Chasteuil : séisme de 1951


Séisme du 30 novembre 1951 à 06 h 08

Moins d’un siècle plus tard et presque jour pour jour, le village de Chasteuil est à nouveau frappé par un tremblement de terre au matin du 30 novembre 1951 à 7 h 08 heure locale.
Ce séisme, moins puissant que celui de 23 novembre 1855, a été suffisamment fort pour faire des dégâts, avec une intensité maximale de VII-VIII (échelle M.S.K.).

D’après les calculs de l’Institut Physique du Globe de Strasbourg, l’épicentre était situé à 2 km au Sud du village de Chasteuil, à proximité de la clue de Chasteuil, par 6°26’00’’ de longitude Est et 43°49’00’’ de latitude nord. [1]

JPEG - 190.1 ko
Village actuel de Chasteuil
(Photo : André Laurenti)

Séismes précurseurs et répliques
Le choc principal a été précédé par deux événements précurseurs le 29 novembre vers 14 h (TMG) et le 30 novembre le jour même à 4 h 00 (TMG). La deuxième secousse a été signalée à Chasteuil, à Taulanne et à Villars Brandis. [1]
Après le choc principal, deux répliques auraient été ressenties à Chasteuil et à Taloire le 30 novembre à 13h45 TMG et le 10 décembre vers 18h30. [1]

Les effets
A Chasteuil, l’église entièrement remise à neuf dix ans auparavant, a été sérieusement ébranlée au chœur et à la sacristie. Elle a été fortement fissurée. Selon la presse, toutes les maisons situées au Sud de cette église ont été démolies. [2]
Autres détails relatés dans la presse, les habitants ont eu le temps de sortir au moment de la secousse qui a duré quelques secondes. La population s’est repliée au nord du village à l’ancien château, à l’école et à la mairie. [2]
Toutes les constructions ont été lézardées, des toitures se sont effondrées, toutes les maisons sauf trois ont été rendues inhabitables. Intensité VII-VIII (MSK). [1]

JPEG - 139.2 ko
L’église paroissiale St. Martin à chasteuil
Façade occidentale, l’édifice a été ceinturé sur deux niveaux par des armatures métalliques
(Photo : André Laurenti)
JPEG - 150.3 ko
Eglise de Chasteuil
Détail du ceinturage métallique
(Photo : André Laurenti)

De nouvelles investigations ont permis de découvrir deux photos non connues des bases de données, montrant les effets sur ce village.

JPEG - 117.8 ko
Village de Chasteuil
Effets du séisme de 1951
(Photo : réf. CEC 6672 - fonds Marie-Françoise Barel - Détenteur association Petra Castellana, Musée du Moyen Verdon)
JPEG - 98.8 ko
Village de Chasteuil
Aspect du village après le séisme de 1951
(Photo : réf. CEC 6673 - fonds Marie-Françoise Barel - Détenteur association Petra Castellana, Musée du Moyen Verdon)

A Taloire, l’église paroissiale, qui avait été restaurée en août et dont le clocher est resté intact, est toute lézardée, le chœur et la sacristie ont particulièrement souffert. Autrement, le village n’a que légèrement été touché. [2]
D’après les témoignages recueillis par l’Institut Physique de Strasbourg, il y a eu des chutes de tuiles et de cheminées, une pierre tombale a également été renversée. Il y a eu aussi des éboulements et les sources troublées dans ce secteur. Intensité VII-VIII (MSK). [1]

JPEG - 192.7 ko
Commune de Taloire
(Photo : André Laurenti)

De nouvelles investigations ont permis de découvrir des photos exceptionnelles datées du 11 décembre 1951 et non connues des bases de données. Elles montrent les effets de ce séisme sur les extérieurs et l’intérieur de l’église paroissiale. Elles confirment et relativisent la présence de lézardes en face Est du chevet et sur la façade Nord sans démolition. Sur une vue prise depuis le cimetière jouxtant l’église, on remarque le renversement d’une pierre tombale et de petites démolitions du mur d’enceinte.
La photo CEC 6108 4, confirme que le clocheton en prolongement du mur Ouest comprenant deux baies, n’a pas souffert.
A l’intérieur, on remarque une lézarde bien nette en pied de pilier de voûte, sur la façade Nord de l’église, quelques fissures en reins de voûte de part et d’autre. Quelques débris au sol sont également visibles.
Ces photos pourraient permettre de revoir à la baisse l’intensité du séisme sur le village de Taloire.

