Effets sur le pays niçois


Collines et vallées niçoises

Autour de la capitale azuréenne, les collines et les petites vallées intérieures sont vite limitées à cause d’un relief particulièrement sévère. Les coteaux offraient un paysage remanié ou se dessinaient de nombreuses et étroites restanques ou faïsses plantées d’oliviers en moyenne altitude et de céréale dans les coins les plus reculés. Contrairement aux autres vallées du département, le bassin du Paillon présente un aspect beaucoup plus complexe. Sa forme en hémicycle a favorisé un réseau hydrographique arborescent qui converge pratiquement au même endroit. Tel est le cadre de ce pays niçois.

L’habitat

La simplicité des formes de la maison niçoise en fait sa principale caractéristique. Il s’agit pour l’essentiel d’une maison bloc sous la forme d’un volume unique en hauteur insérée dans un village ou en hameau. En site urbain, un volume unique en hauteur, en site rural un corps de bâtiment implanté horizontalement. Le seul élément architectural remarquable est la présence d’un escalier extérieur, parfois prolongé d’une terrasse qu’une treille abrite du soleil. Les ouvertures sont toujours de taille réduite.
L’éventail des matériaux utilisés pour la construction est assez réduit en comparaison avec les vallées du département. On y observe des toitures à tuiles rondes uniquement, la pierre maçonnée est souvent enduite au mortier de chaux. Cette pierre diffère suivant les secteurs. Dans les environs de Contes, Berre, Bendejun, Coaraze le grès prédomine, il se travaille très bien, mais demeure très friable et a tendance à se détériorer avec le temps s’il n’est pas enduit. Par ailleurs, le calcaire est largement employé dans les localités de Peille et Peillon. Au niveau du bois, le cyprès, sapin, mélèze, châtaignier sont principalement utilisés. Les séchoirs sont également représentés dans ce secteur principalement dans les localités de l’Escarène, Cantaron, Touët de l’Escarène, Lucéram, Bendejun et Saint-Martin du Var.

Les effets du séisme

Lors du tremblement de terre, les dégâts ont affecté de nombreux hameaux et communes avec des intensités atteignant par endroit VII-VIII à VIII. Le hameau de Bordina (Cantaron) a été sévèrement touché avec une intensité de VIII et plusieurs blessés. Les villages de Peille, Peillon, Berre les Alpes, Contes, Castagniers et Saint-Martin du Var (intensité VII-VIII) ont été particulièrement endommagés.

Localité Altitude Nb hab.1886 Morts Blessés Intensité (MCS) INGV Intensité (MSK) Sisfrance Intensité (EMS98) A. Laurenti
Nice 6 m 77 478 3 22 VII VIII VII
Saint-André 45 m 627 0 0 ND ND VII
La Trinité Victor 47 m 1 301 0 0 VI-VII VIII VII
Laghet (hameau) 310 m NC 0 0 ND ND V
Falicon 300 m 531 0 0 ND ND VII
Drap 105 m 755 0 0 ND VII-VIII VII
Cantaron 100 m NC 0 0 ND ND VI
Bordina 414 m NC 0 oui ND ND VIII
Peillon 372 m 591 0 0 ND VII VII
Borghéas (Peillon) 130 m NC 0 0 ND ND VI
Châteauvieux (Peillon) 180 m NC 0 0 ND ND VII
Peille 630 m 1 591 0 0 ND VII-VIII VII-VIII
L’Escarène 345 m 1 482 0 0 VI ND VII
Touët de l’Escarène 450 m 325 0 0 VI VIII VI-VII
Lucéram 650 m 1 128 0 1 V-VI VIII VII
Berre les Alpes 682 m 508 0 0 VII-VIII VIII-IX VII-VIII
Contes 290 m 1 655 0 0 VI-VII VIII VII-VIII
Châteauneuf-Villevieille 520 m 1 211 0 0 ND ND VII
Bendejun 400 m NC 0 0 VI-VII VIII VII
Coaraze 620 m 628 0 0 VI-VII VII-VIII VII
Tourrette Levens 390 m 1 206 0 oui ND VIII VII
Aspremont 530 m 512 0 0 ND ND VI
Colomars 300 m 547 0 0 ND ND VI
Castagniers 382 m 518 0 0 ND VII-VIII VII-VIII
Saint-Martin du Var 115 m 506 0 0 ND ND VII-VIII
La Roquette-sur-Var 380 m 330 0 0 ND VII VII
Saint-Blaise 325 m 358 0 0 ND VIII VII

Légende du tableau :
NC : Non Connu - ND : Non Défini
Echelle d’intensité : MCS : Mercalli, Cancani et Sieberg – MSK : Medvedev, Sponheur et Karnik – EMS 98 : European Macroseismic Scale 1998


Détails des effets du séisme par commune et hameau

Nice
Voir la page consacrée à Nice


SAINT-ANDRÉ DE LA ROCHE
Superficie : 286 ha - Alt. : 45 m
Latitude : 43° 44’ 28 Nord - Longitude : 7° 17’ 18 Est
Population : 627 habitants en 1886 – 5 458 habitants en 2017
Intercommunalité : Métropole Nice Côte d’Azur

Cadastre Napoléonien
Section : C Rimie, Feuille unique

Les effets

D’après l’état présentant les dégâts par commune établi par la Préfecture de l’époque, il y aurait eu 1 maison détruite et 2 très endommagées [1].

