Séisme de Martinique (29/11/2007)


SÉISME DE MARTINIQUE ( WINDWARD ISLANDS )

Jeudi 29 novembre 2007

Un tremblement de terre d’une magnitude 7.4 s’est produit jeudi 29 novembre à 19 h 00 T.U. soit à 20 h 00, heure de Paris, 15 h 00 heure locale. La secousse a duré une cinquantaine de secondes. Selon l’observatoire volcanologique et sismologique de Martinique, l’épicentre a été localisé à 25 km au nord de la Martinique (latitude 15° 03’ nord - Longitude 61° 03’ ouest) plus précisément dans le canal de la Dominique, soit à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Roseau, capitale de la Dominique . Ce séisme d’origine tectonique s’est produit le long de la zone de subduction des Caraïbes où la plaque Amérique s’enfonce vers l’Ouest sud-ouest sous la plaque Caraïbes à une vitesse d’environ 2 cm / an. En raison de la profondeur de l’hypocentre (foyer) environ 150 km, le choc principal a été ressenti sur un rayon supérieur à 500 kilomètres environ ; à Porto Rico à l’ouest, au Venezuela et au Surinam au sud, en Colombie, au Brésil, aux îles Vierges etc... Mais grâce à la profondeur du foyer, les effets ont été atténués en surface et le séisme n’a pas généré de tsunami. Toutefois, des répliques d’une ampleur moindre sont à craindre dans les jours à venir. JPEG - 76.5 ko

Les effets en Martinique :

D’après la Préfecture, le plan séisme Orsec a été lancé une demi-heure après le tremblement de terre dans toutes les communes de l’île. Selon la presse, une seule personne est morte, une femme victime d’un malaise cardiaque dans une maison de retraite de la Martinique. La préfecture de l’île a aussi fait état de « deux blessés légers, dont une fracture ouverte à la jambe et une défenestration au Lorrain ». Plusieurs personnes, prises de panique ont sauté par les fenêtres et souffrent de blessures diverses comme des entorses. Des milliers d’habitants pris de panique sont sortis dans les rues. Des établissements publics - préfecture, écoles, collèges - ont été évacués, des bâtiments fissurés. Deux centres de secours (Lamentin et Marigot) ont été particulièrement touchés. Au Lamentin encore, un immeuble abritant une banque s’est effondré. Dix-neuf collèges sur 42 et 10 lycées sur 23 seraient assez gravement endommagés. Selon la préfecture « toutes les routes nationales et les départementales sont praticables », précisant que « le port et l’aéroport fonctionnent normalement ». Les hôpitaux fonctionnent aussi normalement, à l’exception de l’hôpital de Trinité, où une tour de 8 étages « gravement fissurée » a été évacuée. Un Médecin aux urgences de cet hôpital fait savoir "nous venons de terminer l’évacuation de tous les patients (90 au total) de notre hôpital fortement fragilisé par le séisme. Les patients ont été dirigés vers les autres hôpitaux de l’île et les experts passeront afin d’évaluer l’importance des dégâts". A Schoelcher (côte Caraïbes de la Martinique) les livres de la bibliothèque ont été projetés à terre. A Fort de France, dans un hypermarché la secousse a ébranlé les rayons du magasin. Les faux plafonds sont tombés sur les clients et les rayonnages ont été renversés. C’est surtout la ville basse qui a été le plus touchée, c’est le cas de la rue Schoelcher et la rue de la Liberté. La terrasse du bâtiment "Plein Ciel" s’est effondrée sur dix véhicules. Les dégâts causés sur l’immeuble Plein Ciel et sur l’immeuble SGBA ont nécessité la mise en place de périmètres de sécurité ainsi que des déviations et changements de sens de circulation. Par ailleurs, l’immeuble du Conseil Général a été endommagé. Le commissariat ancien a dû être évacué par précaution. Le centre de tri postal de Fort de France a été endommagé ce qui devrait entraîner des perturbations dans la distribution du courrier. Deux poutres se seraient écroulées à l’arrière du bâtiment et auraient endommagé sept véhicules qui seraient hors d’usage. Le réseau électrique a été coupé durant plusieurs heures, un tiers des habitants ont été privés de courant. Il a été rétabli presque partout dans la soirée. Les communications téléphoniques ont été perturbées en raison de la saturation du réseau. Un bloc rocheux s’est détaché dans le secteur du Prêcheur sur le RD 10, et on déplore un glissement de terrain dans les environs de la commune de Macuba. Aux Abymes, un rocher a dévalé une colline et défoncé le mur d’une maison avant de finir sa course sur un lit, sans faire ni victime ni blessé.

Une lourde facture

Face à l’ampleur des dégâts matériels, le maire de Fort-de-France, Serge Letchimy, a demandé à l’État de déclarer la Martinique en situation de catastrophe naturelle. On évoque en effet une facture provisoire de 22 millions d’euros de réparations rien que pour les édifices publics. Des fissures, sans gravité apparente à première vue, ont été signalées sur des murs d’immeubles ou de maisons individuelles dans plusieurs communes de l’île.

