Glossaire


GLOSSAIRE

Echelle macrosismique d’intensité : échelle conventionnelle de graduation des effets macrosismiques. Il existe plusieurs échelles macrosismiques : MSK, EMS, EMI, Mercalli, etc. En Europe, on utilise désormais l’échelle EMS 98 (Européan Macroseismic 1998) qui comporte 12 degrés discontinus exprimés en chiffres romains. Elle résulte d’une mise à jour de l’échelle MSK créée en 1964 (Medvedev-Sponheuer-Karnik). Elle est utilée en France depuis janvier 2000. Cette échelle permet de mesurer des effets macrosismiques qui sont les dommages observés en surface sur un site choisi. Etant donné que l’importance des effets sismiques décroît avec la distance de l’épicentre, l’intensité épicentrale reste la plus élevée. Dans le domaine de la sismicité historique on utilise uniquement ce type d’échelle. Par ailleurs il ne faut pas confondre magnitude et intensité, la magnitude se calcule alors que l’intensité donne lieu à une estimation associée à un lieu d’observation.

Magnitude d’un séisme : Mesure de la puissance d’un séisme, déterminée à partir de l’amplitude d’ondes sismiques. Elle est utilisée pour évaluer l’énergie rayonnée par une source sismique. Cette mesure est exprimée par une fonction logarithmique de l’amplitude des ondes. Ainsi une augmentation d’une unité en magnitude entre par exemple deux séismes de magnitude 4.0 et 5.0 correspond une énergie 30 fois plus forte. Et pour une augmentation de deux unités de 4.0 et 6.0 correspond une énergie 900 fois plus élevée. La magnitude a été définie par le sismologue américain Charles Francis RICHTER et utilisée dès 1935. Cette échelle, exprimée en chiffres arabes, est graduée jusqu’à 9 ce qui correspond au plus forts séismes connus au monde avoisinant la valeur 9 (Chili et Alaska) elle n’a pas de limite.

Vulnérabilité : Disposition constructive ou configuration d’un bâtiment ou d’une de ses parties qui est typiquement le siège de dommages sismiques.

Effets de site : Amplification ou atténuation du mouvement du sol en surface, causée par les caractéristiques locales du site : topographie, géologie, etc…

Essaim : série de secousses d’importance équivalente affectant une région. Dans notre région une série de petits séismes a été enregistré le 19 décembre 2000 dans le secteur de Peille et de Blausasc. D’octobre 1983 à janvier 84 une soixantaine de petits séismes se sont produits à Sospel, Breil et enfin Saorge dans la vallée de la Roya.

Epicentre : point situé à la surface du sol à la verticale du foyer (hypocentre). C’est à proximité de l’épicentre que les effets sont les plus forts.

Foyer ou hypocentre : point origine de la rupture au sein de l’écorce terrestre engendrant le séisme. La majoyers sismiques connus en France métropolitaine sont situés entre 5 et 15 km de profondeur.

JPEG - 22.9 ko
Foyer ou hypocentre
(Dessin réalisé par : André Laurenti)

Liquéfaction : Phénomène survenant lors d’un tremblement de terre. Mal consolidés, les terrains d’alluvions situés dans les plaines et en bordure de cours d’eau et parfois même sur les terrains gagnés sur les eaux deviennent liquides en raison d’une remontée d’eau provoquée par les vibrations du séisme. Les constructions bâties sur ce type de sol s’effondrent rapidement ou bascule et s’enfonce dans le sol. Ces phénomènes sont fréquents dans les zones épicentrales à partir de séisme atteignant une magnitude supérieure à 6.

PNG - 321.6 ko
Séisme de Taiwan en septembre 1999
Exemple de liquéfaction de sol lors du tremblement de terre de Taïwan le 21 septembre 1999 (magnitude 7.6). Certains bâtiments se sont enfoncés de 4 niveaux sous terre. C’est grâce à la construction parasismique que le nombre des victimes a pu être limité.
(Photos Patrick Villardry Conseiller Technique Cynophile - association ULIS)

Tsunami : C’est le mot japonais qui est employé pour désigner un raz-de-marée d’origine sismique. Les tsunamis sont générés par le jeu de failles sous marines provoquant un mouvement vertical du fond marin. Les masses d’eau ainsi mises en mouvement, vont se déplacer latéralement engendrant des ondes dites gravitationnelles qui peuvent se propager sur des distances considérables de l’ordre de plusieurs milliers de kilomètres, avec des vitesses allant de 10 à 100 m/s dépendant de la profondeur d’eau. Dans les Alpes-Maritimes et en Ligurie, la sismicité historique nous renseigne sur l’observation de deux tsunamis lors des seismes de 1564 et de 1887. Les effets ont été minimes, une vague de 1 mètre maximum s’est produite sur le littoral lors du séisme Ligure de 1887.

Isoséiste : Courbe délimitant des aires d’égale intensité sur une carte macrosismique.

Les différentes failles : Lors d’un séisme, la rupture va faire coulisser les deux blocs de part et d’autre, de plusieurs centimètres, voire de plusieurs mètres en fonction de la magnitude. Si la faille est verticale, le coulissage sismique de la faille sera horizontal : il s’agit d’une faille décrochante. Lorsque les failles sont inclinées, dans un contexte de collision, elles servent de rampe sur laquelle monte le bloc supérieur : ce sont des failles "chevauchantes" ou "inverses". JPEG - 26.7 ko

PNG - 109.4 ko
Failles inverse et normale
(Schémas : André Laurenti)

Dans un contexte d’extension, les failles inclinées seront au contraire des rampes sur lesquelles le bloc supérieur descend : ce sont des failles dites "normales".

JPEG - 16.7 ko
Faille normale
Exemple dans le Puy de Lemptégy département du Puy-de-Dôme
(Photo André Laurenti)

Commentaires

l'actualité Azurseisme

23 mars - Conférence sur l’Etna au Haut de Cagnes

"Le Cercle des Amis" du Haut de Cagnes, organise dans ses locaux le vendredi 31 mars à 18h30 une (...)

10 mars - Séisme à Pampelone

Le Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg (B.C.S.F.) a détecté un séisme de magnitude (...)

27 février - Restitution et rapport du séisme d’Amatrice

RESTITUTION DU SEISME D’AMATRICE A NICE Suite aux séismes des Apennins, une mission de (...)

4 février - Séisme en Martinique

Un séisme de magnitude 5.7 Mw (source Centre Sismologique Euro-Méditerranéen C.S.E.M.), magnitude (...)

18 janvier - Nombreux séismes en Italie centrale

Selon l’Institut National de Géophysique et de Volcanologie (INGV), depuis la journée du 18 (...)