Quant aux Archives Départementales, elles nous apprennent qu’une trentaine d’habitations furent lézardées [2].

JPEG - 198.8 ko
Saint-André (de la Roche)
Le village de Saint-André est situé en fond de vallée à 45 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

LA TRINITÉ VICTOR
Superficie : 1 490 ha - Alt. : 47 m
Latitude : 43° 44’ 30 Nord - Longitude : 7° 18’ 53 Est
Population : 1 301 habitants en 1886 – 10 017 habitants en 2017
Intercommunalité : Métropole Nice Côte d’Azur

Cadastre Napoléonien
Section : B1 La Trinité
Section : C3 Laghet
Section : C5 Laghet

Les effets

La première secousse commentera la presse, a été ressentie à six heures et a duré vingt secondes ; la deuxième est arrivée huit minutes après et enfin la troisième s’est produite à 8 h 35. La maison du métayer de Mme Formento au quartier de Paillos, s’est partiellement écroulée. Heureusement les occupants étaient sortis. La demeure du "facteur boîtier" a été très éprouvée ; une poutre s’est affaissée et le toit a subi d’importants désordres. Les murs du deuxième étage de l’école ont été lézardés en plusieurs endroits. Bref sept maisons au total, furent déclarées inhabitables.
Il n’y a pas eu d’accident de personne mais les habitants passèrent la nuit au rez-de-chaussée de leur maison, autour d’un bon feu [3].
Selon un état général établi commune par commune par la préfecture, 18 personnes ont déclaré des pertes, 7 maisons furent partiellement détruites [4].

JPEG - 228.1 ko
La Trinité Victor
Cette commune est située en fond de vallée à 47 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

LAGHET (SANCTUAIRE)

Cadastre Napoléonien
Section : C6 Laghet

Les effets

Au sanctuaire de Laghet, on assure qu’une partie de la voûte de l’église s’est lézardée assez sérieusement et que la statue de la vierge aux miracles a été installée provisoirement hors de l’église [5].
Par la suite, le clocher qui menaçait ruine depuis le tremblement de terre, a été frappé par la foudre le 14 mai 1887 et s’est écroulé avec fracas [6].

JPEG - 154.7 ko
Sanctuaire de Laghet
(Photo : André Laurenti)

FALICON
Superficie : 517 ha - Alt. : 300 m.
Latitude : 43° 45’ 00 Nord - Longitude : 7° 16’ 49 Est
Population : 531 habitants en 1886 – 1 992 habitants en 2017
Intercommunalité : Métropole Nice Côte d’Azur

Cadastre Napoléonien
Section :B3DEV La Ville

Les effets

Beaucoup de frayeur dans ce village, mais pas de victime à déplorer. Le mouvement ondulatoire paraissait suivre la direction sud-est, nord-ouest. Trois maisons furent très endommagées et une inhabitable. Quant à l’église, la voûte fut lézardée [7].
Selon un état général établi commune par commune par la préfecture, 3 personnes ont déclaré des pertes et 3 maisons furent détruites [8].

JPEG - 202.9 ko
Village de Falicon
Falicon est sur une crête dominante situé à 300 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

DRAP
Superficie : 554 ha - Alt. : 105 m.
Latitude : 43° 45’ 21 Nord - Longitude : 7° 19’ 19 Est
Population : 755 habitants en 1886 – 4 546 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes du pays des Paillons

Cadastre Napoléonien
Section : B2 La Ville
Section : B3 La Ville

Les effets

Toutes les maisons ont tremblé sur leurs fondements provoquant une grande panique. Neuf habitations furent très éprouvées dont l’une devra être démolie et trois autres le seront partiellement. Vingt-neuf subirent divers dégâts. Parmi les plus endommagées, la presse énumère celles de Mlle Arnulf, de Mmes Levesi, Gaudo, de MM Novi et Gras Antoine. Dans les deux premières, les plafonds s’écroulèrent, la toiture se fendit, les murs disloqués tombèrent en partie et c’est un vrai miracle si personne ne fut enseveli sous les décombres. Une partie du château de Drap s’écroula et ce qui resta debout se trouva fortement endommagé. Les habitants profondément émus, campèrent dans les prés et les jardins [9].
Selon un état général établi commune par commune par la préfecture, 29 personnes ont déclaré des pertes, 3 maisons furent très endommagées et 3 partiellement détruites [10].

JPEG - 157.5 ko
Village de Drap
Ce village est situé en fond de vallée à 105 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

CANTARON
Superficie : 738 ha - Alt. : 100 m.
Latitude : 43° 45’ 46 Nord - Longitude : 7° 19’ 09 Est
Population : 1 306 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes du pays des Paillons

Cadastre Napoléonien
Section : E2DEV Cognas
Section : G1 Cantaron
Section : G2 Cantaron (hameau de Bordina)

Les effets

Les dégâts matériels furent modérés, presque toutes les cheminées du hameau s’écroulèrent et une partie des plafonds du logement de l’instituteur, tombèrent avec fracas. Mais rien n’est comparable avec le hameau voisin de Bordina où neuf maisons sur dix s’effondrèrent et devinrent inhabitables. A la nouvelle de ce désastre, le docteur Dalbers, Maire de la commune accompagné de plusieurs habitants de Cantaron s’empressèrent de porter secours et de déblayer les décombres pour en retirer des vivres indispensables. Tout comme Madame Raybaut qui fut atteinte à la tête par la chute d’une tuile, plusieurs personnes furent légèrement blessées, d’autres miraculeusement sauvées comme ce bébé qui fut dans son berceau, couvert de matériaux. Les hommes logèrent sous des tentes tandis que les femmes et les enfants furent recueillis par les habitants des hameaux voisins [11].

