Séisme du 7 juillet 2011


Séisme d’Ajaccio du 7 juillet 2011

Le Réseau National de Surveillance Sismique (ReNaSS), a enregistré le 7 juillet 2011 un tremblement de terre d’une magnitude locale de 5.5 (Ml). Cet événement a été par la suite, recalculé par Geoazur en magnitude d’énergie de 4.9 (Mw). Ce séisme s’est produit en Méditerranée à environ 107 km à l’ouest d’Ajaccio et à 175 km au sud-sud-est de Cavalaire dans le Var. Cet événement est survenu à 19h21 TU soit à 21h21 heure locale. Selon le Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.), ce séisme fort a été largement ressenti par la population sur une distance de près de 260 kilomètres autour de l’épicentre et également sur la côte occidentale de la Corse, mais aussi de Marseille à Menton. Il n’a pas généré de dégât, mais il représente le plus fort séisme enregistré en France de ce XXIeme siècle.

JPEG - 51.4 ko
En Corse
Îles Sanguinaires depuis la pointe de la Parata
(Photo : André Laurenti)

Particularité

Cet événement s’est produit dans un secteur où il y a habituellement très peu de séismes. La sismicité instrumentale des dernières décennies et celle historique ne mentionnent pas de séisme aussi fort dans cette zone. Le seul événement marquant est le séisme du 19 juillet 1963 qui a eu comme magnitude 6.0, mais l’épicentre était plutôt localisé à l’est, entre la Corse et le continent soit plus précisément à 80 km au sud de San Remo, par conséquent assez éloigné du secteur qui nous intéresse aujourd’hui. Le bloc Corse-Sardaigne se trouvait il y a 23 millions d’années soudé au continent avant de s’en écarter en pivotant et prendre la position actuelle, 2,5 millions d’année plus tard. Suite à ce mouvement anti-horaire, de nombreuses failles d’extension jalonnent ce bassin et peuvent rejouer de temps en temps et produire des séismes de magnitude modérée.

PNG - 65.2 ko
Signal du séisme
Enregistrement en 3 dimensions du réseau R.A.P. géré par Geoazur-OCA-CNRS-UNS sur la station de Cagnes-sur-Mer.Tout en haut la composante est-ouest, au milieu la composante nord-sud et enfin la composante verticale en bas. La lettre P à gauche indique l’arrivée des premières ondes P (verticales). Les autres valeurs en horizontal représentent les secondes et en vertical l’amplitude du mouvement en m/s2.

Les effets

Selon les premières évaluations du Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.), une intensité maximale de V a été observée sur une seule commune de la Corse et une intensité de IV sur de nombreuses localités dont Ajaccio qui est la plus proche de l’épicentre. Les pompiers n’ont fait état d’aucun dégât matériel.

Alpes-Maritimes
Dans les Alpes-Maritimes, ce séisme a été ressenti jusqu’à Saint-Etienne de Tinée soit 256 km, sinon dans de nombreuses localités du département à Menton, Nice, Mandelieu la Napoule, Lantosque, Cannes, Cagnes-sur-Mer, le Tignet, Roquebrune Cap Martin, Saint-Paul, Valbonne, Saint-Jean la Rivière... Souvent des sensations, des vibrations et un grondement avec une intensité de II à III sur l’ensemble de ces localités. Selon la Conservatrice du musée à Cagnes-sur-Mer, à l’heure de la secousse, l’alarme intrusion s’est déclenché au Musée Renoir. Une exception toutefois, pour la commune de Sainte-Agnès, elle est la seule du département à avoir une intensité de IV.

Var
Dans le département du Var il a été ressenti à : Bandol, Brignoles, Draguignan, Flayosc, Fréjus, Hyères, le Lavandou, les Arcs, Lorgues, Saint-Raphael, Saint-Tropez, Sainte-Maxime, Toulon, comme pour les Alpes-Maritimes les intensités ont été estimées de II à III. L’intensité de IV a été attribuée sur les cinq communes suivantes : Callian, Aups, Grimaud, Cogolin et Sollies ville.

Bouches du Rhône
A Marseille, la secousse a été particulièrement ressentie dans les 6e, 8e et 9e arrondissements, proches du littoral, selon les marins-pompiers. On a vu des gens sortir de chez eux, dans le XIVe arrondissement, effrayés par le séisme et ne sachant quoi faire. Une centaine de Marseillais ont appelé les pompiers inquiets ou en quête d’informations. A la préfecture des Bouches-du-Rhône, on a précisé qu’à Marseille, dans la zone des Calanques et du littoral, ont été ressenties deux secousses. Intensité II.

