Sanremo et ses environs


LE TREMBLEMENT DE TERRE DU 23 FÉVRIER 1887

BUSSANA : voir page spéciale sur Bussana Vecchia


POGGIO DI SANREMO
Hameau de Sanremo
Alt. : 200 m

Ce hameau de Sanremo rendu célèbre par la course cycliste "Milan Sanremo", fut ruiné aux deux tiers. La partie supérieure du village a spécialement le plus souffert, où une dizaine de maisons se sont effondrées faisant un mort.
Selon les analyses géologiques de Taramelli et Mercalli, tout le village est édifié sur de l’Eocène : sur une colline surélevée comme celle de Bussana, située presque en face de l’autre côté de la vallée de l’Armea.
Les maisons de Poggio rappelle Mercalli, ont déjà été gravement endommagées par les tremblements de terre de 1831 et 1854 et peut-être aussi par des tremblements de terre plus anciens, comme en témoignent dira-t-il, les nombreuses arches qui relient les maisons pour les soutenir [1].


VEREZZO
Hameau de Sanremo

Verezzo est un tout petit groupe de maisons situé au nord-ouest de Poggio.
Ce hameau de Sanremo souffrit peu, comme cela fut le cas sur plusieurs maisons isolées au-dessus de S. Remo [1].


La vallée de l’Armea située entre Bussana et Poggio di Sanremo, abrite en amont un seul village distant de 7 km du littoral, il s’agit de Ceriana.

CERIANA (PROVINCE D’IMPERIA)
Superficie : 3 179 ha - Alt. : 369 m
Latitude : 43° 53’ Nord - Longitude : 7° 46’ Est
Population : 2 541 habitants en 1881 – 1 173 habitants en 2019

Les effet
Le village écrira Mercalli, est adossée à un éperon rocheux très escarpé et a été particulièrement ruinée dans la partie nord supérieure. Les maisons sont vieilles et trop hautes. Quelques unes se sont effondrées et environ sept, ont été rendues inhabitables. Il y a eu 5 morts et 12 blessés [1].

JPEG - 161.2 ko
Commune de Ceriana
Ce bourg est situé à 369 m d’altitude dans la vallée de l’Armea.
(Photos : André Laurenti)

Dans l’église paroissiale, de forme rectangulaire, orientée E-S-E, la partie nord-ouest de la voûte a été ruinée, écrasant deux tirants ; la partie supérieure du clocher s’est également effondrée, tombant en majeure partie vers le Sud sur l’orgue et en partie vers l’Est sur la place. Une fissure presque verticale longe toute la façade vers le milieu observa Mercalli. Dans ce village, on a évité le pire, en effet, au moment du tremblement de terre, plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées dans l’église, mais, heureusement, quelques minutes avant le choc, presque toutes étaient sorties pour accompagner une personne décédée au cimetière. Il ne restait que quelques vieillards, dont l’un a été écrasé sous les décombres de la voûte, d’autres blessés. Sans cela, tous les fidèles auraient été ensevelis dans l’église comme à Baiardo ou à Castellaro [1].
Dans la maison du maire, et aussi dans d’autres, ont été endommagées en particulier les parties internes, les voûtes de maçonnerie et les cloisons. Parmi les murs principaux, ceux qui faisaient face à N-N-O ont beaucoup souffert et ont été détaché des murs latéraux restés quasiment indemnes [1].

JPEG - 140.2 ko
Ceriana
Cette photo prise une vingtaine d’années plus tard, montre le bâti très élevé de ce village
(Photo : G. Brogi - A book of the Riviera - 1909 - Wikipedia)

Les eaux des sources ont été troublées.
Le long de la route en montant à Ceriana, de petits glissements de terrain se sont produits [1].
Plus haut sur la route du col de Ghimbegna entre Ceriana et Bajardo, le sanctuaire de la Madone de la villa, orienté à E 20°N reposant sur une roche peu résistante, a eu le clocher démoli. Les matériaux sont tombés en partie au sud sur la route et en partie au nord sur l’église. Une fissure verticale s’est ouverte vers le milieu de la façade [1].