Remarque
Au XIXe siècle Cantaron dépendait de Châteauneuf-Villevieille ; c’est devenu une commune autonome en 1911.

JPEG - 264.2 ko
Village de Cantaron
Cantaron est situé en fond de vallée à 100 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)
JPEG - 229.6 ko
Hameau de Bordina
Ce hameau dépend de la commune de Cantaron, le sous sol est constitué de marne grise, et renferme également de nombreuses sources.
(Photo : André Laurenti)

PEILLON
Superficie : 870 ha - Alt. : 372 m.
Latitude : 43° 46’ 43 Nord - Longitude : 7° 22’ 58 Est
Population : 591 habitants en 1886 – 1 457 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes du pays des Paillons

Cadastre Napoléonien
Section : A2 Peillon
Section : B3 Sainte-Thècle

Les effets

La consternation est générale. Toutes les maisons sont endommagées quatre entièrement détruites et une partiellement démolie. La Mairie et l’école sont lézardées et les plafonds menacent ruine. Il n’y a pas eu d’accident de personne. Par ailleurs, plusieurs éboulements de rochers ont causé d’importants dégâts [12]. Les dégâts purement matériels sont assez importants, cependant ils ne sont pas si graves qu’on l’avait d’abord annoncé. Il n’y a que deux maisons écroulées et cinq autres qui menacent ruine. Un grand nombre de cheminées sont tombées ainsi que la toiture de trois maisons. Presque toutes les maisons de Peillon et du hameau de Châteauvieux sont gravement endommagées, tandis que dans le quartier de Borghéas qui est plus bas, tout se réduit à quelques crevasses sans importance [13].
Selon un état général établi commune par commune par la préfecture, 25 personnes ont déclaré des pertes, 4 maisons furent détruites et 1 partiellement détruite [14].

Remarque
Les hameaux de Borghéas et de Châteuvieux dépendent de la commune de Peillon

JPEG - 236.7 ko
Village de Peillon
Le village est perché dominant situé à 372 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

PEILLE
Voir la page consacrée à Peille


L’ESCARÈNE
Superficie : 1 067 ha - Alt. : 345 m.
Latitude : 43° 50’ 07 Nord - Longitude : 7° 21’ 26 Est
Population : 1 482 habitants en 1886 – 2 520 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes du pays des Paillons

Cadastre Napoléonien
Section : A3 L’Escarène

Les effets

A l’Escarène, aucun accident de personne ne fut signalé, seules quelques cheminées chutèrent. Les dégâts entièrement matériels ont été presque insignifiants. Les quelques maisons faiblement lézardées seront vite réparées [15].

La presse rapporta également la chute d’énormes blocs de roche entre l’Escarène et Sospel, sur une distance de 1 600 m empêchant toute circulation. Les parapets ont été complètement détruits, les lignes télégraphiques brisées, rendant impossibles la transmission des dépêches. Cet éboulement important s’est produit à partir de Rocca Taillada [16].
Effectivement, selon le rapport de gendarmerie, la route a été couverte de quartiers de rochers et entièrement impraticable aux voitures, sur une longueur que nous avons évaluée à 1 600 m ; en outre plusieurs poteaux et fils télégraphiques sont rompus. Quelques arbres ont été brisés et entraînés par les rochers.

Concernant l’Escarène, un état général établi commune par commune par la préfecture rapporte que 70 personnes ont déclaré des pertes, 3 maisons furent détruites et 4 partiellement détruites [17].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 2 700 fr destinée aux réparations suivantes :
- école des filles et au logement de l’institutrice 1 200fr.
- l’église paroissiale 1 500 fr. [18] [19].

Remarque
Le lieu-dit "Rocca Taillada" fut également cité lors du tremblement de terre Nissart de 1564 avec aussi des éboulements dans ce secteur.

JPEG - 207.4 ko
Village de l’Escarène
L’Escarène est situé en fond de vallée à 345 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

TOUËT DE L’ESCARÈNE
Superficie : 457 ha - Alt. : 450 m.
Latitude : 43° 50’ 54 Nord - Longitude : 7° 21’ 57 Est
Population : 325 habitants en 1886 – 282 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes du pays des Paillons

Cadastre Napoléonien
Section : C2DEV Le Village

Les effets

Pourtant non loin de l’Escarène, plusieurs maisons furent ici lézardées et les habitants paniqués, campèrent dans les campagnes [20].
Les parapets de la route des Caroubiers au Pont Saint-Laurent ont été ébranlés [21].
Selon un état général établi commune par commune par la préfecture, 5 personnes déclarèrent des pertes et 1 maison fut partiellement détruite [22].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 2 500 fr. [23].

