Effets du séisme sur Peille


Situation géographique
Le village de Peille se situe à 650 m d’altitude, proche de Nice (16 km) et de la principauté de Monaco (7 km) deux agglomérations fortement peuplées (382 000 habitants). Il s’inscrit dans un secteur extrêmement tourmenté, agrippé sur le flanc Sud du mont Castellet (825 m). il est barré au nord par l’imposante Cîme de Baudon (1 266 m) et le col routier de la Madone (928 m), à l’est par la Cîme de Morgelle (1 079 m), celle de Gariglian (1 108 m) et des Cabanelles (1 090 m) et enfin au sud par le mont Rastel (802 m). À l’est entre la montagne et le village, une entaille profonde permet au torrent du « Faquin » de couler parmi les rocailles jusqu’au hameau de la Grave de Peille situé en aval où il conflue avec le Paillon de la Grave. Ce site remarquable s’ouvre vers le sud-ouest perpendiculairement à la vallée du Paillon.

JPEG - 176.9 ko
Village de Peille
Peille est situé sur un versant dominé à 650 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

PEILLE
Superficie : 4 316 ha - Alt. : 630 m.
Latitude : 43° 48’ 11’’ Nord - Longitude : 7° 24’ 09’’ Est
Population : 1 591 habitants en 1886 – 2 376 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes du pays des Paillons

Cadastre : Section/feuille : E1 (d) - Année 1866

La presse locale écrivit que la moitié du village est inhabitable, les maisons sont crevassées ou à moitié détruites. Les habitants campent en rase campagne. Il n’y a eu aucun accident de personnes. Tout le monde a pu fuir à temps [1].

Quinze jours après le séisme, chacun a pu se rendre compte des dégâts et ils sont plus considérables qu’on ne se l’imaginait relatera le même journal. Une quarantaine de maisons devront être reconstruites en totalité ou en partie, l’église, qui ne paraissait pas avoir souffert, aura besoin de nombreuses réparations et les chemins, ceux surtout qui sont au nord de Peille, réclament des travaux urgents... [2].

JPEG - 100.9 ko
Peille
A gauche, la partie supérieure de l’ancien palais de justice fut reconstruite après le séisme. A droite, le tremblement de terre détruisit la chapelle Saint-Roch
(Photos : André Laurenti)

Lors du tremblement de terre les habitants ont pu fuir à temps sans aucun accident. Cependant les dégâts ont été considérables, une quarantaine de maisons sont à reconstruire en totalité ou en partie. Un extrait du registre des délibérations en date du 6 mars 1887 mentionne que le quartier de la Bourgade est l’un des plus maltraités de Peille. Le terrain sur lequel il repose, bouleversé jusqu’à sa base glissera à la pente à la moindre infiltration des eaux et entraînera avec lui les maisons même les mieux consolidées. Le seul moyen efficace de le protéger pour le présent et l’avenir, c’est de construire en contre bas, un gros mur de soutènement d’une longueur d’environ 100 à 130 m et d’une hauteur moyenne de 6 m [3],

La découverte aux Archives Départementales d’une liste des dégâts par propriété, a permis de mettre en lumière les habitations individuelles affectées par le tremblement de terre. Ce document désigne les immeubles endommagés, auxquels été associés le numéro de parcelle correspondant mais aussi la nature des dégâts. Les indicateurs utilisés pour classifier les dommages étaient les suivants :
- Totalement détruit
- Partiellement détruit
- Endommagé
Ces informations ont permis une visualisation précise sur un extrait cadastral en vigueur à l’époque (année 1866). Les dégâts ont affecté l’ensemble du village avec une amplification dans le quartier situé entre la place Carnot et la place Princesse Caroline de Monaco, au quartier du Pous et autour de la place du Mont-Agel.

JPEG - 369.1 ko
Extrait cadastral de Peille
Application des effets du séisme de 1887 sur le cadastre de 1866
(Carte : André Laurenti)

Selon un état général établi sur chaque commune par la Préfecture, 145 personnes auraient eu des pertes, 3 maisons ont été détruites et 39 partiellement détruites [4].

