Effets sur la vallée de l’Esteron


L’habitat de l’Estéron

Le bassin de l’Estéron se caractérise par un aspect préalpin très prononcé. Le bâti des villages s’implante pour la plupart, sur crête, en ensellement, sur flanc dominé et en pied de pente.
Le développement de l’habitat dispersé correspond à l’éparpillement de la population qui s’est effectué à partir du XVIIe siècle. Il se distingue essentiellement par l’implantation de fermes isolées ou bien se présente sous la forme de hameau de constructions dispersées ou groupées rassemblant trois à huit maisons.
La plupart des maisons très modestes sont traitées avec des façades de pierre rejointoyées non enduites.
Dans les villages, les angles et les encadrements des ouvertures sont souvent réalisés avec des pierres taillées. Les charpentes sont très sommaires, supportant une couverture en tuile canal.

Le tremblement de terre de 1887

La plupart des dégâts importants que l’on découvre dans ce secteur, à l’exception de Bonson et Toudon, concernent surtout des maisons isolées ou des granges situées dans les campagnes. Ces constructions ont une vulnérabilité supérieure à celle des maisons d’habitation des villages, en raison de leur manque d’entretien et des matériaux employés, plutôt médiocres.
Les intensités les plus élevées de VII-VIII à VIII se sont localisées dans la partie orientale de l’Estéron, liées souvent à la nature des sols, notamment pour Bonson et Toudon.
Aucune victime n’a été mentionnée sur ce territoire.
Par ailleurs, et malgré une relance de la Préfecture à toutes les communes du département, il n’a pas été possible d’obtenir des informations sur les villages de : Collongues, des Mujouls, du Mas et de Briançonnet.

Localité Altitude Nb hab.1886 Morts Blessés Intensité (MCS) INGV Intensité (MSK) Sisfrance Intensité (EMS98) A. Laurenti
Bonson 400 m 381 0 0 VII ND VIII
Gilette 459 m 633 0 0 VI ND VII-VIII
Revest les Roches 853 m 160 0 0 ND VII-VIII VII-VIII
Tourette du Château 940 m 171 0 0 ND ND VI-VII
Toudon 1000 m 504 0 0 VI-VII ND VIII
Pierrefeu 690 m 235 0 0 ND ND VII
Cuebris 525 m 240 0 0 ND ND VII
Roquesteron des Pugets 340 m 450 0 0 ND ND VII
Ascros 1150 m 523 0 0 ND ND VII
Rourebel 1016 m NC 0 0 ND ND VI-VII
Saint-Antonin 800 m 117 0 0 ND ND VII
Sigale 630 m 422 0 0 ND ND VII
La Penne 850 m 291 0 0 ND VII-VIII VII
Aiglun 624 m 187 0 0 ND ND V
Sallagriffon 720 m 97 0 0 ND ND VI-VII
Amirat 960 m 103 0 0 ND ND V
Gars 732 m 216 0 0 ND ND V-VI
Saint-Auban 1 150 m 481 0 0 ND ND V

Légende du tableau :
NC : Non Connu - ND : Non Défini
Echelle d’intensité : MCS : Mercalli, Cancani et Sieberg – MSK : Medvedev, Sponheur et Karnik – EMS 98 : European Macroseismic Scale 1998


Les effets du séisme sur les communes et hameaux

BONSON
Superficie : 672 ha - Alt. : 400 m.
Latitude : 43° 51’ 49 Nord - Longitude : 7° 11’ 26 Est
Population : 381 habitants en 1886 – 737 habitants en 2017
Intercommunalité : Métropole Nice Côte d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1869
Section : B1DEV La Ville,