JPEG - 290.1 ko
Village de Toüet de l’Escarène
Touët est situé sur un versant dominé à 450 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

LUCÉRAM
Superficie : 6 552 ha - Alt. : 650 m.
Latitude : 43° 53’ 00 Nord - Longitude : 7° 21’ 41 Est
Population : 1 128 habitants en 1886 – 1 284 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes du pays des Paillons

Cadastre Napoléonien
Section : L Le Village, Feuille unique

Les effets

On déplore peu de dégâts à part la chute de quelques cheminées et l’effondrement de la partie supérieure du clocher entraînant la croix de l’église paroissiale [24].
Dans l’enceinte du village, il y a différentes habitations lézardées. L’église paroissiale, le presbytère et la Mairie ont le plus souffert. Les murs de la salle de la mairie sont aussi lézardés. La coupole du clocher s’est effondrée sur la charpente de l’église. Dans les environs, l’habitation de Pierre Gaetti à Morghetta s’est partiellement écroulée. Le château de Joseph Barralis au plantier est dans un triste état [25].
Selon un état général établi commune par commune par la préfecture, 44 personnes déclarèrent des pertes, 1 maison fut détruite et 7 partiellement détruites [26].

JPEG - 260.9 ko
Village de Lucéram
Lucéram est perché dominant à 650 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

BERRE LES ALPES
Superficie : 958 ha - Alt. : 682 m.
Latitude : 43° 49’ 51 Nord - Longitude : 7° 19’ 47 Est
Population : 508 habitants en 1886 – 1 253 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes du pays des Paillons

Cadastre Napoléonien
Section : C5 Village

Les effets

Les dégâts sont énormes, pas une maison n’a été épargnée et huit ont été jugées inhabitables. Les rues du village sont en certains points obstruées par les décombres et rendent la circulation impossible. La maison d’école et l’église ont particulièrement souffert. La population entière a été obligée de quitter le bourg pour aller camper dans les campagnes. La presse fait appel aux personnes généreuse pour venir en aide aux sinistrés [27].
Un devis de réparations de l’église nous renseigne sur les dégâts. Il précise que les effets ont été si désastreux que l’église a dû être fermée et l’exercice du culte transféré en plein champ. Les travaux consistent à réparer la toiture et les lézardes des murs périphériques, à remplacer le tirant en fer de la voûte principale qui s’est brisé, à en poser trois nouveaux dont deux sur la voûte latérale et un troisième suivant l’axe longitudinal de l’extrados de la voûte, à refaire les décorations détruites du maître autel, de celui des âmes du Purgatoire, à réparer les grandes et les moyennes corniches endommagées [28].
D’autres détails sont communiqués dans la presse au début du mois de mars. La population qui a fui le village s’est répandue dans la campagne où elle loge dans les cabanes et les chaumières attendant, dans le calme des champs, la fin de la terrible épreuve. Quelques personnes n’ont pu trouver d’abri et ne peuvent non plus retourner de longtemps dans leurs maisons à moitié détruites ; elles logent dans les caves et même dans les étables des environs du village. La voûte de l’église est crevassée dans tous les sens, un tirant a été brisé, le toit s’est, par ci par là, effondré. Les quatre murs de l’église sont aussi dans un piteux état. La chapelle des pénitents blancs située en face de l’église a été plus maltraité encore. On assure qu’une forte crevasse s’est produite au quartier de l’Ibac, situé à égale distance des villages de Berre et de Coaraze. La pierre sur laquelle est implantée la tige extrême du paratonnerre a été déplacée et menace de tomber sur le toit du presbytère ou des maisons voisines. Les logements des instituteurs ont été rendus inhabitables, les cloisons sont fortement crevassées. Leur chute peut survenir à la moindre secousse. Les murs du bâtiment scolaire ont été crevassés mais plus faiblement que les cloisons. Quelques personnes sont occupées à réparer les toitures des maisons qui ont été peu endommagées [29].
Selon un état général établi commune par commune par la préfecture, 150 personnes déclarèrent des pertes, 1 maison fut détruite, 2 très endommagées et 16 en partiellement détruites [30].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 7 200 fr. destinée aux réparations suivantes :
- chapelle de la Croix 1 000 fr.
- presbytère 1 800 fr.
- église 3 400 fr.
- groupe scolaire 1 000 fr. [31] [32].

JPEG - 206.6 ko
Village de Berre les Alpes
Berre est perché dominant situé à 682 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

CONTES
Superficie : 1 947 ha - Alt. : 290 m.
Latitude : 43° 48’ 46 Nord - Longitude : 7° 18’ 52 Est
Population : 1 655 habitants en 1886 – 7 424 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes du pays des Paillons

