Effets sur le village de Bézaudun


LE SÉISME LIGURE DU 23 FÉVRIER 1887

Effets sur le village de Bézaudun les Alpes

BÉZAUDUN LES ALPES
Superficie : 2 144 ha - Alt.:880 m.
Latitude : 43° 48’ 29" Nord - Longitude :7° 05’ 48" Est
Population : 146 habitants en 1877 – 223 habitants en 2011 État des logements en 1999 : 120 dont 61 principaux – 50 secondaires – 9 vacants – avant 1949 nb. 19

Cadastre Napoléonien 1841
Section : C1 Le Village de Bézaudun et Ville-Plaine, Le Village de Bezaudun

Situation géographique

Le territoire de Bézaudun est situé à environ 40 km au nord-ouest de Nice et au nord-est de Grasse à une altitude de 880 m. Le village est bâti sur une croupe au pied du massif du Cheiron. L’adaptation à ce relief particulier a entraîné une urbanisation continue sous forme de maisons basses. Bézaudun domine le Bouyon affluent de l’Esteron, ce bassin se caractérise principalement par un aspect préalpin très prononcé offrant un paysage sauvage et inhabité. Situé sur la partie orientale de l’arc de Castellane, les plissements est ouest rendent difficiles les communications nord sud entre chaque vallée.

JPEG - 45.9 ko
Le village de Bézaudun les Alpes
Il est dominé par son château
(Photo : André Laurenti)

Le climat

Les variations de température sont nettement plus importantes que dans la zone côtière. Le site est soumis au vent d’ouest (Mistral) froid en hiver. L’enneigement est variable selon les années, il se maintient toutefois sur le massif élevé du Cheiron situé au nord du village.

Urbanisation

Cette commune s’étend sur une superficie de 2 144 hectares et regroupe au sein du village, 143 habitants (146 en 1877, 80 en 1982 et 88 en 1990). L’habitat réalisé en pierre locale (calcaire, tuf calcaire, marne), comporte deux secteurs anciens encore bien distincts : "le village" et "les écuries". Au dessus des "écuries" à l’ouest, se trouvaient les "Aires" à battre ; en contrebas à l’est, les "Ferrages" et encore plus bas l’Ort" qui signifie jardin potager en provençal. Le cadastre de 1841 laisse apparaître un village enfermé dans le tracé d’une enceinte percée de trois portes : l’une à l’ouest, les autres au nord et au sud. La porte ouest correspond à l’ancien accès au château qui domine le village.

JPEG - 43.3 ko
Village de Bézaudun
Le paysage environnant demeure sauvage et inhabité
(Photo : A. Laurenti)

Effets du séisme Ligure

Lors du tremblement de terre de 1887, les dégâts ont été importants sur la commune. Les plafonds de la salle d’école et de la salle du Conseil Municipal, ont été fendillés en divers points et des plâtras menacèrent de tomber. Les trois murs de l’est à l’ouest du logement de l’instituteur ont été lézardés de telle façon que des tirants furent nécessaires. Les plafonds du couloir et de l’escalier sont tombés en partie, et des crevasses existent à l’intérieur comme à l’intérieur. Les murs des combles du presbytère furent lézardés dans tous les sens et ne permettaient plus de supporter la toiture. Il a été préconisé pour ce bâtiment, de baisser la toiture au niveau du plancher et de poser des tirants à tous les murs au niveau des planchers de l’étages ainsi que sous la toiture Selon les archives de la commune et le rapport de la Préfecture, six habitations se seraient écroulées entièrement, une dizaine partiellement et trente autres auraient subi des dégâts divers. Par ailleurs, la conduite d’alimentation qui allait de la prise d’eau à la fontaine publique a été endommagée. Suite à cette catastrophe, les habitants campèrent plusieurs jours dans la neige.

PNG - 581.1 ko
Bézaudun les édifices religieux
A gauche la chapelle de Notre Dame du Peuple, le contrefort a été réalisé après le séisme de 1887. A droite l’église paroissiale du village.
(Photos : André Laurenti)

L’église paroissiale de la Nativité de la Vierge

Selon l’étude menée par la Mission culturelle du Conseil général, l’église semble avoir été érigée après 1233. Elle est mentionnée en 1312, elle daterait probablement de la seconde moitié du XIIIe siècle. La présence d’un clocher près de l’autel est attestée en 1715, on en voit encore la base sur le plan ci-dessous. Lors du tremblement de terre, ce clocher a été fortement ébranlé. La municipalité a immédiatement ordonné la démolition car la chute était imminente.
Le 5 mars 1887 MM. Martin Pierre, Isnard François, Focachon Mathurin, Severiny Martin et Mauret Antoine se sont réunis pour adresser au sous Préfet la pétition suivante :
Nous propriétaires voisins du clocher de l’église de Bézaudun ayant nos maisons fortement endommagées par le tremblement de terre du 23 février 1887, nous nous prenons la respectueuse liberté de vous écrire cette lettre. Nous ne désapprouvons pas le devis dressé par M. Delor votre architecte, au sujet des réparations à faire à l’église et au clocher, seulement nous nous permettons de vous faire observer, Monsieur le sous Préfet, que les fondations se trouvant élevées d’environ 10 m de hauteur, au point qu’il a été démoli par mesure de sécurité publique et que pour remonter encore le clocher sur la même base et l’élever à deux mètres au dessus du toit de l’église ce qui ferait une élévation en tout d’environ quatorze mètres, ce qui offrirait encore un danger pour nos maisons et nos familles et que, comme nous l’avons déjà fait observer, les dommages que nous avons eu s’est au clocher que nous le devons et qu’en 1806 la foudre était tombée sur le clocher et l’avait détruit avec nos maisons et que si l’on reconstruisait encore sur la même place cela pourrait occasionner des suites fâcheuses. Nous nous opposons donc complètement à ce que le clocher soit reconstruit sur la même place pour notre bien à tous et nous demandons qu’il soit reconstruit près de la porte d’entrée de l’église ce qui n’occasionnerait aucun danger puisqu’il n’y a aucun voisin.

