toitures pour éviter le paiement des taxes foncières… Ce qui aurait rapidement endommagé les murs des maisons dont le mortier n’était pas toujours de bonne qualité".
On comprend mieux à présent l’état actuel de ce village.
A l’entrée du village, un panneau informatif indique que la toiture de l’église se serait effondrée en 1939, probablement par vétusté et par manque d’entretien.

JPEG - 194.9 ko
Eglise Saint-Laurent
Un projet sur plusieurs années, existe pour reconstruire l’église.
(Photo : André Laurenti)

De nos jours, quelques rares maisons ont été restaurées, mais la majorité du village reste en ruine. Toutefois, un projet existe pour reconstruire l’église Saint-Laurent. Avec l’appui de l’association "Lis Amis doù Pèu", la commune de "Senez - Le Poil" souhaite réaliser une reconstruction de l’édifice par étape, sur plusieurs années.

JPEG - 202.6 ko
Village de Poil
Sa fontaine lavoir à deux bassins
(Photo : André Laurenti)
JPEG - 182.7 ko
Ancienne commune de Poil
Des ruines envahies par la végétation, en arrière plan, l’école et la mairie ont été reconstruites
(Photo : André Laurenti)
JPEG - 178.1 ko
Village de Poil
Les ruines se confondent avec les roches abruptes.
(Photo : André Laurenti)
PNG - 410.8 ko
Le Poil en 1913
(Photo provenant de l’ouvrage de Raoul BLANCHARD « Les Alpes Occidentales – tome IV – Les Préalpes françaises du Sud. Partie 2". Editions Arthaud 1945)
JPEG - 115.6 ko
Village de Poil années 30-40
(Archives Départementales des Alpes de Haute-Provence)

Sur un faisceau de failles actives
Le village de Poil est positionné sur un faisceau de failles actives situé sur le front Sud-Ouest de l’Arc de Digne. Ganeval (1973) individualise trois accidents principaux d’Ouest en Est qui se rejoindraient à Majastres. Consulter pour cela, le document sur l’identification et classification des failles actives de la Région Provence Alpes Côte d’Azur réalisé par le B.R.G.M. avec les séismes associés.


[1] L’ami de l’ordre journal des Basses Alpes 11 juin 1863 (Sisfrance)

[2] Perrey A : Mémoires couronnes et autres mémoires publiés par l’académie des sciences des lettres et des Beaux Arts de Belgique T17 – Bruxelles 1865 (Sisfrance)

[3] Le Var – dimanche 14 juin 1863 – Médiathèque de Fréjus

[4] Le courrier du Gard 16 juin 1863 (Sisfrance)

[5] Le Messager de Provence 9 juillet 1863 (Sisfrance)


Commentaires

l'actualité Azurseisme

22 août - Trois nouveaux séismes sur la crise du Var

Après une période de repos de trois mois, la crise sismique du Var qui a été initiée le 16 février (...)

16 août - Séisme de Montcecilfone (province Campobasso)

Un séisme de magnitude 5.2 Ml - 5.1 Mw s’est produit le 16 août 2018 à 18h19 TU soit à 20h19 heure (...)

6 août - Séisme dans Hautes Pyrénées

Les réseaux sismiques ont détecté le 6 août 2018 à 20h49 TU, soit à 22h49 heure locale, un séisme de (...)