Cadastre Napoléonien
Section : B2DEV La Ville
Section : D1DEV Sclos

Les effets

Le tremblement de terre a réveillé en sursaut les habitants, ébranlant presque toutes les maisons sur leurs bases et causant des préjudices considérables. La secousse a fait craquer les murs, les meubles et les poutres. Un grand nombre de maisons ont été crevassées ou lézardées. Parmi les maisons qui ont le plus souffert, celle de M. Trapenat, dont la famille a été éveillée par l’effondrement des plafonds et les murs de refend. Les occupants ont été obligés de quitter leur maison, en chemise, sous une pluie de pierres et de briques. Le logement du receveur des postes est aussi abandonné et menace de s’écrouler [33].
Dans le village il y eut quarante familles sinistrées. On déplore une douzaine de toitures effondrées, deux maisons écroulées et trente-deux endommagées. Les dégâts dans les bâtiments publics furent également considérables. L’église de Contes menace de s’écrouler, le presbytère, le palais de Justice, la chapelle Saint-Jean, l’école, la digue furent particulièrement touchés. Enfin à la Vernéa, le presbytère fut en partie détruit [34].
Le séisme a causé à Sclos de Contes, d’importants désordres, l’église Sainte-Hélène a été lézardée et son orgue définitivement détruit. Le quartier de l’Avalanca fut particulièrement touché. Les éboulements formèrent sur le ruisseau de l’Ibac, un barrage qu’il fallut rapidement détruire. Le pont fut sérieusement ébranlé et dut faire l’objet de travaux de consolidation [35]. La maison Mari qui présentait un danger pour la sécurité publique, va être démolie entièrement [36].
Parmi d’autres détails la presse écrit, la nommée Cotton Jéromine âgée de 60 ans, fragile depuis quelques temps, a été fortement épouvantée par les violentes secousses du 23 et l’ébranlement de sa maison. De telle sorte qu’elle est morte chez son frère, de terreur et d’effroi après l’épouvantable catastrophe. Par ailleurs, aux quartiers de Saint-Barthélemy, le chemin vicinal n°5 a été crevassé. Le canal qui conduit à Contes l’eau est devenue potable trente heures après [37].
Selon un état général établi commune par commune 150 personnes ont déclaré des pertes, quatre maisons ont été détruites et dix partiellement détruites [38].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 17 400 fr., destinée aux réparations :
- du presbytère 1 600 fr.
- de l’hospice 800 fr.
- de l’Hôtel de ville 3 000 fr.
- de l’église paroissiale 8 500 fr
- de l’église de la Vernea 1 000 fr.
- du presbytère de la Vernea 500 fr.
- de l’église de Pelos 2 000 fr. [39] [40].

JPEG - 280.3 ko
Village de Contes
Contes est situé sur un mamelon dominant situé à 290 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

CHÂTEAUNEUF VILLEVIEILLE
Superficie : 838 ha - Alt. : m.
Latitude : 43° 48’ 33 Nord - Longitude : 7° 17’ 50 Est
Population : 1 211 habitants en 1886 – 922 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes du pays des Paillons

Cadastre Napoléonien
Section :D1 Chateauneuf
Section : C3 La Madone

Les effets

On déplore au total une maison détruite, douze partiellement écroulées et une cinquantaine lézardées. L’église de la Madone subit de graves dommages à la toiture et à la voûte. La presse relate que l’habitation de M. Mari Camille employé de Mairie à Nice, a eu l’intérieur dévasté. Les occupants ont échappé par miracle en sautant par la fenêtre. Vers neuf heures, alors que les élèves étaient en classe, une nouvelle oscillation très forte du bâtiment a effrayé les enfants qui se sont enfuis chez eux [41].
Selon un état général établi commune par commune par la préfecture, 98 personnes déclarèrent des pertes, 1 maison fut détruite, 3 très endommagées et 9 partiellement détruites [42].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 3 080 fr. destinée aux réparations :
- de l’église et du presbytère 1 100 fr.
- de l’école 40 fr.
- de la mairie 200 fr.
- des maisons d’école de Cantaron 200 fr.
- de l’église et du presbytère de Cantaron 294 fr.
- de l’église et du presbytère de Bendejun 500 fr. [43] [44].

JPEG - 283 ko
Village de Châteauneuf-Villevieille
Châteauneuf est situé sur un replat dominé.
(Photo : André Laurenti)

BENDEJUN
Superficie : 635 ha - Alt. : 400 m.
Latitude : 43° 50’ 17 Nord - Longitude : 7° 17’ 27 Est
Population : 952 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes du pays des Paillons

Cadastre Napoléonien
Section : ADEV Bendejun, Feuille unique développement
Section : A Bendejun, Feuille unique

Les effets

Divers sinistres sont à signaler sur toutes les maisons. L’église est lézardée, la chapelle des pénitents blancs s’est écroulée, le clocher a perdu son équilibre, la chapelle Saint-Joseph est gravement lézardée. Cinq maisons sont inhabitables, entre autre le plus fort bâtiment des hoirs Martini (colonel). Le château de la Comtesse Avet est gravement endommagé. La vieille maison d’école est dans un état pitoyable [45].

Remarque
Cette commune a été créée en 1911 par détachement de Châteauneuf-de-Contes. L’habitat est très dispersé, il n’y a pratiquement pas de centre, mais une série de hameaux.

JPEG - 181.2 ko
Village de Bendejun
Bendejun est constitué d’un ensemble de petits hameaux éparpillés situé sur un versant dominé à 400 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

COARAZE
Superficie : 1 714 ha - Alt. : 620 m.
Latitude : 43° 51’ 54 Nord - Longitude : 7° 17’ 45 Est
Population : 628 habitants en 1886 – 831 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes du pays des Paillons

Cadastre Napoléonien
Section : A4DEV La Ville

Les effets

La secousse dura vingt-cinq secondes, cinquante-sept habitations furent lézardée et vingt-six détériorées. Parmi celles-ci, la maison commune se trouva toute délabrée et le plafond de l’école des garçons grandement endommagé. La population effrayée se réfugia en grande partie, sur la place du château [46].
Selon un état général établi commune par commune 57 personnes ont déclaré des pertes sans autres précisions [47].

