Effets sur le village de Bajardo


LE TREMBLEMENT DE TERRE DU 23 FÉVRIER 1887

Bayardo est situé à vingt-trois kilomètres au Nord-Est de Ventimiglia, sur un promontoire rocheux à 900 m d’altitude. Ici les dégâts matériels furent peu nombreux sur l’ensemble du village. Pourtant le tremblement de terre a été terriblement meurtrier et de loin, le plus dramatique du territoire impacté.

JPEG - 166.5 ko
Village de Bajardo
Il est situé à une trentaine de kilomètres dans l’arrière pays de Ventimiglia
(Photo : André Laurenti)

En effet, ce matin là, un grand nombre d’habitants était réuni en masse dans l’église San Nicolo pour célébrer le Mercredi des Cendres.
Dans la religion chrétienne le mercredi des Cendres marque le 1er Jour du Carême qui va durer 40 jours. Chaque fidèle se marquait au front d’une tache de cendres, pour montrer que l’homme n’est que poussière. Ce matin là, environ 650 personnes assistaient à cette cérémonie qui était une coutume très observée dans la région.
Soudain, c’est le drame, la première secousse fait tomber entièrement la voûte sur la foule. Seule, la partie couvrant le maître autel a été épargnée. Ainsi le prêtre vit s’effondrer, l’église sur les fidèles [1]. En quelques secondes ce lieu de culte, s’est transformé en véritable tombeau géant. Sur les côtés, seulement sous les voûtes basses, quelques personnes sont restées saines et sauves.

JPEG - 137.8 ko
Eglise San Nicolo
217 personnes périrent sous l’effondrement de la voûte de l’église
(Photo : Archives Départementales des Alpes-Maritimes)

Mercalli fournit dans son mémoire, davantage de détails sur le déroulement de la catastrophe. La plus grande intensité du séisme dit-il, fut vers le milieu de la secousse. C’est à ce moment là que se produisit le drame lui confia en pleurant un pauvre vieux témoin de la catastrophe.
L’église était grande, avec une seule nef, portant une voûte très mal construite et équipée de clés rouillées et insuffisantes. A l’intérieur étaient réunies environ 300 à 400 personnes.
Ressentant le mouvement, les fidèles ont immédiatement vu la rupture d’une clé, puis en quelques la voûte s’est effondrée, d’abord au-dessus de l’orgue, puis en un instant, tout le reste. Presque personne ne pouvait s’échapper. Certains personnes se sont précipitées dans les minuscules chapelles latérales, d’autres se sont glissées sous les bancs. Enfin, ceux qui étaient autour du maître-autel, là où la voûte ne s’est pas effondrée, sont restées indemnes. Tous les autres ont été enterrés sous les gravats de la voûte : 217 sont morts, environ cinquante furent blessés.
Les murs principaux de l’église sont restés debout et n’ont pas subi de lésions graves, les statues, les stucs et même les chandeliers sont restés en place sur certains autels. Si à la place de cette grande voûte remplie de lourdes pierres, il y eu un plafond en bois bien relié aux murs, personne ne serait mort et peut-être il n’y aurait pas eu de blessé, écrira Mercalli.
Dans le reste de la village, les maisons, généralement hautes et mal faites, ont beaucoup souffert, mais seules quelques-unes (quatre) se sont effondrées causant la mort de trois personnes et en blessant une dizaine [2].

PNG - 421.3 ko
L’église de Bajardo
A l’intérieur des ruines, on peut encore observer un tirant tordu par les effets du séisme.
(Photos : André Laurenti)

Arturo Issel, dressa l’aspect du quartier en dessous de l’église. Il décrira un amalgame d’habitations et de misérables refuges adossés les uns contre les autres, dominés par l’église paroissiale au sommet du mamelon. Cet accumulation de murs décrépits et mal connectés fut concassé par le tremblement de terre... [3]

La presse indiquera que la scène qui suivit ce malheur est indescriptible. Les cris des victimes et l’appel des parents accourus sur les ruines, furent déchirants. Au cours des journées de mercredi et jeudi, 220 victimes furent retirées des décombres. Ils seront tous enterrés dans une fosse commune remplie de chaux et creusée par les soldats du 13ème régiment d’infanterie en garnison à Sanremo. Le déblaiement s’effectua avec le concours de 150 ouvriers des chemins de fer et 150 jeunes des environs. Quant aux nombreux blessés, ils furent installés sous des tentes et soignés par des docteurs venus de Sanremo. Le maire de cette commune du littoral fit parvenir des vivres et des couvertures. A l’exception de l’église paroissiale les dégâts ont été peu importants, dans le village, seulement deux vieilles maisons s’ écroulèrent ensevelissant six personnes [4].

PNG - 423.3 ko
Village de Bajardo
Aujourd’hui les ruines de l’église existent toujours tout en haut du village.
(photos : André Laurenti)
JPEG - 66.7 ko
Effet du séisme
A proximité de l’édifice on peut voir un deuxième tirant plié par le séisme. Une pièce d’un euro donne l’échelle.
(Photo : André Laurenti)
PNG - 509.5 ko
L’église de Bajardo
Le clocher comportait de nombreux cadres métalliques et de tirants qui lui ont permis de résister au séisme.
(Photos : André Laurenti)
JPEG - 74.9 ko
Bayardo
Effets du séisme sur le cimetière
(Photo : Giovanni Scotto - Illustrazione Italiana 27 marzo 1887)

[1] "Le Petit Niçois" : extrait du journal du 27 février 1887 (Arch. Dép. des Alpes-Maritimes)

[2] TARAMELLI T. et MERCALLI G. "Il terremoto Ligure del 23 febbraio 1887" - Parte IV - Volume VIII - Roma 1888 - Biblioteca Istituto Geologia Universita di Genova

[3] Arturo Issel : "Il terremoto del 1887 in Liguria" - Roma 1888 - Bibliothèque Société Géologique de France

[4] L’éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 28 février 1887 (Arch. Dép. des Alpes-Maritimes)


Commentaires

l'actualité Azurseisme

22 septembre - Séisme de Guéret

Un séisme de magnitude 3.5 (source CEA DASE) a été détecté le 22 septembre à 00h06 TU soit à 02h06 (...)

14 août - Séisme à Castellane

Un petit séisme de magnitude 2,2 MLv (Geoazur) a été enregistré par les réseaux sismiques régionaux, (...)

5 août - Séisme historique ligure de 1887

Azurseisme.com vous propose une carte macrosismique en cours de réalisation, sur la répartition (...)