La chapelle de San Rocco, le long de la route de Baiardo, a eu les façades est-sud-est et ouest-sud-ouest traversées par des lézardes qui se coupent à angle droit ; son clocher s’est écroulé.
Le sol de Ceriana et de Baiardo observa Arturo Issel, est constitué de schiste marneux de l’éocène alternant avec du calcaire. Cette roche dont l’élément argileux domine semble très altérée [2].


SANREMO (PROVINCE D’IMPERIA)
Superficie : 5 487 ha - Alt. : 15 m
Latitude : 43° 49’ Nord - Longitude : 7° 47’ Est
Population : 18 760 habitants en 1881 – 54 550 habitants en 2019

Les effets
A la première secousse, les cloches ont sonné, de nombreuses horloges se sont arrêtées, des gravats sont tombés, des cheminées, des corniches, des cloisons, des voûtes sont tombées. Deux clochers se sont en partie écroulés et quelques maisons près de l’oratoire de San Costanzo se sont effondrées et plusieurs restèrent inhabitables. Il n’y a eu aucun décès, mais 4 personnes ont été légèrement blessées [1].
La presse précisera qu’il s’agissait de militaires, d’un caporal et trois soldats [3].
Les maisons effondrées et les dégâts les plus graves se sont produits dans la vieille ville de Sanremo, à gauche du Rio Borgo, située en partie sur le flanc en pente d’une colline constituée de marnes et d’argiles du Pliocène, et en pied de contact avec des roches de l’Éocène en dessous.
A l’inverse, les dommages ont été généralement moindres dans la partie plate et nouvelle de la ville où, près de la marina, les somptueuses villas et les grands hôtels montent. Cependant, même dans cette partie, presque toutes les maisons ont subi des dommages plus ou moins graves et certaines ont dû être abandonnées.
La douane, de construction très solide avec des murs de 1 m d’épaisseur, a eu une arche cassée au rez-de-chaussée, mais presque aucune autre lésion. Parmi les églises, la plus endommagée fut la "Madonna della Costa" fondée sur les sables du Pliocène dans la partie la plus haute de la Pigna. Un dôme octogonal, surmontant d’une coupole, s’est sectionné presque horizontalement à mis hauteur, et les parties inférieures, laissées libres, se sont déplacées et se sont désorganisées dans différentes directions. Mercalli rappelle que cette église et notamment le dôme avaient beaucoup souffert lors du tremblement de terre de 1831 [1].

JPEG - 148.2 ko
Madonna della Costa
L’édifice est situé sur un poggio à environ 100 m d’altitude
(Carte postale d’époque : Jose Antonio Wikipedia)
JPEG - 166.7 ko
Extrait cadastral de Sanremo
En rouge, le quartier ancien le plus endommagé.
(Source : Geoportale Regione Liguria)

L’hôpital et plusieurs villas près du Sanctuaire de la Costa ont également beaucoup souffert.
En revanche, l’église de S. Giuseppe, un peu plus basse et orientée N 40°O, n’a eu que de petites fissures dans les arcades et les fenêtres.
Dans la cathédrale de San Siro, à droite du Rio Borgo, de grande dimension dotée trois nefs orientées E-O, une fissure transversale s’est ouverte dans la voûte et quelques petites fissures sur les arches voisines, de sorte que peu de temps après il a été possible de la rouvrir au public. L’église des capucines située dans la partie sud-ouest de la ville est restée plus indemne, elle a encore moins souffert [1].

Toutefois, le clocher de l’église des Anges s’est abattu sur la voûte. Pas très loin de là, le plafond de la caserne proche du monastère, s’est effondré [3].

La presse précise que plusieurs édifices sont assez endommagés par exemple : l’hôpital, la Mairie, le Tribunal, l’école, la caserne, le théâtre Prince Amédée, ainsi que deux ou trois clochers ébranlés [4].

Beaucoup d’étrangers quittèrent la ville pour la France, et les habitants campèrent dans les jardins.

