L’activité régionale de 2008 à 2012


Un bilan sur quatre ans

La Côte d’Azur fait partie des zones reconnues comme étant les plus sismiques de métropole. Cette sismicité de domaine « intraplaque » que l’on observe dans notre région, est associée à des déformations géologiques distribuées de manière complexe et sur une zone relativement étendue.
Depuis l’année 2008, les réseaux de détection sismique régionaux n’ont pas chômé, ils ont enregistré une activité sismique très importante résultant des mécanismes particulièrement compliqués de l’arc alpin, du bassin et de la marge Ligure, pas encore tous très bien compris de la communauté scientifique.
Statistiquement, il est relevé dans la région en moyenne trois événements de magnitude supérieure à 3.0 par an ; et 1 événement de magnitude supérieure à 4.0 environ tous les cinq à six ans.
Or, depuis le séisme de Demonte du 24 octobre 2008 ces statistiques sont quelque peu faussées par une activité intense, en effet en quatre ans, il a été enregistré 40 séismes de magnitude supérieure ou équivalente à 3.0, c’est à dire trois fois plus que la moyenne, 8 séismes de magnitude supérieure ou égale à 4.0 et 1 de magnitude supérieure à 5.0. A noter que pour ce dernier, il s’est produit en mer loin des côtes de Corse, de notre département et donc des secteurs habités.
Pour fixer les idées, un séisme de magnitude 4.0 qui n’est donc pas rare dans la région, correspond à un petit glissement de 1 à 2 cm sur une faille de 2 à 3 km2 de surface.

Cette forte activité s’est répartie sur quatre zones sismogènes bien distinctes plus ou moins connues, il s’agit des secteurs suivants : l’ouest de la Corse au large d’Ajaccio ; la vallée de l’Ubaye sur le territoire français ; et les régions italiennes du Piemont occidental et de la Ligurie.

JPEG - 182.4 ko
Commune de Dronero dans la vallée de la Maïra
Un secteur du Piemont occidental qui possède une sismicité importante et régulière.
(Photo : André Laurenti)

Ce bilan ne tient pas compte des séismes de la région d’Emilia Romagna, notamment le séisme de Finale Emilia 2012 du 27 janvier 2012 de magnitude 5.4 (Ml) et celui du 3 octobre de magnitude 4.5 (Ml) qui ont été ressentis dans les Alpes-Maritimes en raison de la profondeur des foyers (60 à 30 km). Et ceux aussi de Finale Emilia du 20 mai 2012 (5.9 Ml) et du 29 mai (5.8 Ml) perçus également en raison de la puissance, de leurs énergies libérées.

Qu’a-t-on ressenti sur la Côte d’Azur !

L’ensemble de ces séismes se sont produits loin du littoral azuréen. Seuls les séismes de magnitude supérieure ou égale à 4.0 ont été plus ou moins ressentis. Ce sont ni les ondes P, ni les ondes S qui ont été perçues par les habitants, mais une sorte de balancement lent, dû à l’onde de surface. Ces ondes se propagent parallèlement à la surface de la terre, plus lentement que les ondes P et S et qui s’atténuent moins vite, elles peuvent donc aller plus loin.

Large d’Ajaccio

La sismicité a été relativement importante ces temps ci, avec un premier événement au large d’Ajaccio de magnitude locale de 4.2 (Ml) le 9 septembre 2010. L’année suivante a été marquée tout d’abord, par un séisme de magnitude 3.8 (Ml) le 2 juillet 2011, celui-ci pourrait correspondre à l’événement précurseur au choc principal de magnitude 5.5 (Ml), survenu le 7 juillet 2011 et bien ressenti sur la Côte d’Azur. Le dernier événement de cette zone a été enregistré le 4 mars 2012 et a eu comme magnitude 4.4 (Ml). Cette forte activité a généré neuf répliques de magnitude supérieure ou égale à 3.0. On n’a pas la connaissance d’événement historique dans ce secteur éloigné des lieux habités, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’y a jamais eu de séisme à cet endroit, seul la sismicité instrumentale permet aujourd’hui de localiser avec une précision relative, mais la jeunesse de cette discipline n’a pas le recul suffisant pour en tirer des conclusions.

