Vallées de l’Impero et de Prino


LE TREMBLEMENT DE TERRE DU 23 FÉVRIER 1887

A l’ouest du Capo Berta se trouve la ville actuelle d’Imperia. Cette ville a été formée le 21 octobre 1923 par décret Royal, souscrit par Benito Mussolini. Il réunira les localités d’Oneglia et de Porto Maurizio, mais aussi celles de Piani, Montegrazie, Moltedo, Torrazza, Poggi, Costa d’Oneglia, Castelvecchio di Santa Maria Maggiore, Caramagna Ligure et Borgo Sant’Agata. Cette union a permis de créer une ville unique, sur le modèle classique géant correspondant à la politique expansionniste de l’époque.
Oneglia et Porto Maurizio sont séparées par le fleuve Impero et distantes l’une de l’autre de 2,5 kilomètres.
On se trouve dans un contexte côtier similaire au bassin dianais voisin, avec la ville d’Oneglia édifiée sur une zone plate en bord de mer comme Diano et Porto Maurizio construit en hauteur comme Cervo.

ONEGLIA (PROVINCE D’IMPERIA)
Superficie : 4526 ha - Alt. : 10 m
Latitude : 43° 53’ 00" Nord - Longitude : 08° 02’ 00" Est
Population : 8 006 habitants en 1881 – 42 552 habitants au 30 juin 2019

La ville d’Oneglia est située en rive gauche du fleuve côtier de l’Impero. Elle a été sérieusement endommagée par le tremblement de terre, mais les dégâts furent un peu moins spectaculaires qu’à Diano Marina.

JPEG - 179.7 ko
Oneglia
La ville d’Oneglia est édifiée sur une zone plate au bord de la mer comme Diano Marina
(Photo : André Laurenti)

Les effets
Mercalli collecta plusieurs témoignages, dont celui du sacristain de l’église paroissiale, il décrivit avec précision le phénomène. Il prétend avoir entendu d’abord comme un grand vent, puis un mouvement saccadé vertical suivi après d’une ondulation. La force et l’amplitude des ondulations étaient telles que beaucoup, en fuyant, ne tenaient pas debout. Les murs des bâtiments craquaient, puis tout s’est retrouvé enveloppé dans une poussière aveuglante. Certaines maisons peu nombreuses, se sont effondrées...toutes les autres ont été plus ou moins gravement endommagées....
Il a été observé un grand nombre de fissures dans les murs principaux, partant des angles des ouvertures.  [1]
Sur la « Piazza Vittorio Emanuele », la presse italienne mentionne deux maisons effondrées dans lesquelles 22 personnes ont trouvé la mort et une trentaine ont été blessées gravement. Une centaine de maisons sont inhabitables.
Dans toutes les rues, particulièrement celles qui mènent vers les campagnes, des rangés interminables de cabanes en bois ont été montées pour abriter les deux tiers de la population sinistrés [2].

JPEG - 185.9 ko
Effet du séisme
(Collection : Didier Moullin)

Il y a eu aussi beaucoup de dégâts dans le pénitencier de la ville, les cellules sont inhabitables. Les 500 prisonniers, furent transportés sur l’île plate de Pianosa [3].
Dans beaucoup de maisons, les murs ne se sont pas écroulés, mais à l’intérieur les planchers se sont effondrés. L’église paroissiale orientée E-O, bien que vaste et très haute, n’a pas beaucoup souffert, car elle possède trois nefs soutenues par deux séries de colonnes robustes. Le socle en marbre d’une statue a été déplacé d’environ 15 mm. En revanche, l’église de S. Francesco, dont la façade est orientée vers le sud, présentait une importante lézarde verticale [1].
Deux journalistes du Petit Niçois de passage à Oneglia, décrivent un désastre considérable. Les maisons à l’intérieur sont toutes effondrées et inhabitables [4].