De nombreuses usines de la vieille ville ont été endommagées à cause de leur vétusté mais aussi parce qu’elles étaient construites sur les pentes raides d’une colline. On raconta que les maisons rendues inhabitables étaient au nombre d’une centaine, mais d’après Arturo ISSEL ceci a été exagéré. Il a pu observer des fissures dans les angles des édifices et dans la continuation des pièces, des portes et des fenêtres. Il fait part également de ces observations en précisant que les murs qui ont le plus souffert sont ceux situés au nord et au sud et aussi nord-ouest et sud-est. Dans le faubourg oriental il a observé sur de nombreux édifices nouveaux des fentes sur des murs maître, des parapets brisés ou décrépis, des cheminées et des balustres tombées. Dans la petite villa Gastaldi les greniers furent endommagés. Pendant la première secousse, un des locataires a pu voir de l’intérieur une fente sur le mur sud-est s’ouvrir et ensuite se refermer [2].

JPEG - 155 ko
Ville de Sanremo
Sanremo est situé en bord de mer.
(Photo : André Laurenti)

Après le tremblement de terre, Sanremo a dû subir des dommages économiques car le séisme a rendu les hôtels et les villas de la ville pratiquement désertes. Comme à Menton et à Nice, des milliers d’hivernants se sont précipités à la gare et quitter la ville avec un triste souvenir.
Le quartier endommagé a ensuite été remanié pour donner plus d’air et de lumière aux rues les plus sombres et les plus étroites de la ville, y compris en particulier celui de la Pigna, où des bâtiments historiques ont également été démolis (1).


SAN ROMOLO (PROVINCE D’IMPERIA)
Latitude : 43° 48’ 36"Nord - Longitude : 7° 46’ 48"Est

Les effets
Au sanctuaire situé au dessus de San Remo, la voûte de l’église s’effondra et le clocher fut renversé. Le couvent contigu subit de graves dommages [2].

Un journaliste du Petit Provençal se rendant à Bayardo, raconte son passage à San Romolo. Après deux heures de marche depuis Sanremo, nous atteignons un poste où se trouve l’église San Romolo et deux auberges attenantes, tout est crevassé. L’entrée de l’église est interdite, c’est une raison de plus pour pénétrer. L’aspect est désolant : la moitié de la voûte s’abattit sur les chaises qui gisent broyées. Quatre pilastres, tout fendillés, sont encore debout. Le maître autel est dans un désordre inouï. Les croix sont renversées, les vases sont écrasés, les autels latéraux, aussi font mal à voir. A droite, une énorme clé de voûte, en s’écroulant, brisa les candélabres. Un christ en ivoire est à demi détaché et se balance pendant par un bras !
Le clocher est abîmé.
Peu de personnes habitant le hameau, à 600 m d’altitude, le prêtre logeait dans une caserne inoccupée. Le jour du désastre, à 5h du matin, on vint le chercher en hâte, son père habitant un village voisin agonisait, le prêtre partit. Bientot, un grand bruit se fait entendre, des cris retentirent et le prêtre revint sur ses pas et il trouva tout anéanti. Il arriva trop tard ensuite auprès de son père qui était mort dans l’intervalle. Dans l’immeuble attenant à l’église, une femme fut ensevelie jusqu’au cou, son fils la sauva grâce à un courage héroïque
 [5].

PNG - 360.1 ko
San Romolo
Sanctuaire de San Romolo situé sur un replat à 782 m d’altitude.
(Photos : André Laurenti)

COLDIRODI (PROVINCE D’IMPERIA)
Fraction de Sanremo
Alt. : 250 m
Latitude : 43°48’47’’ Nord - Longitude : 7°43’52’’ Est

Les effets
Colla di Rodi a subi de très graves dommages. En fait, sur 450 maisons existantes dans le village, 37 se sont effondrées et 265 ont été gravement endommagées. Ont été extraites des ruines 2 personnes gravement blessées (une morte des suites de ses blessures) et 6 autres ont été légèrement blessées. Dans les 5 églises, toutes très fissurées, les tirants ont été en partie brisés ou fortement tendus. Des pierres d’environ 10 kg ont été lancées à une distance d’environ 5 mètres. Il y a eu des fissures importantes sur les flancs de Mont Bignone (1298 m), de nombreux grands pins ont été déracinés. L’eau de la fontaine publique est devenue trouble et pendant plusieurs heures, elle était potable [1].


