Séisme d’Argeles Gazost


SÉISME D’ARGELÈS GAZOST DU 17 NOVEMBRE 2006

Au début de la soirée du vendredi 17 novembre 2006 (19 h19 min heure locale) un séisme de magnitude 4.9 a fortement surpris la population du pays de Lourdes, du département des Hautes-Pyrénées (65) dans son ensemble et plus modérément celle des départements alentours (09 Ariège, 31 Haute Garonne, 32 Gers, 33 Gironde, 40 Landes, 64 Pyrénées Atlantiques, 66 Pyrénées Orientales). Ce séisme a été perçu jusqu’à près de 255 km (Rodez - Aveyron), à 200 km (région Bordelaise). L’épicentre a été localisé dans un triangle Argelès-Gazost, Lourdes, Bagnères-de-Bigorre dans le Haut Adour plus précisément sous le massif du Hautacam (nord-est), proche des localités de Gazost (env. 1.5 km), Juncalas (env. 2.5 km), Argelès Gazost (env. 9 km), Lourdes (env. 8.5 km). Grâce aux 45 stations implantées dans le massif, l’observatoire de sismologie de Midi-Pyrénées a pu affiner ses mesures, la magnitude du séisme a été revue à la hausse c’est à dire à 5 sur l’échelle de Richter.

LES EFFETS

Ce séisme a mis en émoi de nombreux habitants du département des Hautes Pyrénées, plus particulièrement de Lourdes et de ses environs. Le Codis 65 a reçu 200 appels provenant de l’ensemble du département, de personnes surprises ou affolées qu’il a fallu rassurer. Le Codis des Pyrénées-Atlantiques a été moins sollicité puisque 15 appels seulement lui sont parvenus. Le choc principal a été suivi par de nombreuses répliques qui ont été ressenties à Lourdes et à Tarbes.

Le Préfet Emmanuel Berthier a immédiatement activé une cellule de crise regroupant sapeurs- pompiers, gendarmes et permanenciers des principaux services de l’Etat, des collectivités locales et d’EDF. Celle-ci a été levée dans la soirée vers 22 h 30 après que les ouvrages sensibles comme les barrages, aient été vérifiés.

JPEG - 72.7 ko
Village d’Aucun
Cette localité est située dans le val d’Azun, une commune du parc national des Pyrénées.
(Photos : Atun Borguetou)

La secousse a entraîné deux brèves coupures d’électricité : 15 secondes dans le secteur rural de Lourdes, 3 minutes dans le secteur d’Argelès-Gazost uniquement dans le département des Hautes-Pyrénées. Dans la sous-préfecture du département et les villages alentour, beaucoup de gens sont sortis de leurs maisons, étonnés, parfois inquiets. C’est toujours impressionnant », raconte un habitant d’Aucun qui a cru qu’un « boulet de canon perçait les murs ». Autre témoignage de ce retraité à Benqué près de Luchon (Haute-Garonne), Jean Peyet raconte : "La vaisselle vibrait. Ce n’est pas la première fois, mais par rapport à la dernière forte secousse, il y a environ huit ans, celle-ci était plus puissante et donnait l’impression que les maisons se soulevaient".

JPEG - 77.5 ko
Village d’Aucun
(Photos : Atun Borguetou)

A Adé, une dame dit avoir vu le sol de son salon onduler. A Trébons, un habitant indique qu’il était dans sa cuisine, cela a secoué très fort rapporte t-il. Quand je suis sorti, j’ai constaté la chute de trois ou quatre ardoises de la toiture de ma maison.