PNG - 433.7 ko
Oneglia
(Capture : Google Street Maps)

Un des rédacteurs du journal l’Éclaireur s’est également rendu en Ligurie pour constater les effets. Parmi les édifices publics le bureau du télégraphe et le collège royal se sont écroulés. Partout on peut voir des toits effondrés, des pans de mur branlants, troués de baies lumineuses, les vitres et les persiennes ouvertes...
La maison Agnesi en s’écroulant, a touché la caserne contiguë où huit soldats qui se trouvaient à l’infirmerie ont été atteints, tuant l’un d’entre eux. On cite aussi Mme Machiavello, dont toute sa fortune était en immeubles, parmi les plus beaux d’Oneglia, ils sont tous effondrés... [5].

JPEG - 148.6 ko
Effet du séisme
(Collection : Didier Moullin)
PNG - 425.1 ko
Oneglia
Le même bâtiment aujourd’hui
(Capture : Google Street Maps)

Parmi les édifices publics, l’impressionnant bâtiment dans lequel était réuni l’institut des sourds muets, le pensionnat du collège, les écoles municipales et la cour d’assise subit de graves dommages.
L’hôpital fut inutilisable, les 70 patients furent transférés dans une école maternelle récente et de plain-pied qui a moins souffert. Le tribunal civil ou maison de correction, n’est plus utilisable, le tribunal et ses séances s’est tenu dans une cabane sur la place du Collège [3].

JPEG - 153.3 ko
Oneglia
Campement sur la plage après le tremblement de terre, en arrière plan la ville de Porto Maurizio
(Collection : Didier Moullin)

Au bout du sixième jour, deux ingénieurs venus spécialement de Milan pour vérifier et constater les dégâts, se trouvaient dans une maison fort endommagée lorsque soudain, une énorme poutre se détacha du mur et vint écraser un de ces malheureux [4].
La commission technique du génie civil déclara inhabitable 90 % des habitations, le génie militaire avance un bilan plus élevé de l’ordre de 98 %  [6]


PORTO MAURIZIO (PROVINCE D’IMPERIA)
Alt. : 10 m
Latitude : 43° 53’ 00 Nord - Longitude : 8° 02’ 00 Est

Les effets
Porto Maurizio, chef lieu de la province, est bâti contrairement à Oneglia, sur une colline surplombant la mer.
Dans cette ville, le tremblement de terre a causé de dégâts, mais beaucoup moins qu’à Oneglia. Aucune maison ne s’est complètement effondrée, mais beaucoup ont été sérieusement endommagées, spécialement dans la partie Est de la ville. Taramelli et Mercalli ont noté une différence géologique entre l’est et l’ouest du site sur lequel est bâti l’agglomération. Les bâtiments de la partie ouest ont moins souffert que ceux situés à l’est. Les maisons en général sont très hautes, de l’ordre de quatre à cinq niveaux. Les dégâts ont été constatés dans les parties les plus élevées. La cathédrale n’a que quelques fissures sur les faces Est et Ouest, elle a souffert un peu plus à l’angle Nord-Ouest Au total les dégâts constatés par l’expertise des ingénieurs du gouvernement, s’élèvent à 709 800 lires. Une personne a été tuée par la chute d’une corniche et neuf autres ont été blessées  [1].

JPEG - 143.1 ko
Porto Maurizio
Porto Maurizio est bâti contrairement à Oneglia, sur un point élevé surplombant la mer.
(Photo : André Laurenti)

Issel précise que le séisme a endommagé spécialement des maisons de la vieille ville déjà en mauvais état. Les constructions situées en proximité du port souffrirent beaucoup moins. L’ex-couvent de l’Annonciade fut gravement endommagé. Celui-ci est situé en hauteur au nord de la ville. Les murs ont été fendus, défiant la verticalité, les planchers ont été démolis et couverts de gravats [7].
La presse confirme pour cette ville, des dégâts moins importants qu’à Diano Marina. Deux semaines après, la peur retient hors de leurs demeures la plus grande partie des habitants, ce qui laisse supposer que de nombreuses maisons sont habitables [6].
Une partie de la population a reçu l’hospitalité à bord des bateaux ancrés dans le port, d’autres dans des wagons de la compagnie des chemins de fer, tandis que les agriculteurs et les pêcheurs se partagèrent des cabanes en planches.