PNG - 599.8 ko
Effet du séisme de 1951
Chevet Est lézardé et face Nord de l’église
(Photo : réf. CEC 6108.2 - détenteur association Petra Castellana, Musée du Moyen Verdon)
PNG - 622.1 ko
Effet du séisme de 1951
Face Sud de l’église avec en premier plan la chute d’une pierre tombale et de légères démolition du mur d’enceinte du cimetière
(Photo : réf. CEC 6108 3 - détenteur association Petra Castellana, Musée de Moyen Verdon)
PNG - 407.7 ko
Effet du séisme de 1951
Face Nord lézardée, la face Ouest et son clocheton ont été épargnés
(Photo : réf. CEC 6108 4 - détenteur association Petra Castellana, Musée du Moyen Verdon)
PNG - 552.3 ko
Effet du séisme de 1951
Présence d’une lézarde en pied de pilier de voûte Nord
(Photo : ref. CEC 6108 1 - détenteur association Petra Castellana, Musée du Moyen Verdon)

Par la suite, cette église paroissiale n’a pas été restaurée. La commune n’avait pas les moyens financiers pour effectuer les travaux. Cette édifice est aujourd’hui, à l’état de ruine. [3]

PNG - 464.7 ko
Faces Sud et Est de l’église
Situation actuelle de l’église paroissiale
(Photos : André Laurenti)

A Blieux on déplore la chute de 2 cheminées et l’effondrement d’un mur de l’église - intensité VII-VIII (MSK). [1]

JPEG - 150.7 ko
Commune de Blieux
(Photo : André Laurenti)
PNG - 312.8 ko
Eglise paroissiale Saint-Symphorien de Blieux
Sur la photo de gauche, on y voit des traces de réparations sur la chapelle latérale, qui pourraient correspondre au mur effondré. L’abside semi circulaire comporte aussi des traces de réparations avec l’ajout d’un cerclage métallique.
(Photos : André Laurenti)

A Taulanne il a été observé la chute de tuiles, d’une cheminée, le tintement de cloches et des sources troublées - intensité VII (MSK). [1])

PNG - 335.5 ko
Hameau de Taulanne
Chapelle de Taulanne.
(Photos : André Laurenti)

Villars Brandis est situé sur un versant, il est formé de deux îlots compacts de bâtiments mitoyens. Il y a une église ceinturée sur deux niveaux par des armatures métalliques. Il y a également un cimetière et une ancienne Mairie-école. Deux hameaux font partis de Villars Brandis, il s’agit de Brans situé en aval et Brandis plus en hauteur.
Lors du séisme, des murs ont été fissurés et des tuiles sont tombées - intensité VII. [1]

JPEG - 217 ko
Eglise de Villars Brandis
Sur ses quatre façades des armatures métalliques ceinturent l’édifice
(Photo : André Laurenti)
JPEG - 157.6 ko
Eglise de Villars Brandis
Clé d’arc datée 1860 désolidarisée et descendue probablement lors du séisme de 1951
(Photo : André Laurenti)

A Rougon, il a été signalé un choc brusque de bas en haut, il y a eu des fissures dans les maisons, des chutes de pierres des toits et des sources troublées. Intensité VI-VII (MSK). [1]

JPEG - 143.8 ko
Commune de Rougon
Rougon est situé sur un ensellement et adossé à un imposant rocher sur lequel se trouve tout en haut les vestiges d’un château médiéval
(Photo : André Laurenti)

Le ressenti
Selon les témoignages collectés par l’Institut Physique du Globe de Strasbourg, une intensité de V (Echelle MSK) a été attribuée sur les localités suivantes :
Angles, Castellane, Chaudon Norante, Moriez, Moustiers Sainte-Marie, la Mure, la Palud-sur-Verdon, Robion et Soleihas.
Dans le département du Var : à Bargemon, Baudinard-sur-Verdon, Bauduen, Châteauvieux, Soleils et Trigance. Intensité V (MSK). [1]

Par ailleurs, à Draguignan les secousses ont été plus perceptibles qu’à Marseille, les meubles ont été ébranlés. [4]
A Marseille, le tremblement de terre est passé inaperçu pour la majorité des habitants. Toutefois, quelques personnes, principalement celles qui étaient encore couchées, ont nettement perçu les secousses. [4]