Les pouvoirs publics ont recensé la chute d’un chapeau de cheminée à Agos-Vidalos, cheminées écroulées à Arrayou-Lahitte, fissures et chute de plâtres de la voûte de l’église d’Artalens-Souin, deux cheminées tombées et un mur effondré au premier étage d’une habitation du vieux quartier de Bagnères de Bigorre, 15 bâtiments fissurés à Beaucens et à Villelongue, la Préfecture indique également que dans cette même localité, des chutes de plâtre et de tableaux ont été constatées dans l’église. A Lourdes on déplore 90 bâtiments déclarés endommagés auprès de la Mairie et la chute d’un bloc de roche sur la voie du funiculaire du pic du Jer qui a sectionné un câble, fort heureusement l’accident s’est produit hors période d’exploitation. De petites pierres sont tombées sur les routes des gorges de Luz. On déplore également une chute de plâtre à l’église paroissiale du Sacré Cœur à Lourdes. A Jarret le faux-plafond de la salle des fêtes s’est effondré. A Préchac, la nef de l’église s’est désolidarisée du corps du bâtiment principal et une large fissure a balafré la salle polyvalente. Autre détail intéressant, le village d’Artigues situé en moyenne montagne à environ 700 mètres d’altitude et à quelques kilomètres de Lourdes a été privé d’eau. La source qui alimentait le village s’est asséchée suite au séisme. On déplore également le tarissement momentané de la source de Saint-Blaise. La région de Pau n’a pas été épargnée. En revanche, du côté de Maubourguet ou Trie-sur-Baïse, rien de très sensible n’a été perçu.

ARTIGUES LE VILLAGE SANS EAU

Un villageois qui rendait visite à ses juments a trouvé l’abreuvoir vide le mercredi 29 novembre au matin. Trois jours plus tôt, le dimanche 26 novembre une visite de routine était prévue dans le local du bassin de décantation du village, là aussi l’eau avait disparu !. Alerté M. Didier Mitaut maire des 23 administrés de la commune, s’est rendu sur le lieu de captage situé à 200 m en amont. La source ne coulait effectivement plus. Depuis mercredi 29, les habitants d’Artigues sont privés d’eau, l’eau d’une source qui alimente le village depuis toujours. Deux hypothèses ont été retenues, soit le niveau de la nappe phréatique est passé en dessous du captage, soit la source a été déviée, suite aux secousses de ces derniers temps. L’affaire a été jugée suffisamment importante pour que les services de la préfecture, le conseil général et l’agence de l’eau se réunissent avec les maires des trois communes d’Artigues, de Sère-Lanso et des Angles. En attendant, une solution provisoire a été trouvée. La commune voisine de Sère-Lanso a mis à disposition l’une des sources, distante de 150 m du captage asséché. Grâce à un tuyau posé au sol et raccordé au bassin qui alimente Artigues, le village est à nouveau approvisionné en eau depuis jeudi 30 novembre 2006. Les trois communes vont à présent étudier la possibilité de réaliser un captage commun pour approvisionner Artigues et les Angles sur des sources non exploitées appartenant à Sère-Lanzo. Selon la presse locale, les murs et les toits de ce village, ont visiblement souffert des tremblements de terre.

ETAT DE CATASTROPHE

Dix jours après le séisme, on apprend dans la presse locale que le bilan des dégâts s’alourdit chaque jour un peu plus, les déclarations de sinistres se multiplient auprès des assureurs et des mairies Le maire de Lourdes M. Pierre Artiganave sensibilisé sur le sujet, a déposé une demande de classement en catastrophe naturelle auprès des services de la préfecture. Les éventuels dommages consécutifs seraient ainsi pris en compte par les assurances. Cette demande n’a pour l’instant pas été retenue. De nombreuses communes du pays de Lourdes comme Villelongue, Juncalas et Jarret ont eu de nombreuses fissures dans les maisons. Soixante dix sept communes ont tout de même demandé la reconnaissance de catastrophe naturelle dont Tarbes, en voici la liste. Adé, Agos-Vidalos, Arcizac, Arcizac-ez-Angles, Adour, Argelès-Gazost, Arrayou-Lahitte, Arrodets, Artalens-Souin, Artigues, Aspin-en-Lavedan, Astugue, Ayros-Arbouix, Ayzac-Ost, Bagnères de Bigorre, Barlest, Beaucens, Bénac, Berbérust-Lias, Boô-Silhen, Bordes, Bourg-de-Bigorre, Bourréac, Campan, Cauterets, Cheust, Esparros, Escoubès-Pouts, Esquièze-Sère, Gazost, Ger, Germs-sur-l’Oussouet, Geu, Ibos, Jarret, Juncalas, Juillan, Julos, La Barthe-de-Neste, Labassère, Laborde, Laloubère, Lanne, Lau-Balagnas, Loubajac, Loucrup, Les Angles, Lourdes, Loures-Barousse, Lugagnan, Luz-Saint-Sauveur, Momères, Montgaillard, Montignac, Orincles, Ossen, Ourdis-Cotdoussan, Ourdon, Ousté, Ouzous, Pierrefitte-Nestalas, Pouzac, Préchac, Saint-Créac, Saint-Martin, Saint-Pastous, Saint-Pé de Bigorre, Saint-Savin, Ségus, Séméac, Sère-en-Lavedan, Sère-Lanso, Tarbes, Uz, Vier-Bordes, Villelongue et Visker.