OSPEDALETTI (PROVINCE D’IMPERIA)
Superficie : 515 ha - Alt. : 5 m
Latitude : 43° 48’ 00 Nord - Longitude : 7° 43’ 00 Est
Population : 517 habitants en 1881 – 3 231 habitants au 30 juin 2019

Les effets
Le tremblement de terre n’a presque pas laissé de trace [6].
La mer s’est retirée sur environ 1 mètre [1].
Ospedaletti fut un peu atteint, mais sans gravité [5]


BORDIGHERA (PROVINCE D’IMPERIA)
Superficie : 1 051 ha - Alt. : 5 m
Latitude : 43° 47’ 00 Nord - Longitude : 7° 40’ 00 Est
Population : 3 026 habitants en 1881 – 10 412 habitants au 30 juin 2019

Selon des observateurs, comme cela a été constaté en d’autres lieux, le grondement se serait d’abord manifesté comme un souffle puissant, si bien que certains ont cru qu’il s’agissait d’un vent impétueux.
La presse dressera pour cette ville, une situation plutôt dramatique. En effet, on apprend que la ville a énormément souffert, toutes les maisons furent ébranlées, sans toutefois faire de victime [4].
Cependant, les constatations d’Arturo Issel semblent moins alarmistes que la presse. Il sera plutôt rassurant, Bordighera dit-il, eut à souffrir moins que Ventimiglia et encore moins que Menton.
D’une manière plus concrète, il écrira que beaucoup de maisons ont eu les murailles fissurées ou fendues, probablement dû avouera-t-il, à la vétusté ou aux défauts de construction. Les petites villas situées sur la nouvelle voie, fondées sur du sable et marnes, souffrirent de dommages insignifiants. Le long de la mer dont le sol correspond à du quaternaire (portance moins bonne), on observe des lésions sur pas mal d’édifices notamment la villa Rose dont il faudra refaire les greniers, mais également l’hôtel Bordighera et l’hôtel Windsor [2].
Dans le théâtre situé au droit d’une nouvelle rue perpendiculaire au littoral, il fut remarqué deux systèmes de fissures sur les murs orientés sud-est et au nord-ouest, la première face plus que la seconde [2].

JPEG - 225.7 ko
Bordighera
Les façades des maisons du vieux bourg sont parfaitement bien liaisonnées par des arcs de confortement ou des passages voûtés. Des éléments qui ont permis de mieux résister au tremblement de terre.
(Photos : André Laurenti)

Le précieux rapport de Taramelli et Mercalli sur le tremblement de terre mentionnera pour le vieux bourg de Bordighera édifié sur du rocher, une position favorable aux sollicitations sismiques, les dégâts n’ont pas été graves. L’église paroissiale, orientée N-S, n’a pas subi de lésions importantes. En général, dans les murs principaux des maisons, les fissures en diagonales sont fréquentes entre les fenêtres, mais pas d’autres importantes.
En dehors du village, les dégâts ont été graves dans la partie inférieure de la ville, c’est-à-dire à Borgo Marina, où les maisons sont fondées sur des alluvions littorales et sur l’effondrement des terres éocènes voisines. Sur ces terrains, de nombreuses maisons sont restées inhabitables.
A l’est de la gare (dans la nouvelle partie de la ville), l’hôtel Windsor, le bureau télégraphique, l’hôtel Continental, l’hôtel Victoria, le Grand hôtel Bordighera, etc. ont beaucoup souffert. Une nouvelle église dans cette partie de Bordighera a été fissurée l’architrave près de la façade, plusieurs fissures dans la voûte de l’abside orientée N35 ° E, ce qui est presque normal à la direction principale de la secousse, et deux dans les murs latéraux, à partir des points d’ancrage d’une grande poutre du plafond en bois massif.
Une maison près de cette église a été gravement endommagée et les lésions semblent un peu plus importantes aux angles N-O et S-E. Dans la partie la plus à l’ouest de Borgo Marina, en particulier dans les dernières maisons à un seul étage, les dégâts sont légèrement inférieurs ; mais en suivant la route qui mène au Plan de Vallecrosia, ils redeviennent graves. La villa Camilla a eu les murs extérieurs légèrement endommagés, mais la cheminée est toute démantelée et détachée [1].