PNG - 454.3 ko
Séismes d’octobre 2008 à 2012
Répartition des séismes de magnitude supérieure ou égale à 4.0. Les événements de la région d’Emilie Romagne (en noir) ne sont pas pris en compte.
(Infographie : André Laurenti)

Les Alpes de Haute Provence

La vallée de l’Ubaye s’est nettement distinguée par le séisme du 26 février 2012 par un événement de magnitude 4.5 (Ml) bien ressenti dans les Alpes-Maritimes. Ce secteur particulièrement coutumier aux crises sismiques (15 000 séismes de 2003 à 2004), a produit neuf répliques de magnitude supérieure ou égale à 3.0. Selon l’observatoire de Grenoble « Sismalp », le bilan de 5 mois et demi de sismicité après le choc principal du 26 février : 3 452 séismes ont été détectés. Depuis la mis août, il y a indéniablement une tendance à l’accalmie. Par ailleurs, dans le même département, un événement de 3.5 a été enregistré le 19 septembre 2012 dans la vallée de la Durance à proximité de Manosque.

JPEG - 182.9 ko
Commune de Barcelonnette
La vallée de l’Ubaye a connu une activité très marquée cette année 2012.
(Photo : André Laurenti)

Le Piemont occidental

Tout comme l’Ubaye, l’activité de ce secteur reste soutenue avec 5 séismes de magnitude supérieure à 4.0 depuis octobre 2008 et 12 de magnitude supérieure ou égale à 3.0. Ces séismes ont concerné les vallées de la Varaïta et de la Stura, le secteur de Valdieri le plus proche des Alpes-Maritime et enfin beaucoup plus éloigné les secteurs d’Alba et de Pinerolo. Une crise sismique s’est produite dans la vallée de la Varaïta d’octobre à novembre 2010 générant en un mois et demi environ 125 séismes de magnitude supérieure ou égale à 2.0 et deux de magnitude supérieure à 3.0. Après une longue période de calme, l’activité s’est réactivé avec un événement fort le 3 octobre 2012 de magnitude 4.6 (Mlv) suivi par une réplique de magnitude 3.4 (Mlv). Cet événement a été moins bien perçu que celui du 26 février dans l’Ubaye. En effet, celui-ci s’est produit en plein jour à 11h20 au moment où les personnes sont en pleine activité.

PNG - 567.8 ko
Les séismes d’octobre 2008 à 2012
Répartition des séismes de magnitude supérieure ou égale à 3.0.
(Infographie : André Laurenti)

Région Ligure

L’activité de La Ligurie reste normale avec un événement supérieur à 3.0 par an. Quatre séismes se sont produits sur la marge du bassin Ligure entre Noli et San Remo.

Alpes-Maritimes

Quant aux Alpes-Maritimes, l’activité est restée faible au cours de cette période avec un seul événement de magnitude 3.5 (Mlv) dans les environs de Tende le 17 juin 2011.