Les effets

Ce fut la consternation dans cette commune où lors de la première secousse, vers six heures du matin, le quartier entier de la Tour, comprenant quatorze maisons, s’écroula subitement. La plupart des habitants furent retirés de dessous les gravats sains et saufs, les autres eurent le temps de se sauver par les fenêtres. Malgré tout, on ne déplora aucune victime. Les autres habitations du village ressentirent fortement la commotion, et toutes furent plus ou moins lézardées et crevassées, certaines même menacèrent ruine. Les jours suivants, les villageois vécurent dans la crainte et l’angoisse que de nouvelles secousses entraînent la destruction complète du village [1].
Dans un devis estimatif adressé à la Préfecture on apprend que le presbytère a été fortement ébranlé. Des lézardes se sont produites aux murs périphériques et la toiture a été endommagée [2].
Dans un cahier des charges établi pour les réparations de l’église paroissiale et la construction d’un clocher, il est indiqué que le village a été fortement ébranlé et que plusieurs maisons se sont écroulées et d’autres sont fortement lézardées, le clocher ayant perdu son aplomb menace de s’écrouler sur la voûte de l’église a dû être démoli en urgence. La toiture de l’église a été endommagée et nécessite des réparations [3].
Selon un état général établi commune par commune, 52 personnes auraient eu des pertes, treize maisons ont été détruites et cinq partiellement détruites [4].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 6350 fr destinée aux réparations suivantes :
- le presbytère 650 fr.
- l’église et la reconstruction du clocher 4 500 fr
- l’école, le logement de l’instituteur et la mairie 1 200fr [5] [6].

JPEG - 202.1 ko
Bonson
Une partie du village en l’occurrence le quartier de la Tour, est situé sur une écaille relevée de couches rocheuses
(Photo : André Laurenti)

Remarque

Le quartier de la Tour qui a été sévèrement endommagé, est situé sur une écaille relevée des couches de roches. Cette disposition géologique est similaire à la crête sur laquelle se trouvait l’ancien village de Castillon.

JPEG - 146.1 ko
Bonson
Le quartier de la Tour fut sévèrement endommagé par le séisme de 1887
(Photo : André Laurenti)

GILETTE
Superficie : 1 018 ha - Alt. : 459 m.
Latitude : 43° 51’ 01 Nord - Longitude : 7° 09’ 52 Est
Population : 634 habitants en 1886 – 1 596 habitants en 2017
Intercommunalité : Métropole Nice Côte d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1869
Section : F4 La Ville,

Les effets

A part quelques maisons lézardées qui ont légèrement souffert, on peut dire en général que les dégâts ont été insignifiants. Cependant la mairie et l’église subirent des dommages, les plafonds menacèrent ruine. Dans les environs, des maisons de campagne se sont effondrées ou bien ont été fortement ébranlées. Des arbres et des murs de clôture furent renversés par de éboulements [7]. Selon un état général établi commune par commune 71 personnes ont déclaré des pertes, cinq maisons ont été détruites et trois partiellement détruites [8].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 1 300 fr destinée aux réparations suivantes :
- toiture de l’église 1 000 fr.
- l’école et la mairie 300 fr. [9] [10].

JPEG - 234.4 ko
Village de Gilette
Gilette est situé sur un ensellement à 459 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

REVEST-LES-ROCHES
Superficie : 861 ha - Alt. : 853 m.
Latitude : 43° 52’ 53 Nord - Longitude : 7° 09’ 29 Est
Population : 160 habitants en 1886 – 235 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1869
Section : C2 Revest,

Les effets

A six heures, une première secousse très violente fit trembler les habitations jusque dans leurs fondements. Il n’y eut aucune victime à déplorer mais les dégâts matériels furent assez importants. Dans le village, trois propriétaires durent déménager et aller demander l’hospitalité à leurs voisins, leurs maisons ayant été presque entièrement détruites. On déplora en tout et pour tout, une maison détruite, une autre menaçant ruine et enfin cinq partiellement détruites. Dans les campagnes neuf granges et habitations furent également détruites de fond en comble. Dans les environs proches des éboulements se produisirent. En effet des rochers se séparèrent de la montagne au-dessus du Chaudan et roulèrent dans la vallée déracinant sur leur passage, des oliviers [11].
Selon un état général établi commune par commune 25 personnes auraient eu des pertes, quatre maisons ont été détruites et huit partiellement détruites [12].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 2 620 fr destinée aux réparations de l’église et du presbytère [13] [14].