JPEG - 101.1 ko
Bordighera
Quartier Borgo Marina avant 1900
(Source : Facebook Bordighera_Amor-Mio)
JPEG - 357.6 ko
Nouvelle ville de Bordighera
Les dégâts ont été plus importants dans la nouvelle ville située sur la frange littorale, que dans le centre ancien plus en hauteur.
(Photo : André Laurenti)

Observations particulières
Les deux experts précisèrent aussi que l’eau se troubla dans certains puits et juste après le tremblement de terre il fut observé un abaissement du niveau de la mer.
Autres conséquences : la correspondance télégraphique a été interrompue pendant certaines heures [1].

Cette commune a été classée en zone 3 (sismicité basse) selon l’ordonnance PCM n° 3274 du 20/03/2003.


BORGHETTO SAN NICOLO
Hameau de Bordighera
Population : 544 habitants en 1881
Latitude : 43° 48’ 14.57" Nord - Longitude : 7° 39’ 44.08" Est

La première secousse fut d’abord sussultoire puis ondulatoire. Elle a occasionné des dégâts estimés à 47 125 lires. L’église n’a eu seulement que des fissures dans les murs latéraux et sa façade principale s’est détachée de ceux-ci [1].

Cette localité a été classée en zone 3 (sismicité basse) selon l’ordonnance PCM n° 3274 du 20/03/2003.

JPEG - 243.3 ko
Borghetto San Nicolo (fraction de Bordighera)
Cette localité se situe à flanc de colline, sur la rive droite d’un torrent du même nom.
(Photo : André Laurenti)

SASSO DI BORDIGHERA
Hameau de Bordighera
Alt. : 219 mètres
Population : 174 habitants en 1881
Latitude : 43° 48’ 16.74" Nord - Longitude : 7° 40’ 13.47" Est

Suite au tremblement de terre, trois maisons devront être reconstruites, huit restèrent inhabitables, d’autres eurent de nombreuses fissures, dont l’église, qui a dû être fermée.
Les eaux des sources et du ruisseau devinrent troubles [1].

Cette localité a été classée en zone 3 (sismicité basse) selon l’ordonnance PCM n° 3274 du 20/03/2003.


SEBORGA (PROVINCE D’IMPERIA)
Superficie : 491 ha - Alt. : 500 m
Latitude : 43° 50’ 00 Nord - Longitude : 7° 42’ 00 Est
Population : 339 habitants en 1881 - 279 habitants au 30 juin 2019

De nombreuses maisons ont été endommagées et certaines sont restées inhabitables. Selon le rapport, l’estimation des dégâts s’élevèrent à 10 065 lires [1].

Cette commune a été classée en zone 3 (sismicité basse) selon l’ordonnance PCM n° 3274 du 20/03/2003.

JPEG - 141.5 ko
Village de Seborga
Seborga est situé à 500 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

VALLEBONA (PROVINCE D’IMPERIA)
Superficie : 599 ha - Alt. : 149 m
Latitude : 43° 49’ 00 Nord - Longitude : 7° 40’ 00 Est
Population : 1 000 habitants en 1881 – 1 298 habitants au 30 juin 2019

Les dommages ont été un peu moindres qu’à Sasso di Bordighera, ils ont été évalués à 5985 lires [1].

Cette commune a été classée en zone 3 (sismicité basse) selon l’ordonnance PCM n° 3274 du 20/03/2003.