JPEG - 240.1 ko
Village de Coaraze
Coaraze est perché sur un mamelon dominant situé à 620 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

TOURRETTE DE LEVENS
Superficie : 1 650 ha - Alt. : 390 m.
Latitude : 43° 47’ 15 Nord - Longitude : 7° 16’ 36 Est
Population : 1 206 habitants en 1886 – 4 951 habitants en 2017
Intercommunalité : Métropole Nice Côte d’Azur

Cadastre Napoléonien
Section : B7 Le Village

Les effets

Le journal intitulé "le Phare du Littoral" mentionne pour ce village deux maisons écroulées [48].
Dans un ouvrage consacré à cette commune, l’auteur Pierre Robert Garino indique sous forme de tableau les dégâts occasionnés par le séisme sur 77 bâtiments. Cent-deux immeubles auraient été touchés au total , 56 lézardés, 8 maisons endommagées ou détériorées, 10 en ruine et 4 écroulés [49]. -
Quelques maisons parmi lesquelles celle de M. Girard maire de la commune, se sont effondrées. On déplora quelques blessés. Un rocher s’est détaché au quartier Broucaret ravageant routes et propriétés [50].
Selon un état général établi commune par commune 161 personnes ont déclaré des pertes, 1 maison a été détruite et 9 partiellement détruites [51].
Les sommes attribuées pour la réparation des édifices publics permet de constater que l’église et le presbytère (5 500 fr) l’école et les logements des enseignants (1 900 fr) ont subi des dégâts ||Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes]] [52].

JPEG - 216.1 ko
Village de Tourrette Levens
Village perché sur une crête dominante à 390 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

ASPREMONT
Superficie : 944 ha - Alt. : 530 m.
Latitude : 43° 47’ 03 Nord - Longitude : 7° 14’ 42 Est
Population : 512 habitants en 1886 – 2 187 habitants en 2017
Intercommunalité : Métropole Nice Côte d’Azur

Cadastre Napoléonien
Section : E3DEV La Ville

Les effets

Il est fait état seulement de quelques dégâts matériels [53].
Dans la presse on apprend qu’au cours de sa séance, le conseil municipal de la commune a décidé de ne rien demander pour ne pas pénaliser les populations d’autres villages plus éprouvées, et cela malgré des maisons lézardées. Toutefois en présence de la gêne des contribuables due au manque des récoltes de plusieurs années et aux réparations nécessaires aux bâtisses, il a été demandé qu’un dégrèvement des impôts soit accordé [54].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 5 400 fr., destinée aux réparations :
- de l’église 3 500 fr.
- du presbytère 1 900 fr. [55] [56].

JPEG - 160.6 ko
Village d’Aspremont
Village perché sur un mamelon dominant à 530 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

COLOMARS
Superficie : 672 ha - Alt. : 300 m.
Latitude : 43° 45’ 52 Nord - Longitude : 7° 13’ 22 Est
Population : 547 habitants en 1886 – 3 424 habitants en 2017
Intercommunalité : Métropole Nice Côte d’Azur

Cadastre Napoléonien
Section : H2 Les Vallières
Section : J3 Colomars

Les effets

Quoique aussi violent qu’ailleurs, le séisme n’a occasionné que des dommages relativement faibles, seules quelques cheminées sont tombées [57]. Un autre journal confirme, les dommages ont été insignifiants et quelques rares cheminées ont seules été projetées sur le chemin [58].

Remarque
Habitat diffus.

JPEG - 191.2 ko
Village de Colomars
Colomars est perché sur une crête dominante à 300 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

CASTAGNIERS
Superficie : 752 ha - Alt. : 382 m.
Latitude : 43° 47’ 32 Nord - Longitude : 7° 13’ 56 Est
Population : 518 habitants en 1886 – 1 616 habitants en 2017
Intercommunalité : Métropole Nice Côte d’Azur

Cadastre Napoléonien
Section : A3 Castagniers
Section : D2 Le Cuore

Les effets

A Castagniers, quatre bâtiments se sont écroulés et quarante ont été plus ou moins lézardés. L’église a perdu son clocher et le presbytère est en ruine, les offices ont lieu sur la place publique. Plusieurs personnes n’ont dû leur salut qu’à une fuite précipitée sans avoir eu le temps de prendre leurs vêtements. La population passa la nuit sous les oliviers ou dans les caves [59].
Ce sont particulièrement les voisins de la route n°19 qui conduit d’Aspremont à Saint-Blaise qui ne dorment pas tranquilles. Des rochers qui se détachent de la colline de Maùcuor roulent de temps à autre dans les campagnes. Les habitations du Baus ont eu un moment de frayeur. La circulation a été interrompue le 23 février par des blocs de pierre sur plusieurs points d’Aspremont à Saint-Blaise [60].
M. Montolivo agent voyer cantonal du canton de Levens accompagné de M. Garivelli Maire et de M. Amoretti conseiller municipal a procédé jeudi 10 mars à la visite des maisons endommagées. Il a été reconnu que 3 maisons présentent des dangers pour la sécurité publique, elles devraient être démolies ou réparées immédiatement. Le Maire a aussitôt pris un arrêté et a demandé aux propriétaires intéressés d’exécuter les travaux nécessaires dans le délai de 3 jours, dans le cas contraire, l’administration réalisera les travaux aux frais des propriétaires.
L’église et le presbytère menaçant ruine, la circulation de la partie sud et ouest de la place publique a été interdite [61].
Selon un état général établi commune par commune 81 personnes ont déclaré des pertes, 3 maisons ont été détruites et 20 partiellement détruites [62].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 6 000 fr. pour les réparations de l’église et du presbytère [63] [64].

JPEG - 160 ko
Village de Castagniers
Village situé sur un replat à 382 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

Eglise de Castagniers
Après le tremblement de terre, un projet de réparations urgentes à exécuter à l’église, au clocher et au presbytère a été établi par un architecte. Voici les plans redessinés en couleur pour une meilleure compréhension et montrant les parties endommagées par les secousses [65].