JPEG - 162.5 ko
Village de Revest les Roches
Le village est situé sur un replat à 853 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

TOURETTE DU CHÂTEAU
Superficie : 974 ha - Alt. : 940 m.
Latitude : 43° 53’ 00 Nord - Longitude : 7° 08’ 36 Est
Population : 171 habitants en 1886 – 130 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1869
Section : E3 Tourette,

Les effets

Quatre secousses réveillèrent en sursaut les habitants de la localité. Les dégâts se résumèrent à l’effondrement du toit d’un grenier à foin, à des brèches dans les murs des maisons et à quelques pans de murs tombés dans les rues. Comme en bien d’autres lieux, l’eau de la fontaine coula terreuse pendant une bonne partie de la journée [15].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 1 600 fr. destinée aux réparations suivantes :
- mairie 400 fr.
- église et presbytère 1 200 fr. [16] [17].

JPEG - 199.2 ko
Village de Tourrette du Château
Le village est situé sur une crête dominante à 940 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

TOUDON
Superficie : 1 856 ha - Alt. : 1 000 m.
Latitude : 43° 54’ 05 Nord - Longitude : 7° 06’ 54 Est
Population : 504 habitants en 1886 – 344 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1869
Section : B2DEV Le Village,
Section : D5DEV Vescous,

Les effets

Le séisme a été fortement ressenti dans cette localité, et a causé d’importants dégâts. La presse rapporte que de nombreuses constructions situées dans les quartiers environnants, se sont littéralement effondrées. Quant au village, il a été sérieusement atteint sans malgré tout faire de victime. Pour mieux connaître la situation rencontrée à Toudon, un rapport de visite destiné à prescrire aux propriétaires, les travaux d’urgence qui s’imposent, fut établi par l’agent voyer M. Rancurel Vincent en présence de l’adjoint au maire M. Brun Victor et de deux conseillers municipaux : MM. Brun Jean et Belleudi Antoine. Ce document est important, car il permet de mettre en évidence sur une carte, les parcelles affectées.

JPEG - 253.4 ko
Village de Toudon
Toudon est situé sur un versant dominé à 1 000 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

Ainsi : les maisons n° 496 - 497 - 498 et 500, référencées selon le cadastre de l’époque, situées sur le bord sud du passage qui donne accès au cimetière, se sont effondrées. Il a été demandé aux propriétaires de démolir les pans de murs encore debout et de déblayer les matériaux qui encombrent le passage. Au sud-ouest du village, sur le bord droit du chemin rural du Rayet deux maisons référencées n° 669 et 670 ont eu le côté nord-ouest effondré. Les propriétaires devront démolir les pans de murs qui menacent de tomber sur le chemin. Au n°2 du chemin vicinal de la Cerise, dans la traverse de Toudon, correspondant au n°449 sur le cadastre, le mur sud surplombant la voie publique, s’est complètement lézardé. Il a été préconisé l’étaiement de ce mur et l’étançonnement de l’intérieur de la maison. Au n° 468 situé vis à vis de la façade principale de l’église, l’angle sud-est menace de s’écrouler sur les constructions inférieures. La partie supérieure de l’angle sud-ouest du n° 545, menace de s’écrouler sur l’entrée du passage voûtée située dans la zone basse du village. Dans l’église paroissiale n° 492, la nef a été lézardée de haut en bas et la façade principale s’est désemparée de la voûte. Il conviendra de consolider le bâtiment par des tirants et des ancres de fer et d’édifier des contreforts. Le mur sud du presbytère n° 464, en surplomb a été lézardé. Il devra être reconstruit partiellement et consolidé au moyen de tirants et d’ancres de fer. La toiture sera à refaire. Le bâtiment qui fait office de Mairie, mais aussi de maison d’école et de logement des instituteurs (n°470) a subit d’importants dégâts. L’appartement situé au 3ème est devenu inhabitable. La partie ouest du mur de fac correspondant aux trois étages, est lézardée en divers endroits et principalement à l’angle sud-ouest. L’angle sud-est du n°513 menace ruine, il devra être reconstruit. Au n° 430, la partie supérieure du mur de face, coté est, correspondant aux 3ème et 4ème étages, est totalement désemparée. Les n°439 à 444 - 444bis 445 446 448 et 450 tous ces numéros formaient un pâté de maisons dont la partie sud-est en surplomb est lézardée. Les murs en surplomb devront être démolis et les parties lézardées consolidées au moyen de tirants et d’ancres de fer [18].