LE BASSIN DE L’IMPERO ET DE CARAMAGNA

Le bassin de l’impero et la vallée de Caramagna, abritent sur ses 120 km2 de nombreux villages et hameaux. Les intensités définies varient entre VI-VII et VIII.
L’importance des destructions est en relation avec le domaine montagnard, l’instabilité des sols ou stabilité précaire et aussi la qualité médiocre des constructions.

CASTELVECCHIO
Hameau dépendant actuellement d’Imperia
Dans cette localité située sur les hauteurs d’Oneglia, les dégâts ont été un peu moins graves qu’à Costarossa un hameau encore plus en amont.
Dans l’église de Castelvecchio, une clé s’est rompue.
Dans une maison, un couple qui était couché, ont perçu une rumeur et le début de la secousse, ils se sont précipités contre un mur ; peu après une partie des voûtes de la chambre s’est effondrée et ils ont été à moitié ensevelis. Quelques minutes après, la deuxième secousse a fait tomber l’autre partie de la voûte. Ils ont été rapidement extraits des ruines par leurs voisins et ils s’en sont sortis avec quelques ecchymoses et beaucoup de peur [1].

COSTAROSSA
Costarossa ne figure plus sur les cartes, ce lieu habité était situé sur une crête surplombant Oneglia. Lors du tremblement de terre, des maisons se sont effondrées et il y a eu 3 blessés et 1 mort. A l’église, la petite voûte qui portait la cloche a été jetée au sol et la façade a eu une fissure pratiquement verticale au milieu qui va de haut en bas. Près de cette église, il y a eu un groupe de maisons très endommagées, spécialement dans la partie nord. L’angle N-O d’une autre maison, a été ruiné et l’angle N-N-E s’est détaché [1].
Après le séisme, ce hameau n’a pas été reconstruit, aujourd’hui il ne reste plus que les ruines d’un moulin dont on peut encore voir les voûtes de pierre. Autour de ce lieu, un habitat diffus s’est mis en place.

PNG - 539.9 ko
Les ruines de Costarossa
Costarossa n’a pas été reconstruit après le séisme
(Capture : Google street maps)

OLIVETO

Ce groupe de maisons, repose d’après Mercalli, sur une épaisse strate de calcaire marneux inclinée à l’est. Les dégâts ont été un peu moins graves que les localités précédentes. L’église a eu une fissure verticale dans la partie médiane de l’abside et plusieurs fissures au sommet des arcades. Dans une maison, près de l’église, tout le côté sud a été pratiquement détaché du reste [1].

JPEG - 227.2 ko
Bassin de l’Impero et de Caramagna
En rouge, intensités (EMS 98) proposées par A. Laurenti
(Infographie : A. Laurenti, à partir d’un fond de carte Google Maps)

On relèvera pour l’ensemble de ce territoire, trois particularités. La première concerne le hameau de Massabovi. A cette époque, cette localité formait un petit groupe de maisons. Tous les bâtiments furent inhabitables et plusieurs s’écroulèrent plus ou moins partiellement. Selon Mercalli, les dégâts ont été accentués par un sol peu résistant, mais aussi par la mauvaise qualité des constructions pour lesquelles il a été employé de gros galets et du fumier de bovin comme ciment [1].
A peu de distance de Massabovi, les villages de Caramagna Ligure et Caramagnetta souffrirent beaucoup moins, car ces localités ont été construites sur de la roche vive  [7].
La seconde, porte sur le village de Conio situé dans la vallée de l’Impero. Les maisons de ce bourg ont beaucoup souffert, trois furent en ruine et l’église a dû être fermée, l’édifice menaçait ruine. Plusieurs journaux, notamment la presse française ont confondu cette localité avec Cuneo dans le Piemont.
Et enfin, on retiendra pour ce secteur, l’effondrement de la voûte de l’église d’Aurigio, provoquant dix morts et deux blessés. Il s’agit du drame le plus important de ce territoire.
Le tableau ci-dessous a été réalisé à partir du mémoire des professeurs Taramelli et Mercalli, les seuls observateurs a avoir fourni autant d’informations dans ce secteur.

