Chasteuil : séisme de 1855


Les séismes de Castellane du 23 novembre et 12 décembre 1855

Situé en plein cœur de l’arc de Castellane, ce secteur extrêmement faillé possède malgré tout une très faible activité sismique par rapport à la vallée de l’Ubaye et le Piemont occidental situés plus au Nord-Est. Et pourtant, la fin de l’année 1855, un séisme destructeur survient et surprend vivement les populations, provoquant des dégâts considérables.

JPEG - 143.6 ko
Les Cadières de Brandis
Sur les hauteurs de Chasteuil, ces parois forment un chaos dolomitique impressionnant.
(Photo : André Laurenti)

Séisme du 23 novembre 1855 (15 h 15)

Tout a commencé par un premier séisme survenu le 23 novembre à 15h15. Sa magnitude a été suffisamment élevée pour provoquer des dégâts. L’événement est relaté par la presse, dans un article publié dans le Toulonnais du 20 décembre 1855. Le contenu sera repris mot pour mot dans le bulletin du physicien Alexis Perrey.
"Une première forte secousse a eu lieu à Castellane et dans les environs sur un rayon d’une quinzaine de kilomètres. Ce tremblement de terre provoqua quelques chutes de cheminées et l’écroulement d’une portion de montagne. Dans trois villages, l’église et plusieurs maisons furent lézardées". [1]
Pourtant, le journal des Basses Alpes du 20 décembre, n’insiste peu sur cette secousse, comme si elle avait simplement été ressentie :
Plusieurs secousses se sont faites ressentir depuis quelques temps sur divers points du département, et notamment dans l’arrondissement de Castellane. [2]

JPEG - 190.4 ko
La cité de Castellane
Au fond à droite, les Cadières de Brandis
(Photo : André Laurenti)

Séisme du 12 décembre 1855 (20 h 30)

Dix neuf jours plus tard, le 12 décembre, de nouvelles secousses se produisent. La plus forte est survenue à 20 h 30 et a provoqué de nouveaux dégâts dans les mêmes endroits, probablement sur un bâti déjà fragilisé par le séisme du 23 novembre.

Castellane
Les dégâts dit-on dans la presse, ont été peu considérables, mais ils n’ont pas moins jeté l’alarme dans la population. Quelques cheminées se sont écroulées et plusieurs maisons ont eu leurs murailles lézardées. [2]
Un autre témoignage montre la sévérité des secousses, "nous sommes ici sous l’influence d’une véritable panique, les maisons de la ville se lézardent, et la mienne, entre autres, au troisième étage, à une portion de mur qui ne tient plus"... [1]

JPEG - 207 ko
Commune de Castellane
Elle se situe en rive droite du Verdon
(Photo : André Laurenti)

Chasteuil
Dans ce village, les dommages ont été plus considérable... l’église s’est presque entièrement écroulée ainsi que le presbytère et trois maisons. [2]
Un autre journal précise que "l’église et le presbytère ont été complètement renversés". [3]
Pour ce village, la presse ajoute que les vases tombèrent des cheminées, un homme a été renversé et s’est luxé le poignet. [4]

JPEG - 147.5 ko
Commune de Chasteuil
Le village est situé en hauteur sur la rive droite du Verdon.
(photo : André Laurenti)
JPEG - 140.7 ko
Eglise de Chasteuil
Très endommagée par le séisme de 1855, voici un état de l’édifice en 1937
(Photo : collection Maison Nature et Patrimoine de Castellane)

Taloire
La presse indique qu’à Taloire, plusieurs maisons se sont profondément lézardées. [2]

JPEG - 197.1 ko
Village de Taloire
(Photo : André Laurenti)

Les effets du séisme sur l’église paroissiale de Taloire sont méconnus, mais un état des lieux en date du 21 avril 1858, indique que les murs sont bons quoiqu’un peu ébranlés par le tremblement de terre de 1855. La toiture est en bonne état, pavé, portes et fenêtres sont dans un état passable. [5]

Taulanne
Les toitures sont presque toutes détruites. [2]

JPEG - 130.4 ko
Eglise de Taulanne
(Photo : André Laurenti)

Les répliques
Après le choc principal, une très forte réplique a eu lieu à 21h50 et a réellement jeté l’effroi parmi la population. Le 13 décembre à 3h30 puis à 6h du matin, deux fortes secousses. Durant la journée du 13 décembre, dans les montagnes environnantes, d’heure en heure, et cela pendant dix heures les secousses se sont faites ressentir. A 21 heures le même jour, et le 14 décembre à 1h30,deux nouvelles fortes secousses, puis à 3h30 une moins violente. [4]

Des faits étranges
Dans deux journaux de Toulon et d’Apt, des phénomènes étranges sont rapportés.
Selon des faits qui se seraient passés le 13 décembre, les habitants ont été alarmés par l’apparition ou bien l’éruption d’un volcan sur la crête d’une montagne des environs. Couverte de neige les jours derniers, ils remarquèrent qu’elle avait fondu à l’une de ses extrémités. S’étant rendus sur les lieux, ils trouvèrent le sol brûlant et des fissures par où s’exhalait une forte odeur sulfureuse. [3]
S’agit-il du même phénomène ? A 10 kilomètres de Castellane, une large fissure se serait formée, laissant s’échapper des vapeurs sulfureuses, le sol à cet endroit aurait été constaté plus chaud que dans les alentours. [6]

Zone épicentrale
Treize communes se trouvent dans un rayon de dix kilomètres autour de Chasteuil regroupant au total 6 871 habitants, selon le recensement de 1856.
De nos jours, seul le village de Châteauneuf-lès-Moustiers a été totalement déserté par ses habitants victime de l’exode rurale, il est mentionné comme ruine sur les cartes IGN.
Par ailleurs, Villars-Brandis a été rattaché à Castellane en 1964. Il en est de même pour Taloire et Chasteuil rattachés en 1973 à cette même ville.