JPEG - 72.1 ko
Extrait cadastral de Toudon
Rouge : bâtiments effondrés degré 5
Orange : bâtiments sérieusement lézardés degré 3 à 4
(Cartographie : André Laurenti)

Les murs du cimetière se sont disjoints et le château sur lequel il est assis, a laissé se désagréger un volume important de rochers qui dans leur chute, ont jeté une certaine frayeur chez les habitants. Par ailleurs la chapelle St. Jean a énormément souffert. La voûte, la toiture sont tombées et les murs se sont lézardés, seule la statue du saint est restée debout et intacte au milieu des ruines [19]. A proximité de la chapelle, la maison de l’avocat Antoine Alzial a eu la toiture effondrée et les murs crevassés. Celle de Mme Emeline Lazare, composée de deux étages est toute effondrée.
Au quartier Gabarel trois maisons, l’une munie d’un étage et appartenant à M. Chaix Jean a eu la toiture et le mur Est effondrés. L’autre de M. Brun Zacharie comportant un seul niveau s’est littéralement effondrée ; il en est de même pour la troisième appartenant à M. Brun Lazare et composée de deux étages.
Au quartier du Clot, deux autres bâtisses d’un même propriétaire, l’une composée d’une écurie surmontée par deux étages, l’autre comportant un seul niveau supérieur, se sont à moitié effondrées [20].
Selon un état général établi commune par commune 138 personnes ont déclaré des pertes, neuf maisons ont été détruites et neuf partiellement détruites [21].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 5 200 fr. destinée aux réparations suivantes :
- église
- logement des instituteurs, des classes et de la mairie 700 fr.
- presbytère 2 800 fr.
- cimetière 800 fr. [22] [23].

Sismicité historique
La commune de Toudon a connu un tremblement de terre le 15 février 1644 qui fit de nombreuses victimes et des dégâts importants sur ce village.


PIERREFEU
Superficie : 2 227 ha - Alt. : 690 m.
Latitude : 43° 52’ 33 Nord - Longitude : 7° 04’ 57 Est
Population : 235 habitants en 1886 – 324 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1869
Section : B2 La Ville,

Les effets

Deux maisons, l’une au quartier du Clot et l’autre située au quartier du Planet, ont eu les toitures effondrées et les quatre murs crevassés [24].
Dans le village, sept maisons ont été lézardées : la mairie, la salle de classe, le logement des instituteurs furent sérieusement lézardés devenant inhabitable par temps de pluie. On déplore également l’effondrement partiel de la toiture de deux maisons de campagne et dix autres lézardés [25].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 2 700 fr. destinée aux réparations de la mairie, de l’école mixte et du logement de l’instituteur [26] [27].

JPEG - 133.7 ko
Village de Pierrefeu
Le village est situé sur un ensellement à 690 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

CUEBRIS
Superficie : 2 310 ha - Alt. : 525 m.
Latitude : 43° 53’ 16 Nord - Longitude : 7° 01’ 16 Est
Population : 240 habitants en 1886 – 172 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1869
Section : E1DEV Le Village,

Les effets

A 6 h 03 une forte secousse d’une durée d’environ 30 " a fortement ébranlé le pays [28]. Le toit d’une petite grange de campagne et une muraille du vieux château en ruine qui domine le village se sont écroulés. Les autres dégâts sont presque insignifiants, les murs lézardés de quelques maisons seront vite réparés. Par ailleurs des rochers ont roulé des montagnes environnantes [29].
Selon l’état établi par la Sous Préfecture la toiture et la voûte de l’église sont à réparer, une maison de campagne est effondrée, une autre s’est en partie effondrée, idem pour une grange et plusieurs maisons ont fortement été lézardées au quartier de Monache [30].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 3 520 fr. destinée aux réparations de l’église et du presbytère [31] [32].