Conclusion

Comme on peut le constater, les fortes magnitudes supérieures à 5.0 se sont produites dans des secteurs éloignés au delà de 200 km de Nice, bien ressenti en raison de leur énergie libérée et pour celui d’Emilia Romagna , de la profondeur du foyer. Les séismes de magnitude supérieure à 5,0 mille fois plus puissants qu’une magnitude 3.0, sont plutôt rares dans le contexte de sismicité modérée de la France métropolitaine, mais peuvent dans certaines conditions, être potentiellement destructeurs.
Entre la Corse et l’Ubaye une bonne vingtaine de séismes de magnitude supérieure ou équivalente à 3.0 correspondent en fait aux répliques d’événements plus forts. Malgré toute cette activité, un seul séisme de magnitude 3.5 (MLv) a été enregistré sur le territoire des Alpes-Maritime durant cette période.
Quant à la marge ligure, le secteur qui a libéré le plus d’énergie au XIXe siècle avec le séisme Ligure de 1887, demeure calme avec quatre séismes de magnitude supérieure à 3.0 en quatre ans.
Bien que la Corse ait connu une agitation exceptionnelle représentant 24% de l’activité sur les 49 événements relevés, la plus grande production de séismes se concentre incontestablement au nord des Alpes-Maritime, dans la vallée de l’Ubaye avec 30% de l’activité et son pendant le Piemont occidental 34%. Ces deux secteurs sont coutumiers du fait aux crises sismiques. En dehors de ces zones, l’activité reste diffuse.
En se penchant sur la sismicité historique du département des Alpes de Haute Provence, il est difficile de remonter loin dans le temps, le premier événement connu date du 31 décembre 1773 avec une intensité de VI, il s’est produit aux environs de Guillestre dans le Queyras (Haute Alpes). Cependant, le plus fort connu le plus proche du département, s’est produit en 1959 et à fait de nombreux dégâts à Saint-Paul-sur-Ubaye.
Malgré un recul insuffisant sur les événements anciens, on peut toutefois constater que l’énergie libérée par les séismes les plus forts situés au nord des Alpes-Maritimes, est moins importante que le secteur Ligure. Le tremblement de terre de 1887 trente fois plus puissant que celui de St-Paul-sur-Ubaye, reste toujours en tête du hit-parade régional.
Le nombre de séismes reste sensiblement constant, on peut simplement constater que quelque fois, ils apparaissent groupés dans le temps. Lorsque plusieurs séismes se produisent de manière rapprochée, le public le remarque, mais à l’inverse dans les périodes d’événements plus espacés, personne n’y prête attention.
A partir de ce bilan et pour conclure, il est bon de rappeler qu’il est faux de penser que ces secousses servent à libérer l’énergie et nous préservent d’un séisme plus important, il faut environ 900 séismes de magnitude 4 pour égaler l’énergie d’un séisme de magnitude 6.


Commentaires

Logo de Irène.b
mercredi 7 novembre 2012 à 09h07, par  Irène.b
L’activité régionale de 2008 à 2012

Bonjour Dédé ......Je rentre de clinique et je suis immobilisée dans mon lit à cause d’une fracture de vertèbre dans la colonne vertébrale ce qui est très douloureux,mais je viens d’allumer mon ordi et c’est avec un grand plaisir que j’ai vu ton mail azurseîsme ,tu sais combien je suis passionnée par ce que tu nous informes ! Comme je ne peux pas bouger ,je prends tout mon temps à lire sur ton site ,je tenais à te remerçier vivement de garder contact avec moi et de continuer cette formidable exploration,BRAVO pour ce site,et pour les photos que tu prends .
Bien amicalement ,biz.....Irène.
II

l'actualité Azurseisme

8 avril - Séisme de Demonte

Les réseaux régionaux ont détecté le 8 avril 2017 à 9h52 TU soit à 11h52 heure locale, un séisme (...)

23 mars - Conférence sur l’Etna au Haut de Cagnes

"Le Cercle des Amis" du Haut de Cagnes, organise dans ses locaux le vendredi 31 mars à 18h30 une (...)

10 mars - Séisme à Pampelone

Le Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.) a détecté un séisme de magnitude (...)

27 février - Restitution et rapport du séisme d’Amatrice

RESTITUTION DU SEISME D’AMATRICE A NICE Suite aux séismes des Apennins, une mission de (...)

4 février - Séisme en Martinique

Un séisme de magnitude 5.7 Mw (source Centre Sismologique Euro-Méditerranéen C.S.E.M.), magnitude (...)