Localité Nb hab.1887 Morts Blessés Estimation (Lire) Intensité (MCS) INGV Intensité (MSK) Sisfrance Intensité A. Laurenti (EMS 98)
Oneglia 8006 20 22 2 000 000 VIII IX-X VIII
Porto Maurizio 7219 1 9 769 800 VIII ND VII-VIII
Castelvecchio 451 0 2 116 410 ND ND VII-VIII
Costarossa NC 1 3 NC ND ND VIII
Oliveto NC 0 0 NC ND ND VII
Massabovi NC 0 2 NC VIII ND VIII
Caramagna Ligure 627 0 0 50 000 ND ND VII
Cantalupo NC 0 0 NC ND ND VIII
Borgo Sant-Agata 503 0 0 21 200 VII-VIII ND VII-VIII
Costa d’Oneglia 544 0 0 69 770 VII-VIII ND VII-VIII
Montegrazie NC 0 0 38 000 VII ND VII
Moltedo NC 0 0 12 500 VII ND VII
Bestagno 394 0 0 38 230 VII VII-VIII VII
Villa Viani 551 0 0 75 080 VII-VIII VIII VII-VIII
Villa Guardia 336 0 0 32 895 VII VII-VIII VII
Pontedassio 1352 0 0 29 500 VII VII VI-VII
Sarola 241 0 oui ? 52 000 VIII VIII VIII
Gazzelli 439 0 0 15 635 VII VII VII
Olivastri 114 0 0 5 470 VII VII VII
Chiusavecchia 389 0 0 12 550 VII-VIII VII VI-VII
Lucinasco 661 0 2 31 790 VII-VIII VII VII
Chiusanico 463 0 2 17 710 VIII VIII VII
San Lazzaro Reale 300 0 0 9 800 VII-VIII ND VI-VII
Candeasco 224 0 0 13 750 VII VII-VIII VII
Borgomaro 844 0 0 18 800 VII-VIII VIII VII
Maro Castello 160 0 0 90 000 VIII VIII VIII
Villa San Sebastiano 345 0 0 12 275 VII-VIII VII-VIII VII
Villa San Pietro 611 0 0 33 350 VII-VIII VII-VIII VII-VIII
Conio 568 0 0 28 950 VII-VIII VII-VIII VII-VIII
Aurigio 760 10 2 30 350 VIII VII VII
Torria 548 0 0 13 450 VII-VIII VII VII
Caravonica 324 0 0 12 250 VII-VIII VIII VII-VIII
San Bartolomeo 291 0 0 5 600 VII-VIII VIII VII-VIII
Cesio 319 1 0 8 700 VII-VIII VII VII
Arzeno d’Oneglia NC 0 0 NC VII-VIII ND VII-VIII

Légende du tableau :
NC : Non Connu - ND : Non Défini
Echelle d’intensité : MCS : Mercalli, Cancani et Sieberg – MSK : Medvedev, Sponheur et Karnik – EMS 98 : European Macroseismic Scale 1998

L’intensité a pu être définie sur 33 localités d’un territoire d’environ 120 km2. Pas d’information sur les localités suivantes :
Vallée d’Impero : Oliveto, Borgo d’Oneglia, Poggialto, Borgoratto
Vallée de Caramagna : Artallo

Remarque : il existe un village de Moltedo dans la vallée de San Pietro du bassin dianais, et un second ici dans la vallée de Caramagna.


VALLEES DE CARAMAGNA ET DE PRINO

Plus à l’ouest se trouve les vallées de Prino et de San Lorenzo regroupant environ 32 localités sur un territoire de 74 km2. Les intensités varient de VII à VIII, l’unique intensité de VIII concerne Poggi di Porto Maurizio proche de la mer.