Mouvement gravitaire
Par ailleurs, des blocs de rocher ont roulé des sommets voisins et la route nationale de Castellane à Marseille, devenue depuis la départementale N° 952, a été coupée en plusieurs endroits par des éboulements entre les points kilométriques 5 et 9 et en particulier au point 6.100. Quelques parties des murs de soutènement ont été emportées entre les PK 6.4 et 6.9. En de nombreux endroits, la terre a été fendillée. [1]
En se rendant sur place, le PK 6 se situe à l’intersection avec la route menant à Taloire, à deux cent mètres du lieu-dit Porte de Saint-Jean, marquant l’entrée des gorges du Verdon. Au PK 6,2, juste en contrebas de la route, des blocs rocheux entravent le lit du Verdon, provenant de la paroi surplombant la route, ils pourraient être tombés lors de ce séisme. Selon le cadastre, la route a depuis été élargie, son tracé est nettement plus entaillé dans la paroi.

JPEG - 191.5 ko
Blocs rocheux au PK 6,200
En contrebas de la route, dans le lit du Verdon, on remarque d’imposants blocs rocheux
(Photo : André Laurenti)
JPEG - 176.7 ko
Paroi dominant la route et le Verdon au PK 6.200
(Photo : André Laurenti)

Zone épicentrale
Douze localités se trouvent dans un rayon de dix kilomètres autour de Chasteuil regroupant 2 016 habitants d’après le recensement de 1954. Une population qui a chuté de 30,70% depuis le tremblement de terre de 1855, victime de l’exode rurale d’entre les deux guerres.
De nos jours, seul le village de Châteauneuf-lès-Moustiers a été totalement déserté par ses habitants, il figure comme ruine sur les cartes IGN.
Par ailleurs, Villars-Brandis a été rattaché à Castellane en 1964, il en est de même pour Taloire et Chasteuil rattachés en 1973 à cette même ville.

JPEG - 116.4 ko
Rayon de 10 km autour de l’épicentre
Intensités (échelle MSK) attribués pour ce séisme - source base de données Sisfrance
(Infographie : André Laurenti)
LocalitésDistancedirection vers l’épicentreIntensité (MSK)Population 1954
Taloire 1,5 kilomètres Nord-Ouest VII-VIII 19
Chasteuil 2 kilomètres Sud VII-VIII 8
Rougon 3 kilomètres Nord-Est VI-VII 90
Villars Brandis 3,5 kilomètres Sud-Ouest VI 16
Robion 5 kilomètres Ouest V Inconnu
Taulanne 6 kilomètres S-S-O VI Inconnu
Trigance (Var) 6 kilomètres Nord V 117
Castellane 7 kilomètres Sud-Ouest V 1092
Le Bourguet 7,5 kilomètres Nord-Ouest IV-V 40
Blieux 8 kilomètres Sud-Est VI-VII 100
Châteauneuf-lès-Moustiers 8 kilomètres Est III-IV 53
La Palud-sur-Verdon 8 kilomètres Nord-Est V 202
La Garde 10 kilomètres Ouest Inconnu 81
Senez 11 kilomètres S-S-E Inconnu 198

Orientation bibliographique

http://www.sisfrance.net/

https://patrimages.maregionsud.fr/


[1] Rothe J.P., Dechevoy N. : La seismicité de la France de 1951 à 1960 - Annales 1967 - Institut Physique du Globe de Strasbourg - Tome 8 - Géophysique Gap 1967

[2] Journal la Voix de la Provence du 09 décembre 1951 (Digne)

[3] Laurent Alexeï : Maregionsud - dossiers inventaire général du patrimoine culturel Provence-Alpes-Côte d’Azur

[4] Le Provençal 1 décembre 1951 - Sisfrance


Commentaires

l'actualité Azurseisme

21 novembre - Séisme dans l’Ain

Les réseaux sismiques ont détecté un séisme de magnitude 4.2 (modéré) dans le département de l’Ain (...)

13 novembre - Séisme dans le Piemont occidental

Les stations sismiques régionales ont enregistré un séisme d’une magnitude 2.9 MLv, le 12 novembre (...)

26 octobre - Séisme de 6.8 en Grèce

Un séisme de magnitude Mw 6,8 s’est produit le 26 octobre 2018 à 01 h 54 heure locale. L’épicentre (...)