JPEG - 360.4 ko

L’arrêté ministériel du 12 juin 2007 paru au Journal officiel du 14 juin 2007, ne reconnaît pas en état de catastrophe naturelle l’ensemble des communes affectées par ce séisme. C’est la mauvaise nouvelle pour les habitants des 77 communes des Hautes-Pyrénées qui ont déposé des dossiers d’indemnisation. Concrètement, cela signifie que les assurances ne prendront pas en charge les éventuels dégâts occasionnés aux bâtiments. Le risque de tremblement de terre, par définition imprévisible, n’est pas couvert par les contrats multirisques habitations. Toutefois certains contrats permettent de rembourser les désordres occasionnés sur les bâtiments, il est recommandé d’en lire attentivement le contenu. Le maire de Juncalas, ou une quarantaine de ses administrés lui ont signalé des lézardes sur les murs de leur maison, a été déçu de cette décision.

LES RÉPLIQUES :

Les capteurs ont enregistré 85 répliques dans les douze heures qui ont suivi puis 35 nouvelles dans les douze heures suivantes. 206 ont été enregistrés dans les 20 km autour de l’épicentre. Voici dans le tableau ci-dessous les répliques dont les magnitudes ont été supérieures ou égales à 2.5. Le 16 décembre 2006, soit presqu’un mois après le choc principal, une nouvelle secousse de magnitude 4.1 s’est produite à 1 km au nord-nord-ouest d’Argelès Gazost. Le 16 février 2007 un autre événement d’une magnitude 3.7 s’est produit au sud-est de Bagnère de Bigorre soit respectivement à 15 km et à 23 km à l’est des deux précédents événements du 17 novembre et 16 décembre 2006.

PNG - 70.6 ko
Tableau des répliques

INTENSITE DU SEISME

Selon les résultats établis par le B.C.S.F. l’intensité VI a été associée à sept communes : Arrodets, Jarret, Juncalas, Lourdes, Lézignan, Préchac et Sère-Lanso. Les dégâts aux bâtiments ainsi que les effets les plus importants sur les objets et les personnes s’y sont produits (par exemple, chutes de cheminées ou fissures les plus importantes). L’intensité V à VI a été estimée à neuf autres communes : Agos-Vidalos, Arrayou-Lahitte, Aspin en Lavedan, Bagnères de Bigorre, Beaucens, Gazost, Geu, Lau-Balagnas, Ousté, avec des dégâts moins importants. Par ailleurs, l’intensité V a été attribuée à cinquante et une autres communes, dont Argelès, avec des dégâts minimes. Vingt huit communes, jusqu’à 20 km de l’épicentre, ont perçu le bruit d’une explosion, alors que les communes plus éloignées indiquent un coup de tonnerre ou un grondement faible et lointain. A Arrayou-Lahitte, cette forte secousse a été accompagnée d’une explosion, suivie d’un fort grondement souterrain.