JPEG - 64.7 ko
Eglise de Castagniers
Coupe longitudinale
(Croquis : André Laurenti)
JPEG - 49.6 ko
Eglise de Castagniers
Coupe transversale
(Croquis : André Laurenti)
JPEG - 58.3 ko
Eglise de Castagniers
Vue en plan de l’église et du presbytère accolé
(Croquis : André Laurenti)

SAINT-MARTIN-DU-VAR
Superficie : 559 ha - Alt. : 115 m.
Latitude : 43° 49’ 24 Nord - Longitude : 7° 11’ 34 Est
Population : 506 habitants en 1886 – 3 000 habitants en 2017
Intercommunalité : Métropole Nice Côte d’Azur

Cadastre Napoléonien
Section : B6DEV Saint-Martin

Les effets

Plusieurs maisons s’effondrèrent, aucune personne ne fut blessée [66].
Dans le dossier des Archives Départementales, on y apprend que la mairie, la gendarmerie, le presbytère et quelques habitations furent sérieusement endommagés [67].
Dans un état des dommages établi par la commune, on relève plus de treize maisons très endommagées, 22 moyennement endommagées et 50 légèrement endommagées [68].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 6 200 fr., destinée aux réparations :
- de l’église et du presbytère 4 200 fr.
- des écoles et aux logements des instituteurs et des institutrices 2 000 fr. [69] [70]

JPEG - 255 ko
Village de Saint-Martin du Var
Village situé en fond de vallée à 115 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

LA ROQUETTE-SUR-VAR
Superficie : 399 ha - Alt. : 380 m.
Latitude : 43° 49’ 45 Nord - Longitude : 7° 11’ 59 Est
Population : 330 habitants en 1886 – 940 habitants en 2017
Intercommunalité : Métropole Nice Côte d’Azur

Cadastre Napoléonien
Section : A3 La Roquette

Les effets

La population affolée s’est répandue au dehors. La nouvelle qu’une maison au bout du village s’était effondrée a mis le comble à la terreur. Dans cette maison logeait une famille de 7 personnes dont la mère était absente. La chambre de l’une des femmes mariée et mère de famille, a été littéralement démolie, son lit recouvert de débris de toutes sortes, elle venait à l’instant de le quitter avec ses deux enfants en bas âge. Quatre autres maisons non habitées, ont vu leurs toits s’effondrer. L’église et le cimetière ont particulièrement souffert. Presque toutes les maisons du village sont fortement endommagées ; toutes, à peu d’exception près sont fortement fissurées. Cheminées violemment projetées à terre. Encombrement de la route par des blocs détachés des sommets [71].
Le grenier d’une habitation s’effondra, la mairie et l’église se fissurèrent, les chapelles Madona et Sainte Catherine furent abîmées. Par ailleurs quatre bâtiments ruraux et quelques granges furent dévastés.
Selon un état général établi commune par commune 17 personnes ont déclaré des pertes et 4 maisons partiellement détruites [72].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 6 080 fr., destinée aux réparations :
- du cimetière et de la chapelle ste. Catherine 2 630 fr.
- de l’église 3450 fr. [73] [74].

JPEG - 231.4 ko
Village de la Roquette-sur-Var
Village perché sur mamelon dominant à 380 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

SAINT-BLAISE
Superficie : 804 ha - Alt. : 325 m.
Latitude : 43° 49’ 21 Nord - Longitude : 7° 14’ 18 Est
Population : 358 habitants en 1886 – 1 019 habitants en 2017
Intercommunalité : Métropole Nice Côte d’Azur

Cadastre Napoléonien
Section : A2 Saint-Blaise
Section : A3 Saint-Blaise

Les effets

Plusieurs cheminées tombèrent sous les secousses et quelques maisons eurent des cloisons et des planchers légèrement lézardés [75].

L’école et le presbytère souffrirent grandement, les murs furent lézardés en maints endroits et les toitures très endommagées. L’église quant à elle, n’a pas souffert (20). Au total seize maisons furent endommagées.
Les maisons de divers propriétaires ont eu de fortes lézardes à leurs murs et leurs toitures endommagées, il y en a surtout quatre où il y a danger de les habiter sans réparations immédiates. Le nombre de maisons particulières qui ont soufferts est, de 13 dont 10 dans le même quartier. Les propriétaires ont passé la nuit dehors sous les oliviers autour d’un grand feu [76].
Selon un état général établi commune par commune 23 personnes ont déclaré des pertes, 2 maisons ont été détruites et 7 partiellement détruites [77]
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 3 900 fr., destinée aux réparations :
- de la maison d’école 1 700 fr.
- du presbytère 2 200 fr. [78] [79].

JPEG - 301.3 ko
Village de Saint-Blaise
Village situé sur un replat à 325 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

Documentation

- Levret Agnès Grunthal G : Cahier du Centre Européen de Géodynamique et de Séismologie – volume 19 – l’Echelle Macrosismique Européenne – année 2001


[1] État présentant par commune le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. Des A. M.

[2] Dossier 16 171 à 16 172 Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[3] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 25 février 1887 - Arch. Départ. des Alpes-Maritimes

[4] Etat présentant par commune le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[5] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 19 mars 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[6] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 16 mai 1887 - Arch. dép. des A. M.