PNG - 498.2 ko
Effets du séisme
Détails des dégâts sur l’Immeuble Plein Ciel et la SGBA à Fort de France.
(Photos : Mairie de Fort de France)
PNG - 372.8 ko
Effets du séisme
Le mobilier a été renversé dans le bâtiment administratif de la Mairie de Fort de France
(Photos : Mairie de Fort de France)

De nombreux établissements scolaires fermés :

Sur les 250 écoles que compte la Martinique, une centaine d’entre elles ont fait l’objet d’expertise. Des expertises ont également été effectuées dans plusieurs collèges et lycées. Au final, un certain nombre d’établissements vont garder leurs portes fermées lundi 3 décembre au matin soit 4 jours après le séisme . Dix-sept écoles restent fermées pour travaux.

Dans le sud, dans la commune du François, il s’agit des écoles de Dumaine, le bâtiment A de l’école Anne Marc, de l’école Emmanuel Bruno, de l’école Auguste Vivies au morne Acajou, de morne Pitault A et de l’école François Duval. A Rivière-Pilote, l’école Manikou ; Sainte-Luce, l’école A de Cabrisseau. Dans le nord, Gros-Morne, Rivière Lézarde, et la Fraîcheur. Trinité, l’école Auguste Réjon. Au Robert, celle Chapelle Villarson. A Basse Pointe, l’école du bourg. Au Lorrain, les écoles de Carabin et Léon Cécile ; Saint-Pierre, celle de Philémond Montout. Quant à l’école de Roches Carré au Lamentin (centre), elle a été déplacée au foyer rural du quartier.

Dimanche après-midi, tous les services de l’Etat étaient réunis en préfecture. Quatre collèges sont fermés : Gérard Café au Marin (sud) ; Dillon 1 à Fort-de-France ; la Marie au Marigot (nord) ; et le collège Christiane Eda Pierre au Morne-Rouge (nord). Les lycées fermés sont ceux de Raymond Néris au Marin (sud), du lycée professionnel de Dillon à Fort-de-France, du LP et LGT Frantz Fanon à Trinité (nord), le LPO Joseph Pernock du Lorrain, toujours dans le nord.

PNG - 270.3 ko
Effets du séisme
Dégâts structuraux sur l’ immeuble Plein Ciel à Fort de France
(Photos : Mairie de Fort de France)

Les effets en Guadeloupe :

En Guadeloupe, aucune victime et aucun dégât n’ont été recensés, mais plusieurs milliers de personnes ont été également privés d’électricité et le courant devrait être rétabli vendredi. Par ailleurs, une importante canalisation d’eau alimentant Pointe à Pitre a subi des dommages sans perturber la distribution. Par ailleurs, des fissures se sont produites sur un château d’eau au Gosier. Voici le récit d’un enseignant de Guadeloupe : Je suis enseignant en Guadeloupe à Pointe-à-Pitre et comme tous les enseignants de Guadeloupe et de Martinique, je suis sensibilisé au risque sismique. Mais une chose est d’être sensibilisé, une autre est de se voir pris au piège d’un bâtiment comme un animal dans un guet-apens .Hier après-midi la magnitude était de 7,3 ou 7,4. J’étais à l’école dans les étages avec 15 élèves de CP. La secousse a duré environ 1 minute et j’ai bien cru que notre dernière heure était arrivée. Une très grosse frayeur lorsque les joints de dilatation se sont en effet dilatés et ont libéré toute une poussière rousse et autres débris qui ont envahi la classe. Sur le coup j’ai cru que les murs cédaient. Puis les secousses se sont intensifiées, et on avait l’impression d’être dans un bateau ivre sauf que c’était pas un bateau et que les bâtiments (très hauts) datent des années 50. Bonjour l’angoisse avec en plus la responsabilité des enfants que j’avais mis sous les tables et qui s’affolaient en prenant cette poussière en plein dans la figure. Pendant le reste de la secousse, me rendant compte que le bâtiment tenait bon, j’ai continué à flipper en pensant à la ruée qui suivrait la fin du séisme : trois étages avec 4 classes par étage comprenant en moyenne 25 gamins et seulement deux cages d’escalier, je vous laisse calculer le nombre de gamins qui allaient se retrouver en même temps à dévaler les marches. Quand ça s’est enfin arrêté, j’ai réuni les élèves et on est descendu. Certains n’arrivaient plus à marcher et j’ai dû les pousser pour les faire avancer. On s’est tous retrouvés dans la cour en moins de temps qu’il faut pour le dire et je n’ai croisé personne dans les escaliers. Les autres étaient déjà descendus pendant la secousse...

