Ces mystérieuses ondes T


Le 18 mars 2021, un fort séisme de magnitude 6.1 Mw (source Geoscope IPGP) s’est produit en Algérie à 00h04 TU soit à 01h04 heure locale. Son épicentre a été localisé en mer au large de Bejaïa à 28 kilomètres au nord-est de cap Carbonà.
Ce séisme algérien a été ressenti depuis l’épicentre sur une très grande distance, notamment à Nice (780 km) à Menton (790 km) [1], mais aussi sur le littoral de la Ligurie, à Sanremo (800 km) et même à Genova (900 km) [2]
L’analyse des ondes enregistrées par les stations situées le long du littoral ligure, a montré l’arrivée d’ondes très particulières, un phénomène typique des zones côtières rarement remarqué par la population et connu des spécialistes.

JPEG - 172.9 ko
Ville de Nice
La capitale azuréenne se situe à 780 km de l’épicentre
(Photo : André Laurenti)

Les deux ondes principales

Quand un séisme se produit, les mouvements vibratoires vont se propager sous forme d’ondes. Les deux principales sont les ondes P et les ondes S.
Elles sont repérables très facilement sur un sismogramme enregistré par des stations proches.
Les P dites de compression, appelé aussi ondes primaires sont les plus rapides (6 km par seconde) et donc les première à arriver. Celles-ci se déplacent dans tous les milieux y compris les milieux liquides.

Il y a ensuite les ondes S ou ondes secondaires, appelées aussi ondes de cisaillement. Elles se propagent uniquement en milieux solides dans les différentes formations géologiques, avec une vitesse de l’ordre de 4 km par seconde. Elles arrivent donc après les ondes P.

JPEG - 71.8 ko
Sismogramme d’un séisme régional
Les principales ondes sismiques avec les ondes P qui arrivent en premier et les S qui viennent en second
(Source du sismogramme : Direction de l’Environnement de l’Urbanisme et de la Construction - Monaco)

Que sont les ondes T ?

Lorsque un séisme sous marin se produit, toute l’énergie dégagée se propage dans le sous sol. Au fond de la mer, un couplage avec l’eau va se produire où une partie de l’énergie va se propage à travers l’océan. En mer ces ondes vont rester piégées dans une couche horizontale de la mer appelée « canal SOFAR ». Cette couche agit comme un guide d’ondes dans laquelle la vitesse du son est minimale. Ainsi ces ondes dites T, acoustiques de compression vont voyager sur une grande distance avec très peu d’atténuation [3]. Cette onde T est encore plus lente que les précédentes, elle atteint une vitesse de 1,4 km par seconde et devient la lanterne rouge du peloton, d’où la lettre T pour troisième arrivée.

JPEG - 51.6 ko
Illustration du phénomène
L’étoile représente le séisme. L’énergie des ondes est convertie en énergie hydroacoustique à l’interface eau-socle sous-jacent, cette énergie est ensuite transférée dans le canal SOFAR où elle se propage.
(Schéma réalisé par André Laurenti))

C’est donc ainsi que les tremblements de terre lointains peuvent être ressentis par les populations côtières sur une distance considérable. Après un long voyage, elles vont atteindre le sol et transmettre un ressenti qui va très vite s’atténuer au-delà du littoral. Il est donc peu probable de ressentir ces ondes à l’intérieur des terres.

Deux des témoignages reçus sur "azurseisme.com", l’auteur précise l’heure du ressenti, l’un à 1h15 l’autre à 1h13 soit 8 à 11 mn après le choc principal en Algérie. Cela est en accord avec le temps que l’onde a mis pour parcourir le trajet de l’épicentre à Nice à une vitesse de 1,4 km par seconde.

JPEG - 109.2 ko
Distance de propagation des ondes
Les points bleus représentent les lieux où le séisme a été ressenti comme en Sardaigne, en Sicile et encore plus éloigné, la côte ligure
(Fond de carte : Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia - I.N.G.V.)

Ce phénomène d’ondes T ce produit dans un contexte similaire à celui du bassin Méditerranéen. Une observation identique avait été faite lors du séisme de Zemmouri et Boumerdès (magnitude 6,7) qui avait secoué l’Algérie le 21 mai 2003. La secousse a été ressenti le long de la côte ligurienne jusqu’à Genova [2].

Par ailleurs, le tremblement de terre algérien s’est produit au milieu de la nuit, si l’événement avait eu lieu le jour, les secousses n’auraient peut-être pas été ressenties.

Enregistrement des ondes T

Sur la page de l’Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia (I.N.G.V.), vous pouvez consulter les enregistrements des ondes T par trois stations du réseau universitaire de Gênes : IMI, QLNO et BURY

Seisme ligure de 1887

Dans une configuration similaire, il est probable que ce phénomène se soit produit également lors du séisme ligure de 1887. Les savants de l’époque avaient été surpris que les secousses aient été perçues jusqu’à Perpignan par un petit nombre de personnes, distant pourtant de 450 km de l’épicentre supposé. [4]

JPEG - 308.9 ko
Séisme du 23 février 1887
Le séisme a été ressenti jusqu’à Perpignan situé à 450 km de l’épicentre supposé.

Remerciements
- Grand merci à Anthony Lomax pour ces précieux conseils
- Merci aux internautes pour les témoignages sur le ressenti de ce séisme lointain


[1] Source : Azurseisme.com témoignages reçus suite au séisme algérien

[2] Source : INGV - https://ingvterremoti.com/2021/03/1...

[3] Source : site "Research Gate" Branwen Snelling https://www.researchgate.net/public...

[4] Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences – note sur le tremblement de terre du 23 février enregistré à l’observatoire de Perpignan – Note de M. Fines – p 606 – Gallica BNF


Commentaires

l'actualité Azurseisme

27 juillet - Nouveau petit séisme proche de Cagnes-sur-Mer

Un petit séisme de magnitude 1.7 (Géoazur), s’est produit le 26 juillet 2021 à 17h03 TU soit à (...)

18 juillet - Petit séisme proche de Gréolières

Un petit séisme de magnitude 2.1 MLv (source Géoazur), s’est produit proche de Gréolières le 13 (...)

26 juin - Séisme à Strasbourg

Un séisme de magnitude 4.0 (source BCSF-RENASS), 3.9 MLv (RENASS) a été détecté le samedi 26 juin à (...)