JPEG - 187.9 ko
Vallées Prino et San Lorenzo
En rouge, intensités (EMS 98) proposées par A. Laurenti
En noir, intensités (MCS) définies par l’INGV
(Infographie : A. Laurenti, à partir d’un fond de carte Google Maps)
Localité Nb hab.1887 Morts Blessés Estimation (Lire) Intensité (MCS) INGV Intensité (MSK) Sisfrance Intensité A. Laurenti (EMS 98)
San Lorenzo al Mare 231 NC NC NC VII-VIII VII-VIII ND
Cipressa 603 NC NC 67 850 VII-VIII VII-VIII VII-VIII
Costarainera 347 NC NC NC VII-VIII VIII ND
Poggi di Porto Maurizio 494 0 0 82 330 VIII ND VIII
Piani 642 0 1 27 290 VII-VIII ND VII
Lingueglietta 509 0 0 NC VII-VIII VIII VII-VIII
Civezza 723 0 0 84 000 VII-VIII VII VII
Torrazza 391 0 0 12 110 VII VII-VIII VII
Boscomare 422 0 0 NC VII-VIII VIII ND
Pietrabruna 876 0 4 37 930 VII VII VII
Dolcedo 2071 0 2 37 880 VII VII VII
Lecchiore NC 0 Oui ? NC VII ND VII
Prelà 960 0 2 55 605 ND VI-VII VII
Praelo NC 0 0 NC VII ND VII
Valloria 293 1 3 6 810 VII-VIII VIII VII
Vasia 1496 0 0 39 000 VII ND VII
Case Carli NC 0 0 NC ND ND VII
Prelà Castello NC 0 0 NC VII ND ND
Pantasina 474 3 5 19 545 VII-VIII VIII VII-VIII
Pianavia NC 0 0 22 000 VII ND VII
Tavole 488 2 7 38 720 VII-VIII VIII VII-VIII
Villatala 443 2 6 45 720 ND VIII-IX VII-VIII

Les effets du séisme ne sont pas connus pour les localités suivantes : Costa Carnara, Isolalonga, Costellazzo, Trincheri, Bellissimi, Molini di Prelà, Novelli, Villa Revelli, Canneto Soprano et Torretta.

Dans ce territoire le tremblement de terre a fait 8 victimes et une trentaine de blessés.
A Villatalla la partie sud inférieure du village a été presque détruite. Sur 26 maisons, 22 ont été déclarées inhabitables. L’église paroissiale a beaucoup souffert, le presbytère s’est effondré [1]. Issel mentionnera pour ce village deux victimes et quatre blessées [7].
A Pantasina, l’église a été ruinée faisant deux victimes. De nombreuses maisons sont devenues inhabitables et d’autres ont été gravement endommagées [1].
A Tavole les cheminées et voûtes sont tombés et de nombreuses maisons sont devenues inhabitables.Deux personnes décédèrent par la peur [1].
Issel indique 7 blessés pour ce village [7].


Source documentaire

- Levret Agnès Grunthal G : Cahier du Centre Européen de Géodynamique et de Séismologie – volume 19 – l’Echelle Macrosismique Européenne – année 2001


[1] TARAMELLI T. et MERCALLI G. "Il terremoto Ligure del 23 febbraio 1887" - Parte IV - Volume VIII - Roma 1888 - Biblioteca Istituto Geologia Universita di Genova

[2] Corriere della Sera (Milano) 9 -10 décembre 1887

[3] Gazzetta Ufficiale del Regno d’Italia n°098 del 27 aprile 1887

[4] Le Petit Niçois du 1er mars 1887 – Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[5] L’éclaireur du Littoral du 1er mars 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[6] Le Petit Niçois du 10 mars 1887 – Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[7] Issel Arturo : « Il terremoto del 1887 in liguria » - Roma 1888 - Société Géologique de France


Commentaires

l'actualité Azurseisme

27 juin - Séisme de Plogoff

Un séisme de magnitude 4.5 (source CEA LDG) a été enregistré au large du Finistère, le 27 juin 2020 (...)

23 juin - Séisme de Vallorcine

Un séisme de magnitude 3.8 MLv (source ReNaSS) a été enregistré en limite entre la Haute Savoie et (...)

2 mai - Séisme de Saint-Sauveur-sur-Tinée

Un séisme de magnitude 3,4 MLv (Geoazur) a été enregistré par les réseaux sismiques régionaux, le 02 (...)