LocalitésDistancedirection par rapport à ChasteuilIntensitéPopulation 1856
Chasteuil 0 kilomètre Zone épicentrale VIII 149
Taloire 2,5 kilomètres Sud-Est VII 96
Villars Brandis 3,5 kilomètres Est Inconnu 118
Taulanne 4 kilomètres Nord-Est VIII 166
Rougon 4,5 kilomètres Sud-Ouest Inconnu 487
Blieux 6 kilomètres Nord-Ouest Inconnu 650
Robion 6 kilomètres Sud-Est Inconnu 138
Castellane 7 kilomètres Est VII 2129
Châteauneuf-lès-Moustiers 7,5 kilomètres Sud-Ouest Inconnu 475
Senez 8,5 kilomètres Nord Inconnu 750
Trigance 8,5 kilomètres Sud-Sud-Est Inconnu 582
La Palud-sur-Verdon 9 kilomètres Sud-Ouest Inconnu 756
Le Bourguet 9,5 kilomètres Sud-Est Inconnu 140
La Garde 9,5 kilomètres Est Inconnu 235
JPEG - 114.7 ko
Rayon de 10 km autour de l’épicentre
(Infographie : André Laurenti)

Le ressenti en lieux éloignés
A l’extérieur de la zone épicentrale, le ressenti en lieux éloignés reste mal connu. A ce jour, les informations sont disponibles uniquement sur trois villes, Digne, Draguignan et Toulon.
En fonction des sources historiques connues, les intensités (échelle MSK) ont été attribuées sur six hameaux et communes (Sisfrance) :
Chasteuil VIII
Taulanne VIII
Castellane VII
Taloire VII
Draguignan IV-V
Toulon IV

Draguignan
Dans une lettre, l’auteur M. Doublier donne des précisions sur ce qu’il a observé à Draguignan, "je m’empresse de vous annoncer qu’hier 12 décembre à 8 h 35 du soir, nous avons ressenti une secousse peu intense à la vérité, mais assez forte pour déplacer de 15 cm environ et dans la direction nord au sud ou du nord-ouest au sud-est, des lits, des couchettes et des tables dont les pieds sont garnis de roulettes". Quelques sonnettes se sont faites entendre et des objets d’ornement placés sous cloches sur des cheminées ont heurté les uns contre les autres. Cette secousse qui n’a duré que 2 ou 3 secondes s’est manifestée aussi dans quelques communes de nos environs avec aussi peu d’intensité qu’ici. [7]
Draguignan est situé à 33 km au Sud de Chasteuil, il a été attribué une intensité de IV-V sur l’échelle MSK (source Sisfrance).

Toulon
Dans la ville de Toulon,"les oscillations allaient de l’Est à l’Ouest et ont été assez fortes pour agiter les meubles et faire trembler les cloisons des maisons". [8]
Cette ville est située à 89 km au Sud-Ouest de Chasteuil, il a été attribué une intensité de IV sur l’échelle MSK. (source Sisfrance)

Digne
La même secousse a été ressentie à Digne, mais sans y causer de dégâts. [2]

Recherches
Les recherches dans la presse des départements voisins, se soldent négativement dans les Alpes-Maritimes avec "l’Avenir de Nice" ou les journaux du 13 au 24 décembre 1855 ont été consultés. Egalement dans le département du Var avec le bihebdomadaire "Le Var". Les journaux consultés sont ceux du : 25 et 29 novembre - 6, 9, 13, 20, et 27 décembre 1855. .


[1] Perrey A. : Note sur les tremblements de terre ressentis en 1855 avec supplément pour les années antérieures (1843-1854) - Bulletin de l’Académie Royale des sciences des lettres et des Beaux Arts de Belgique T23 24 - Bruxelles 1856

[2] L’ami de l’ordre journal des Basses Alpes 20 décembre 1855 (Sisfrance)

[3] Le Mercure aptésien - 30 décembre 1855 (Sisfrance)

[4] Le Toulonnais journal du Var et de l’Afrique - 20 décembre 1855 - Archives Départementales du Var

[5] Laurent Alexeï : Maregionsud - dossiers inventaire général du patrimoine culturel Provence-Alpes-Côte d’Azur

[6] ROTHE J-P : "Les séismes des Alpes française en 1938 et la sismicité des Alpes occidentales" - Annales 1938 - Institut Physique du Globe de Strasbourg - Tome 3 - Mende 1941 (Sisfrance)

[7] Annuaire de la société météorologique de France - T4 - Paris - 1856 - lettre de Doublier à M. de Brimoni Draguignan (Sisfrance)

[8] Le Toulonnais journal du Var et de l’Afrique - 18 décembre 1855 - Sisfrance


Commentaires

l'actualité Azurseisme

22 août - Trois nouveaux séismes sur la crise du Var

Après une période de repos de trois mois, la crise sismique du Var qui a été initiée le 16 février (...)

16 août - Séisme de Montcecilfone (province Campobasso)

Un séisme de magnitude 5.2 Ml - 5.1 Mw s’est produit le 16 août 2018 à 18h19 TU soit à 20h19 heure (...)

6 août - Séisme dans Hautes Pyrénées

Les réseaux sismiques ont détecté le 6 août 2018 à 20h49 TU, soit à 22h49 heure locale, un séisme de (...)