JPEG - 247.5 ko
Village de Vallebona
Cette commune est située à flanc de colline, dominant la vallée du torrent Borghetto.
(Photo : André Laurenti)

VALLECROSIA (PROVINCE D’IMPERIA)
Superficie : 355 ha - Alt. : 5 m
Latitude : 43° 47’ 11 Nord - Longitude : 7° 38’ 26 Est
Population : 754 habitants en 1881 – 6 955 habitants au 30 juin 2019

Vallecrosia Alta est le plus endommagé de tous les villages environnants. Plusieurs maisons se sont complètement effondrées ; beaucoup sont restées dangereuses de sorte qu’elles devront être démolies ; des portions de murs ont été projetées à distance. Quasiment toutes les maisons ont subi des lésions importantes. Le rapport d’expertise des ingénieurs provinciaux évalua les dégâts à 247 745 lires. Deux personnes sont mortes dans une maison totalement détruite et cinq autres ont été blessées [1].
L’église paroissiale, a eu la voûte fissurée ; et les deux clochetons furent également fissurés au niveau de leur voûte. Le village n’est pas édifié sur du rocher, mais sur un effondrement de l’Eocène, il fut endommagé spécialement dans la partie nord [1].

JPEG - 82.9 ko
Village de Vallecrosia (Alta)
Cette localité située en fond de vallée, a subi d’importants dégâts.
(Photos : André Laurenti)

Remarque
Le vieux village affecté par le tremblement de terre est devenu Vallecrosia Alta, mais cette commune s’est depuis développée sur le littoral sous le nom de Piani di Vallecrosia, ce qui explique cet accroissement important de la population entre 1881 et 2019.
Cette commune a été classée en zone 3 (sismicité basse) selon l’ordonnance PCM n° 3274 du 20/03/2003.


SAN BIAGIO DELLA CIMA (PROVINCE D’IMPERIA)
Superficie : 460 ha - Alt. : 100 m
Latitude : 43° 49’ 00 Nord - Longitude : 7° 39’ 00 Est
Population : 966 habitants en 1881 – 1 273 habitants au 30 juin 2019

Les dommages ont été un peu moindres qu’à Sasso di Bordighera, ils ont été évalués à 10 060 lires [1].

Cette commune a été classée en zone 3 (sismicité basse) selon l’ordonnance PCM n° 3274 du 20/03/2003.

JPEG - 158 ko
Village de San Biagio della Cima
Il est situé sur un versant à 100 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

SOLDANO (PROVINCE D’IMPERIA)
Superficie : 358 ha - Alt. : 80 m
Latitude : 43° 50’ 00 Nord - Longitude : 7° 39’ 00 Est
Population : 528 habitants en 1881 - 1015 habitants au 30 juin 2019

Les dommages ont été un peu moindres qu’à Sasso di Bordighera, ils ont été évalués à 8 930 lires [1].

Cette commune a été classée en zone 3 (sismicité basse) selon l’ordonnance PCM n° 3274 du 20/03/2003.

JPEG - 213.3 ko
Village de Soldano
Cette localité est située en fond de vallée en bordure du torrent de Vallecrosia.
(Photo : André Laurenti)

PERINALDO (PROVINCE D’IMPERIA)
Superficie : 2 104 ha - Alt. : 572 m
Latitude : 43° 51’ 00 Nord - Longitude : 7° 40’ 00 Est
Population : 2 022 habitants en 1881 - 846 habitants au 30 juin 2019

Situé un peu à S-S-E d’Apricale, ce village a un peu moins souffert qu’Apricale, mais aussi sévèrement, après avoir été évalué les dommages 89 095 lires [1].

Le séisme a causé de nombreux dégâts aux édifices publics et privés du village. La partie supérieure du campanile de l’église paroissiale de San Nicolo da Bari est tombée [7].

Cette commune a été classée en zone 3 (sismicité basse) selon l’ordonnance PCM n° 3274 du 20/03/2003.