On a fini l’après-midi dans la cour, les élèves sont partis chez eux sans même récupérer leurs affaires (interdit d’entrer dans les bâtiments même aux toilettes). Quand je suis remonté récupérer mes clés de voitures je me suis rendu compte à quel point ça avait bougé et comment cette poussière avait tout recouvert. C’était sinistre, une impression d’après combat ou quelque chose comme ça. Les dégâts sont nettement moins nombreux en Guadeloupe où seuls le lycée de Baimbridge et l’école maternelle Borifax Marcelle à Sainte-Anne sont fermés ce lundi pour travaux.

Les effets à Sainte-Lucie :

Les murs de plusieurs édifices de l’île se sont fissurés.

Les effets à la Barbade :

Un troisième blessé léger a été enregistré à La Barbade, il s’agit du chef des services d’urgences de l’île, où plusieurs immeubles ont été détruits dans la capitale Bridgetown. Deux autres femmes ont été blessées, dont une qui s’est fracturée une jambe alors qu’elle tentait de sortir précipitamment de sa maison.

Les effets à Porto Rico :

A Porto Rico, Etat associé aux États-Unis, le séisme a aussi provoqué une paralysie des activités et la panique a gagné la population, mais le gouvernement n’a rapporté aucun dégât matériel.

Les effets à Trinité et Tobago :

La secousse a jeté dans les rues de la capitale, Port au Spain, des employés de bureau en proie à la panique tout comme des milliers d’autres personnes à Saint-Martin. Des vols à l’aéroport international Princesse Juliana ont été brièvement suspendus.

Les effets en Guyanne :

Selon une habitante de Remire Montjoly près de Cayenne, tout s’est mis à bouger, à trembler, les chaises, les fauteuils.

Les effets dans l’état de Guyana :

Le bâtiment du parlement a été évacué.


LES REPLIQUES

La secousse principale a été suivie par 27 répliques dans les 9 heures qui ont suivi. Trois d’entre elles ont été ressenties en Martinique. La première réplique importante d’une magnitude 5.2 a eu lieu à 19 h 34 T.U. soit 34 minutes après le choc principal. Plus tard à 20 h 11 TU nouvelle secousse d’une magnitude 4.8, et enfin une troisième le 29 novembre à 04 h 00 T.U d’une magnitude 5.1. Six jours après, une nouvelle réplique d’une magnitude 5.4 s’est produite le mercredi 5 décembre 2007 à 12 h 11 T.U soit à 8 h 11 heure locale. L’hypocentre a été estimé à 135 km de profondeur quant à l’épicentre il se situait à 27 km au sud-est de Roseau proche de l’île de la Dominique. Une nouvelle réplique d’une magnitude 4.6 s’est produite le 24 décembre 2007 à 2 h 32 TU soit à 22 h 32 heure locale. L’hypocentre a été estimé toujours en grande profondeur (165 km), quant à l’épicentre il se situait à 23 km au nord-ouest de Basse-Pointe.

SISMICITÉ HISTORIQUE

La Martinique est loin d’être épargnée des séismes. Cependant, parmi les violentes secousses de 1727, 1837, 1839 et 1946, celle de 1839 fut de loin la plus meurtrière. Ce séisme historique eut une magnitude probable de 7 à 7,5 sur l’échelle de Richter. La destruction de Fort-Royal aujourd’hui Fort-de-France a sans doute été le résultat d’une amplification spectaculaire des ondes à cause de la forte épaisseur des argiles saturées d’eau constituant le sous-sol de la ville [1]. Voir également le séisme de magnitude 6.3 en Guadeloupe le 21 novembre 2004. Voir aussi la page très intéressante consacrée à cet événement sur le site du CEA Voir également le communiqué de l’Observatoire Volcanologique et Sismologique de Guadeloupe - IPGP en date du 30 novembre 2007.


Remerciements :

Au personnel du Cabinet du Maire de la Mairie de Fort de France en Martinique pour leur sympathique collaboration ; et également à Mme Sophie Lignier correspondante d’azurseisme en Guadeloupe.


[1] Lambert Jérôme : Les tremblements de terre en France hier, aujourd’hui, demain - 1997


Commentaires

l'actualité Azurseisme

17 novembre - L’activité sismique se poursuit en Savoie

Deux nouveaux séismes de 3.7 et 3.5 L’activité en essaim se poursuit en Savoie avec deux (...)

4 novembre - 22ème Festival Explorimages 2017

FESTIVAL EXPLORIMAGES Le Parc Phoenix de la ville de Nice et l’association AGEFIISA présentent (...)

28 octobre - Séisme dans les Hautes Pyrénées

Le Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.) a enregistré un séisme de (...)

27 octobre - Crise sismique en Savoie

Nouveau séisme de 3.8 Le Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.) a (...)

25 octobre - Essaim sismique du 25 octobre 2017 en Savoie

Le Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.) a détecté un séisme de magnitude (...)