[7] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 25 février 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[8] État présentant par commune le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[9] Le Phare du Littoral : Extrait du journal du 24 février 1887 n° 5809 24ème année – Fonds Louis Cappatti pro 139 - Bibliothèque des Chevaliers de Cessole Musée Masséna à Nice

[10] Etat présentant par commune le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[11] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 26 février 1887 - Arch. Départ. des Alpes-Maritimes

[12] L’Eclaireur du Littoral : Extrait du journal du 25 février 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[13] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 3 mars 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[14] Etat présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. Des A. M.

[15] Le Littoral Illustré : Extrait du journal du 25 février 1887 - Arch. Dép. des Alpes-Maritimes

[16] Le Phare du Littoral jeudi 24 février 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[17] État présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[18] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[19] Le Petit Niçois du 14 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[20] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 24 février 1887 - Arch. Départ. des Alpes-Maritimes

[21] Le Phare du Littoral vendredi 25 février 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[22] Etat présentant par commune le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[23] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[24] L’Eclaireur du Littoral : Extrait du journal du 24 février 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[25] L’Eclaireur du Littoral : Extrait du journal du 7 mars 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[26] Etat présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[27] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 26 février 1887 - Arch. Départ. des Alpes-Maritimes

[28] Devis estimatif des réparations à l’église paroissiale de Berre les Alpes dressé le 3 mai 1888 – Archives Communales de Berre les Alpes

[29] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 4 mars 1887 - Arch. Départ. des Alpes-Maritimes

[30] Etat présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[31] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[32] Le Petit Niçois du 13 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[33] Le Phare du Littoral samedi 26 février 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[34] Delserre Georges et Tabaraud : « Histoire des Contois », Collection Les Régionales, Editions Serre – 1986

[35] Delserre Georges et Tabaraud : « Histoire des Contois », Collection Les Régionales, Editions Serre – 1986

[36] L’Eclaireur du Littoral : Extrait du journal du 21 mars 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[37] Le Phare du Littoral du 5 mars 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[38] Etat présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[39] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[40] Le Petit Niçois du 13 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[41] Le Phare du Littoral : Extrait du journal du 24 février 1887 n° 5809 24ème année – Fonds Louis Cappatti pro 139 - Bibliothèque des Chevaliers de Cessole - Musée Masséna à Nice

[42] État présentant par commune le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[43] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[44] Le Petit Niçois du 13 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[45] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 2 mars 1887 - Arch. Départ. des Alpes-Maritimes

[46] Le Phare du Littoral : Extrait du journal du 24 février 1887 n° 5809 24ème année – Fonds Louis Cappatti pro 139 - Bibliothèque des Chevaliers de Cessole - Musée Masséna à Nice

[47] Etat présentant par commune le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[48] Le Phare du Littoral : Extrait du journal du 24 février 1887 n° 5809 24ème année – Fonds Louis Cappatti pro 139 - Bibliothèque des Chevaliers de Cessole - Musée Masséna à Nice

[49] Garino Pierre Robert : Tourrette Levens p 151 à 153

[50] Sentinelle du Midi du 26 février 1887 - n°348 - Archives Départementales du Var

[51] Etat présentant par commune le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[52] Le Petit Niçois du 13 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[53] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 25 février 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[54] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 11 mars 1887 - Arch. Départ. des Alpes-Maritimes

[55] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[56] Le Petit Niçois du 13 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[57] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 3 mars 1887 - Arch. Départ. des Alpes-Maritimes

[58] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 3 mars 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[59] L’Eclaireur du Littoral : Extrait du journal du 2 mars 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[60] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 7 mars 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[61] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 14 mars 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[62] Etat présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. Des A. M.

[63] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[64] Le Petit Niçois du 13 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[65] Plans et coupes dressé par l’architecte le 5 mars 1887, réf. 020 0317- Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[66] Le Phare du Littoral : Extrait du journal du 24 février 1887 n° 5809 24ème année – Fonds Louis Cappatti pro 139 - Bibliothèque des Chevaliers de Cessole - Musée Masséna à Nice

[67] Dossier 16171 – Archives Départementales des Alpes-maritimes

[68] Etat des dommages causés aux habitants de Saint-Martin du Var par le tremblement de terre du 23 février 1887 en date du 28 février 1887 – Dossier 1M987 – Arch. Dép. A. M.

[69] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[70] Le Petit Niçois du 13 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[71] Le Phare du Littoral : Extrait du journal du 24 février 1887 n° 5809 24ème année – Fonds Louis Cappatti pro 139 - Bibliothèque des Chevaliers de Cessole - Musée Masséna à Nice

[72] Etat présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[73] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[74] Le Petit Niçois du 13 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[75] L’Eclaireur du Littoral : extrait du journal du 24 février 1887 – Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[76] Le Phare du Littoral samedi 26 février 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[77] Etat présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. des A. M.

[78] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[79] Le Petit Niçois du 13 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes


Commentaires

l'actualité Azurseisme

27 juin - Séisme de Plogoff

Un séisme de magnitude 4.5 (source CEA LDG) a été enregistré au large du Finistère, le 27 juin 2020 (...)

23 juin - Séisme de Vallorcine

Un séisme de magnitude 3.8 MLv (source ReNaSS) a été enregistré en limite entre la Haute Savoie et (...)

2 mai - Séisme de Saint-Sauveur-sur-Tinée

Un séisme de magnitude 3,4 MLv (Geoazur) a été enregistré par les réseaux sismiques régionaux, le 02 (...)