BREF HISTORIQUE
21 juin 1660 : Séisme d’intensité maximale de VIII-IX à Bagnères de Bigorre (Pyrénées Centrales). Ce mois de juin fut marqué par de nombreux épisodes telluriques. 24 mai et 15 juin 1750 : Juncalas, le Castelloubon et la région de Lourdes furent durement touchés. Intensité maximale de VII à VIII 07 juin 1778 : Bagnères de Bigorre Saint-Pe intensité maximale de VII. 20 mai 1966 : Séisme localisé à Barousse Comminges, Gourdan-Poligan (Pyrénées Centrales) intensité maximale de VI. 13 août 1967 : Village d’Arette (Pyrénées Occidentales) est endommagé par un séisme d’intensité maximale de VIII à 22 h 07 06 janvier 1989 : à 19 h 33 violente secousse d’intensité maximale V-VI à Campan (Pyrénées Centrales) ressentie jusqu’à Tarbes. 16 mai 2002 : deux secousses d’une intensité maximale V et VI à Sireix et Aucun.

DOCUMENTS PEDAGOGIQUES

Vous pouvez consulter par le lien ci-dessous, une petite vidéo réalisée par la DDE65 des Hautes-Pyrénées d’une durée de 5 mn, qui illustre parfaitement cette page. Ce document entre dans les actions du plan séisme national mis en place par le Ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement Durables. Il propose une approche générale des règles parasismiques sans exhaustivité pour sensibiliser plus que pour former en prenant pour exemples des évènements survenus dans les Hautes-Pyrénées ou sur le Massif Pyrénéen.

LA SISMOLOGIE (vidéo durée 5 mn)

Sources documentaires 2006 :
Journal la Dépêche du Midi - samedi 18 novembre 2006. Journal la Dépêche du Dimanche - dimanche 19 novembre 2006 Journal la Nouvelle République des Pyrénées - lundi 20 novembre 2006 Journal la Nouvelle République des Pyrénées - mardi 21 novembre 2006 Journal la Dépêche du Midi - mardi 21 novembre 2006 Journal la Dépêche du Midi - mardi 28 novembre 2006 Journal la Nouvelle République des Pyrénées - Vendredi 1er décembre 2006 Journal la Nouvelle République des Pyrénées - mardi 12 décembre 2006 Journal la Dépêche du Midi - mardi 12 décembre 2006 Journal la Nouvelle République des Pyrénées - samedi 17 février 2007 Journal la Nouvelle République des Pyrénées - vendredi 22 juin 2007 LAMBERT Jérome et LEVRET-ALBARET Agnès - Mille ans de séismes en France - Ouest Éditions - novembre 1996

Site internet du CEA cartographie schéma -

Sources documentaires 2007
Journal la Nouvelle République des Pyrénées - vendredi 16 novembre 2007 Site internet du Bureau Central Sismologique Français (BCSF)
http://www.franceseisme.fr/

Remerciements
A Atun et Jean-Bernard BORGUETOU correspondant à Tarbes A Maurice BONEFF du collège des Caillols


Commentaires

l'actualité Azurseisme

22 juillet - Séisme de Kos (Grèce)

Un séisme de magnitude 6,6 (U.S.G.S.), 6.5 (Institut Grecque), 6.4 Mw (ReNaSS) s’est produit le (...)

12 juillet - Commémoration des 50 ans du séisme d’Arette

Le séisme du 13 août 1967 à Arette (Pyrénées-Atlantiques) représente avec celui de (...)

1er juillet - Séisme en Suisse

Le Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.) a détecté un séisme de magnitude (...)

10 juin - Matinée technique

L’Association Française de Génie Parasismique (A.F.P.S.) organise à Paris 7-9 rue de la Pérouse, (...)

8 avril - Séisme de Demonte

Les réseaux régionaux ont détecté le 8 avril 2017 à 9h52 TU soit à 11h52 heure locale, un séisme (...)