Corse
Plus proche de l’épicentre les habitants de la Corse ont davantage ressenti le séisme. La secousse a bien été ressentie à Cargèse. Selon les témoignages de certaines personnes "les meubles ont bougé". Il est a noter des appels téléphoniques, parfois angoissés, des résidents de cette région. Mêmes impressions ressenties à Corte, en Haute-Corse, en plein centre de l’île. "Il y a eu comme un bruit sourd et les meubles se sont mis à trembler", raconte une habitante de la cité universitaire. Mais heureusement, cela n’a duré que quelques secondes." A Venaco au sud de Corte, la secousse a été plus ressentie en bas qu’en haut du village. A Casanova également au sud de Corte, l’écrivain Jean Claude Macé a eu l’impression que la maison allait tomber. Quelque 1.200 appels téléphoniques ont été adressés aux pompiers corses dans la soirée par des habitants. L’intensité V a été attribuée sur une seule commune, il s’agit de Viggianello situé juste à l’est de Propriano. Autrement, l’intensité de IV a été estimée sur de nombreuses localités : Poggio, Casaglione, Piana, Calenzana, Speloncato, Olmeta-di-Tuda, Saint-Florent, Erbalunga, Asco, Sainte-Lucie de Tallano, Eccica, Cristinacce, Lugo, Castirla, Piedicroce, Piève...

Azurseisme
De nombreux témoignages de personnes qui ont ressenti le phénomène sont arrivés également sur le site "azurseisme.com" provenant de : Cagnes ville et Haut de Cagnes, Saint-Laurent, Breil-sur-Roya, Nice ouest, Juan les Pins. Le site a connu un pic élevé de fréquentation au moment du séisme. Alors que la moyenne des visiteurs ne dépassait pas les 130 par jour depuis le début du mois de juillet, une brutale montée jusqu’à 1294 visiteurs et que l’on peut voir sur les graphiques ci-dessous, montre un vif besoin d’information sur l’événement. Le graphique de droite montre l’heure à laquelle les visiteurs ont commencé à se précipiter sur le site.

JPEG - 70 ko
Statistiques azurseisme.com
(Extraits du site par André Laurenti)

Événement précurseur

Ce séisme a été précédé par un événement précurseur de magnitude 4.0. Celui-ci s’est produit samedi 02 juillet à 14h43 TU soit à 16h43 heure locale, il est passé totalement inaperçu de la population. L’épicentre a été localisé plus précisément par le ReNaSS à 118 km à l’ouest de Piana, 114 km au sud-sud-est de Cavalaire et 120km de Ramatuelle.

Les répliques

Une réplique de magnitude de 3.8 a suivi le choc principal 17 minutes plus tard à 19h38 TU soit à 21h38 heure locale. En raison de l’éloignement entre l’épicentre et les zones habitées les plus proches, cette réplique n’a pas été ressentie. Trois autres répliques comprises entre 3.0 et 3.9 se sont produites. D’autres répliques ont eu lieu, mais restent inférieures à 3.0.


Sites sources
http://websismo.unice.fr/DataSismo_...
http://www.seisme.prd.fr/seisme.php...
http://renass.u-strasbg.fr/


Note à propos de la station de Cagnes-sur-Mer

La station appartenant au réseau R.A.P. (Réseau Accélérométrique Permanent), a été installée le 26 juin 2003 dans le château musée de Cagnes en accord avec la municipalité de Cagnes-sur-Mer. Son code est : CAGN Le réseau RAP comprend 17 stations déployées dans les Alpes-Maritimes et sur le territoire de la Principauté de Monaco. L’ensemble est géré par l’UMR Geoazur-OCA-CNRS-UNS. Ce réseau enregistre les mouvements forts du sol produits dans la zone épicentrale de séismes d’une magnitude supérieure à 3. Les stations du RAP ont une grande dynamique d’enregistrement, ce qui assure qu’elles pourront enregistrer le cas échéant de très forts séismes sans aucun effet de saturation.

Les données permettent d’effectuer des études détaillées de l’atténuation des ondes sismiques et de leurs perturbations lors de la traversée des différentes couches géologiques et à terme d’établir une cartographie des effets de site. Il s’agit là d’un élément fondamental pour les études dans le domaine de la prévention sismique et de l’aménagement du territoire. En raison d’une faible activité sismique depuis son installation à Cagnes, cette station n’a pas eu vraiment l’occasion de faire ses preuves. C’est désormais fait avec le séisme d’Ajaccio, le signal est l’un des meilleurs de l’ensemble du réseau et sera utilisé par la communauté scientifique lors de l’étude de cet événement.


Commentaires

l'actualité Azurseisme

4 février - Séisme en Martinique

Un séisme de magnitude 5.7 Mw (source Centre Sismologique Euro-Méditerranéen C.S.E.M.), magnitude (...)

18 janvier - Nombreux séismes en Italie centrale

Selon l’Institut National de Géophysique et de Volcanologie (INGV), depuis la journée du 18 (...)

7 janvier - Séisme dans le Morbihan

Selon un communiqué du Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.), un séisme (...)

30 décembre 2016 - Bonne Année 2017

Avec plus de 100 000 visiteurs cette année, je vous remercie pleinement pour votre fidélité et (...)

29 décembre 2016 - Bilan 2016

Bilan de l’année 2016 Sur l’ensemble du territoire d’observation d’Azurseisme (47 000 km2), (...)