Suite à cette lettre, la demande a été prise en considération et le clocher fut reconstruit au nord ouest, légèrement à l’écart de l’église.

Pour ce qui concerne l’église, elle comprend une nef de deux vaisseaux prolongée d’une sacristie au sud est. Lors du séisme les murs sud et nord de l’édifice se sont séparés des murs transversaux, ils ont perdu leur aplomb et ont été lézardés. La voûte de la grande nef a été coupée dans le sens nord sud, les voûtes de la petite nef ont été fortement lézardées. Dans un devis estimatif de réparations,l’entrepreneur préconisa la construction de deux contreforts en maçonnerie dans la partie sud-ouest. Ce devis était accompagné d’un plan que j’ai repris et complété en rajoutant des précisions. Des tirants et clefs furent mis en place sur les murs sud - est - ouest et sur le refend nord.

JPEG - 46.4 ko

Par rapport au devis un seul contrefort a été réalisé. Pour le second l’accès nord-ouest permettant d’accéder au cimetière ayant été condamné, le mur de soutènement (en pointillé sur le plan) surplombant le cimetière fut prolongé jusqu’au mur de l’église remplaçant aussi efficacement le contrefort prévu.

PNG - 445.6 ko
L’église paroissiale de la Nativité de la Vierge
Après le séisme, un contrefort a bien été réalisé, quant au deuxième prévu dans le devis, il a été remplacé par le prolongement du mur de soutènement du cimetière.
(Photo et croquis André Laurenti)

Il est a noter qu’on apprend dans la délibération du conseil municipal de 4 avril 1909 qu’à la suite d’importantes chutes de neige en hiver 1909 la toiture de l’église paroissiale s’est effondrée.

Classification utilisée dans l’échelle EMS 98
Classe de vulnérabilité A
On peut estimer à 65 le nombre de maisons qui composaient ce village en 1887. En tenant compte du récit 9 % du bâti auraient subi des dégâts structuraux très importants de degré 5, 15% des dégâts très importants de degré 4. En fonction de ces quantités, ils sont suffisant pour justifier une intensité de VIII.


Orientation bibliographique

- Le Petit Niçois : journaux du 27 - 28 février et du 3 mars 1887 (Arch. Dép. des A.M.)

- L’éclaireur du Littoral : journaux du 26 - 28 février et du 2 mars 1887 (Arch. Dép. des A.M.)

- Dossier 16 171 (Arch. Dép. des A.M.)

- Devis estimatif des travaux en date du 25 janvier 1899 (Arch. Dép. des A.M.)

- Extrait du registre des délibérations (Dos 02 O 0140 - Arch. Dép. des A.M.)

- Rapport des dégâts établi par M. Delor architecte et transmis au Préfet le 27 mars 1887 (B.R.G.M. SGR Provence-Alpes- Côte d’Azur Marseille)

- Travaux communaux Enlèvement des décombres dans les rues et places publiques et réparation à la conduite d’eau servant à l’alimentation publique endommagée par le tremblement de terre ainsi que le hangar d’abri. document en date du 29 mai 1888 (E Dépot 68 1M1 Arch. Dep. A.M.)

- Décompte définitif des travaux de grosses réparations exécutées à l’église au presbytère et à la mairie en date du 26 juin 1891 (Dos 020 140 Arch. Dép. A.M.)

- Étude de la commune de Bézaudun les Alpes - Étude réalisée par la Mission culturelle du Conseil général des Alpes-Maritimes en partenariat avec le Ministère de la Culture - Service régional de l’inventaire PACA.


Commentaires

l'actualité Azurseisme

23 mars - Conférence sur l’Etna au Haut de Cagnes

"Le Cercle des Amis" du Haut de Cagnes, organise dans ses locaux le vendredi 31 mars à 18h30 une (...)

10 mars - Séisme à Pampelone

Le Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.) a détecté un séisme de magnitude (...)

27 février - Restitution et rapport du séisme d’Amatrice

RESTITUTION DU SEISME D’AMATRICE A NICE Suite aux séismes des Apennins, une mission de (...)

4 février - Séisme en Martinique

Un séisme de magnitude 5.7 Mw (source Centre Sismologique Euro-Méditerranéen C.S.E.M.), magnitude (...)

18 janvier - Nombreux séismes en Italie centrale

Selon l’Institut National de Géophysique et de Volcanologie (INGV), depuis la journée du 18 (...)