JPEG - 128.6 ko
Village de Perinaldo
Il est situé sur une crête à 572 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)
JPEG - 149.8 ko
Perinaldo
Eglise paroissiale de San Nicolo da Bari.
(Photo : André Laurenti)

Ce territoire de 136 km2 regroupe 17 localités. L’intensité la plus forte de ce secteur s’est portée sur Bussana (Vecchia), estimée à IX avec des dégâts sévères. L’intensité a été importante aussi à Coldirodi (VIII-IX) avec de nombreuses destructions. Il y a eu également quelques destructions dans le centre ancien de Sanremo, dans les villages de Ceriana, Sasso di Bordighera et Perinaldo avec une intensité de VII-VIII.

Localité Nb hab.1887 Morts Blessés Estimation (Lire) Intensité (MCS) INGV Intensité (MSK) Sisfrance Intensité A. Laurenti (EMS 98)
Bussana (Vecchia) 820 53 27 NC IX X IX
Poggio di San Remo NC 1 0 NC VIII ND VIII
Verezzo NC 0 0 NC ND IX VII
Ceriana 2 541 5 12 NC VIII IX VII-VIII
Sanremo 18 760 0 4 NC VIII VIII-IX VII-VIII
San Romolo NC 0 0 NC VIII ND VII
Coldirodi NC 1 7 NC VIII IX VIII-IX
Ospedaletti 517 0 0 NC VI VII-VIII VI
Bordighera 2308 0 0 NC VII VIII VII
Borghetto San Nicolo 544 0 0 47 125 VII VIII VII
Sasso di Bordighera 174 0 0 NC VII VII-VIII VII-VIII
Seborga 339 0 0 10 065 VII VII-VIII VII
Vallebona 1 000 0 0 5 985 VII VII VII
Vallecrosia (Alta) 754 2 5 247 745 VIII VIII-IX VIII
San Biagio della Cima 966 0 0 10 060 VII VII VII
Soldano 528 0 0 8 930 VII VII VII
Perinaldo 2 022 0 0 89 095 VII-VIII VIII VII-VIII

Légende du tableau :
NC : Non Connu - ND : Non Défini
Echelle d’intensité : MCS : Mercalli, Cancani et Sieberg – MSK : Medvedev, Sponheur et Karnik – EMS 98 : European Macroseismic Scale 1998

JPEG - 174.4 ko
Sanremo et ses environs
En rouge, intensités (EMS 98) proposées par A. Laurenti
(Infographie : A. Laurenti, à partir d’un fond de carte Google Maps)

Source documentaire

- Sanremo news : Il terremoto di Bussana del 23 febbraio 1887 - 4 agosto 2019 https://www.sanremonews.it/2019/08/...

- Levret Agnès Grunthal G : Cahier du Centre Européen de Géodynamique et de Séismologie – volume 19 – l’Echelle Macrosismique Européenne – année 2001


[1] TARAMELLI T. et MERCALLI G. "Il terremoto Ligure del 23 febbraio 1887" - Parte IV - Volume VIII - Roma 1888 - Biblioteca Istituto Geologia Universita di Genova

[2] Issel Arturo - "Il terremoto del 1887 in Liguria" - Supplement du Bollettino del R. Comitato geologice d’Italia, 1887 - Roma 1888

[3] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 27 février 1887 (Arch. Dép. Des A. M.)

[4] L’Eclaireur du Littoral : Extrait du journal du 28 février 1887 (Arch. Dép. Des A. M.)

[5] Le Petit Provençal du 27 février 1887 - Gallica BNF

[6] Arturo Issel note « sur le tremblement de terre de la Ligurie » Comptes rendus de l’académie des sciences 1887 – tome 104 p. 662 à 664

[7] GANDOLFO Andrea : la provincia di Imperia – storia, arti, tradizioni


Commentaires

l'actualité Azurseisme

25 novembre - Séisme ligure de 1887 : avancement du projet

Le 23 février 1887, il y a 133 ans, un fort séisme dont l’épicentre était situé en mer au large de (...)

22 septembre - Séisme de Guéret

Un séisme de magnitude 3.5 (source CEA DASE) a été détecté le 22 septembre à 00h06 TU soit à 02h06 (...)

14 août - Séisme à Castellane

Un petit séisme de magnitude 2,2 MLv (Geoazur) a été enregistré par les réseaux sismiques régionaux, (...)