JPEG - 264.8 ko
Village de Cuébris
Cuebris est situé sur un ensellement à 525 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

ROQUESTERON DES PUGETS
Superficie : 647 ha - Alt. : 340 m.
Latitude : 43° 52’ 29 Nord - Longitude : 7° 00’ 19 Est
Population : 450 habitants en 1886 – 581 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1869
Section : A2 Le Village,

Les effets

Le séisme a semé la terreur chez les habitants. Les secousses se sont produites à trois reprises différentes et ont été d’une égale intensité. La première d’une durée de quelques secondes, s’est opérée horizontalement et a violemment agité les maisons. De nombreux rochers se détachèrent de la montagne où est adossé le village. Presque toutes les maisons ont souffert et sont lézardées. La deuxième secousse a été de plus courte durée mais plus forte que la première. Par contre, la troisième a été moins intense. Dans la journée d’autres secousses se sont produites verticalement. les habitants épouvantés se sont précipités hors de leurs demeures et sont allées, à peine vêtus, chercher refuge loin des maisons. Dans le village des quantités de cheminées furent renversées. L’église et le bâtiment communal où se trouve la mairie, la salle d’école et le logement du couple d’instituteurs ont particulièrement souffert [33].
Selon un état général établi commune par commune 77 personnes ont déclaré des pertes, trois maisons ont été partiellement détruites [34].
Dans un rapport de la Sous-Préfecture on déplore des lézardes à presque toutes les maisons. L’église et le bâtiment communal où se trouvent la mairie, la salle d’école et le logement des enseignants ont particulièrement souffert, et nécessitent quelques réparations, mais pas de dangers imminents [35].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 4 250 fr. destinée aux réparations suivantes :
- mairie 1 250 fr.
- transfert du cimetière 800 fr.
- église et presbytère 2 200 fr. [36] [37].

JPEG - 258.3 ko
Village de Roquesteron des Pugets
Roquesteron est situé en pied de pente à 340 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

ROQUESTERON DE GRASSE
Superficie : 2 398 ha - Alt. : 340 m.
Latitude : 43° 52’ 18 Nord - Longitude : 7° 00’ 20 Est
Population : 149 habitants en 1886 – 77 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté d’agglomération de Sophia Antipolis

Cadastre Napoléonien de 1841
Section : B1 Bréguée,

Les effets

Selon un état général établi commune par commune 14 personnes ont déclaré des pertes, aucun dégât n’est mentionné [38].
Un autre document mentionne 14 maisons endommagées, aucune n’a été détruite ou bien en partie détruite [39].

Remarque
C’est en 1760 lorsque la rivière Estéron devint la frontière entre la France et la Maison de Savoie, ainsi Roquestéron de Grasse devint français et se trouva détaché de Roquestéron. En novembre 2015, Roquestéron de Grasse change de dénomination, cette petite commune s’appelle désormais Roque en Provence.

JPEG - 256 ko
Village de Roquesteron de Grasse
Cette petite commune est située en fond de vallée à 340 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

ASCROS
Superficie : 1 774 ha - Alt. : 1 150 m.
Latitude : 43° 55’ 19 Nord - Longitude : 7° 00’ 52 Est
Population : 523 habitants en 1886 – 169 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1867
Section : C1DEV Village,

Les effets

Les dégâts furent dans l’ensemble peu nombreux. Toutefois, la maison d’habitation appartenant à M. Alziari Benoît, a été fortement endommagée. En effet, la façade donnant vers le midi ainsi que la toiture, sont tombées. Il ne resta que l’écurie servant de gîte.
Par ailleurs trois granges, composées d’une écurie et d’un grenier à fourrage, se sont complètement écroulées [40].
Selon un état général établi commune par commune 10 personnes ont déclaré des pertes, cinq maisons ont été détruites et une partiellement détruite [41].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 3 520 fr. destinée aux réparations de l’église et du presbytère [42] [43].