L’église paroissiale Sainte-Marie
Le séisme a occasionné de sérieux dommages à l’église paroissiale et notamment au clocher. Dans sa séance du 21 juillet 1889, le Conseil de Fabrique de la paroisse expose qu’à la suite du séisme le clocher a beaucoup souffert et que les escaliers intérieurs ont été en partie détruits ainsi que leurs paliers, c’est-à-dire les voûtes. Les mêmes secousses ont déplacé les cloches qui ne tiennent en place qu’imparfaitement. L’architecte, monsieur Millo, a également relevé des dégâts assez importants à la toiture. La voûte de la nef du milieu a été fendue dans toute sa longueur d’est en ouest, les murs de la périphérie se sont écartés et la voûte de la nef du côté de l’évangile menace sur deux points [5].

JPEG - 134.6 ko
Eglise paroissiale de Peille
L’édifice a subi des dommages lors du séisme. A l’extérieur, des arches ont été réalisées pour maintenir les murs
(Photos : André Laurenti)

Chapelle Saint-Roch

Orientée est-ouest, l’édifice construit à l’entrée du village date peut-être de la fin du XVIe ou du début du XVIIe siècle. Le tremblement de terre ligure la détruisit entièrement. En 1898 des artisans maçons l’ont reconstruite sur le même emplacement.

Hypothèse sur les raisons des dégâts
Le bâti de ce village semble irréprochable, il montre en effet avec orgueil, une orgie de pierres de taille provenant d’une carrière proche, dont les bâtisseurs s’étaient servis pour le construire de la manière la plus noble. On peut dire que les maisons sont très bien conçues, un héritage précieux et magnifiquement consolidé par les anciens.
En revanche c’est l’implantation du village qui semble poser problème. Peille est situé carrément à l’aplomb d’un faisceau de failles dont l’une traverse le village. Cependant, il est difficile d’avancer l’hypothèse que ces accidents aient joué un rôle de "conducteur" au séisme ligure. L’avis en effet des spécialistes sur ce sujet reste très partagé. Toutefois, on peut constater que la faille "Peille-Sainte Thècle", traversant Peille et d’une longueur estimée à 18 km, a dans sa vie de faille, broyé les roches qui se trouvent sur son passage (brèche de faille), favorisant les infiltrations d’eaux et la formation de vides et de cavités rendant ainsi très instable le site sur lequel est édifié Peille. L’amplification des dégâts lors du séisme s’explique donc par cette instabilité du terrain.

JPEG - 167.6 ko
Faille Peille Sainte-Thèle
Une faille importante passe sous le village et se poursuit jusqu’à Sainte-Thècle dans le Paillon. Voici une de ses expressions en surface avec ce miroir de faille observable au nord du village
(Photo : André Laurenti)

Effets du séisme sur les hameaux
Toutefois, comme sur d’autres communes de ce secteur, la population éparse demeure importante, 579 habitants selon le recensement de 1886. On ne dispose d’aucune information sur les hameaux qui regroupent le plus d’habitants comme Blausasc (hameau de Peille à cette époque), la Grave de Peille et la Pointe de Peille.

Remarque
Le hameau de Blausasc était rattaché à Peille jusqu’au 13 janvier 1926. A cette date le Conseil d’État vota la loi prononçant la création d’une nouvelle commune des Alpes Maritimes


[1] Le Petit Niçois du 25 février 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[2] Le Petit Niçois du 10 mars 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[3] Dossier 1 M 986 Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[4] Etat présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. Des A. M.

[5] Gauberti, Pierre, Peille son histoire, 1973, t. 1, p. 292


Commentaires

l'actualité Azurseisme

27 juin - Séisme de Plogoff

Un séisme de magnitude 4.5 (source CEA LDG) a été enregistré au large du Finistère, le 27 juin 2020 (...)

23 juin - Séisme de Vallorcine

Un séisme de magnitude 3.8 MLv (source ReNaSS) a été enregistré en limite entre la Haute Savoie et (...)

2 mai - Séisme de Saint-Sauveur-sur-Tinée

Un séisme de magnitude 3,4 MLv (Geoazur) a été enregistré par les réseaux sismiques régionaux, le 02 (...)