JPEG - 232.6 ko
Village d’Ascros
Ascros est situé sur un versant à 1 150 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

ROUREBEL
Alt. : 1 016 m.
Latitude : 43° 55’ 12 Nord - Longitude : 6° 59’ 24 Est
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1867
Section : D2 Rorebel,

Remarque
Ce hameau dépend de la commune d’Ascros

Les effets

A la première secousse, le sol s’abaissa de 75 cm et repris sa forme initiale, à la cinquième. Plusieurs maisons se lézardèrent et l’eau de la fontaine coula trouble pendant 24 h. La terre est crevassée. Des blocs énormes détachés de la montagne, obstruèrent le chemin vicinal de Rourebel à St. Antonin [44].

JPEG - 237.7 ko
Hameau de Rourebel
Ce hameau est situé sur un versant dominé
(Photo : André Laurenti)

SAINT-ANTONIN
Superficie : 644 ha - Alt. : 800 m.
Latitude : 43° 54’ 41 Nord - Longitude : 6° 58’ 51 Est
Population : 117 habitants en 1886 – 93 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1869
Section : A2 Le Village,

Les effets

Le tremblement de terre a jeté l’effroi dans cette commune. Le vieux presbytère s’est fendu à deux endroits, de sorte qu’il y a danger à l’habiter. Une maison vis à vis du presbytère, s’est écroulée avec un grand fracas, personne ne se trouvait dedans. On raconte que la mère du curé est presque folle de terreur. Plusieurs cheminées sont tombées, l’église est toute crevassée et le clocher menace de tomber [45].
Du haut en bas des maisons, à tous les étages, tout était en branle, meubles, assiettes, tables [46].
Dans les environs les accidents sont nombreux et sérieux. Le clocher, l’église, le presbytère et deux ou trois maisons sont fortement lézardées [47].

JPEG - 195.8 ko
Village de Saint-Antonin
Cette commune est située sur un versant à 800 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

SIGALE
Superficie : 562 ha - Alt. : 630 m.
Latitude : 43° 52’ 24 Nord - Longitude : 6° 57’ 55 Est
Population : 422 habitants en 1886 – 198 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1869
Section : B2 La Ville,

Les effets

Beaucoup de maisons furent endommagées et plusieurs détruites [48].
Celle appartenant à M. Bertolini Vincent, inspecteur des douanes italiennes en retraite, située au quartier St. Sébastien, a eu la toiture et le premier étage d’effondrés, elle est devenue inhabitable. Une seconde située au Pont de Sigale, composée de deux écuries, d’un étage d’habitation et d’un grenier à foin, est également effondrée.
Selon un état général établi commune par commune 85 personnes ont déclaré des pertes, une maison a été détruite et deux partiellement détruites [49].
Dans un autre état établi par l’agent voyer de la commune, les dégâts sont énumérés comme suit : Hôtel de ville et maison d’école : lézardes dans les murs, flexion du mur de face, dégradations dans les planchers. Chapelle Saint-Sébastien : lézardes dans l’avant corps servant d’abri. Chapelle Notre Dame : complètement lézardée et crevassée sur tous les points. Maison hoirs Gastaud Jean Baptiste : un angle de la maison complètement séparé du mur. Maison de campagne de Thomel François : lézardes très importantes dans les murs. Maison de campagne de Guérin : effondrement du toit [50].
Selon la répartition de l’emprunt départemental pour la réparation ou la reconstruction des édifices publics, il a été attribuée la somme de 5 400 fr. destinée aux réparations des bâtiments contenant les écoles et le logement de l’instituteur [51] [52].

JPEG - 217 ko
Village de Sigale
Sigale est situé sur un versant à 630 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

LA PENNE
Superficie : 1 808 ha - Alt. : 850 m.
Latitude : 43° 55’ 45 Nord - Longitude : 6° 56’ 59 Est
Population : 291 habitants en 1886 – 221 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1867
Section :C1DEV Le Village,

Les effets

Les maisons du village sont presque toutes crevassées, on ne déplore aucune victime [53].
Deux habitations appartenant au Marquis de la Penne, Consul d’Italie en Angleterre et à M. Alziari Charles, ont été fortement endommagées. La propriété du Marquis est fissurée à l’intérieur et des lézardes sont apparues sur les façades est et ouest. Les poutres sont sorties de leur pivot et la toiture s’est effondrée sur six mètres carré. Celle d’Alziari a été éprouvée dans son ensemble et la toiture s’est écroulée [54].
Par ailleurs une maison au quartier Champ Baudoin et une au quartier Arrine se sont écroulées [55].
Selon un état général établi commune par commune 17 personnes ont déclaré des pertes, une maison a été détruite et une partiellement détruite [56].

JPEG - 195.7 ko
Village de la Penne
La Penne est située sur un versant à 850 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

AIGLUN
Superficie : 1 537 ha - Alt. : 624 m.
Latitude : 43° 51’ 30 Nord - Longitude : 6° 54’ 54 Est
Population : 187 habitants en 1886 – 91 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1835
Section : A1 Aiglun et Vascougnes,

Les effets

Dans cette localité, le séisme a été accompagné d’un bruit sourd. Dans un intervalle de trois secondes, deux fortes secousses d’une durée de quelques secondes ont ébranlé les maisons et fait vaciller les meubles [57].

JPEG - 220 ko
Village d’Aiglun
Aiglun est situé sur un versant dominé à 624 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

SALLAGRIFFON
Superficie : 959 ha - Alt. : 720 m.
Latitude : 43° 53’ 02 Nord - Longitude : 6° 54’ 28 Est
Population : 97 habitants en 1886 – 49 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté de communes Alpes d’Azur

Cadastre Napoléonien de 1835
Section : B1 L’Hubac et le Mont,

Les effets

Toutes les cheminées du village ont été renversées et beaucoup de toits se sont écroulés [58].
Il est fait état de réparation à l’église et au presbytère [59]

JPEG - 171.9 ko


AMIRAT
Superficie : 1 295 ha - Alt. : 860 m.
Latitude : 43° 53’ 29 Nord - Longitude : 6° 49’ 30 Est
Population : 103 habitants en 1886 – 67 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté d’agglomération du Pays de Grasse

Cadastre Napoléonien de 1836
Section : C2 Notre-Dame et Amirat, Amirat
Section : A2 L’Hubac, L’Hubac

Les effets

Une lettre du maire adressée au Préfet indique que « fort heureusement nous n’avons ici aucun dégâts à vous signaler, ou du moins les quelques dommages que nous avons eu à souffrir du tremblement de terre sont tout à fait insignifiant ».

JPEG - 201.8 ko
Village d’Amirat
Amirat est situé sur un versant à 860 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

GARS
Superficie : 1 557 ha - Alt. : 732 m.
Latitude : 43° 51’ 59 Nord - Longitude : 6° 48’ 14 Est
Population : 216 habitants en 1886 – 72 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté d’agglomération du Pays de Grasse

Cadastre Napoléonien de 1835
Section : B1 Gars et l’Adrech, Gars

Les effets

Trois secousses furent ressenties avec un mouvement d’ouest-est. La première dura au moins trente à quarante secondes et l’ébranlement fut si violent que tout craquait ou s’entrechoquait. Les portes s’ouvrirent, des poules furent jetées de leur perchoir, la marche des pendules s’interrompit et dans les maisons de campagne situées à une demi-heure du village, un four et une cheminée s’écroulèrent. Malgré tout aucun accident ne fut déploré [60].

JPEG - 233.2 ko
Village de Gars
Cette commune est située sur un versant dominé à 732 m d’altitude.
(Photo : André Laurenti)

SAINT AUBAN
Superficie : 4 254 ha - Alt. : 1 150 m
Latitude : 43° 50’ 57’’ Nord - Longitude : 6° 43’ 38’’ Est
Population : 481 habitants en 1886 – 222 habitants en 2017
Intercommunalité : Communauté d’agglomération du Pays de Grasse

Cadastre année 1835
Section/Feuille A4(1)

Les effets
Une lettre du Maire de la commune adressée au Préfet le 4 mars 1887 indique ceci : Conformément à vos ordres, j’ai l’honneur de vous informer que la commune de Saint-Auban n’a heureusement pas beaucoup souffert du tremblement de terre. Il n’y a qu’un seul propriétaire, le sieur Fouques Ferdinand qui a eu des dégâts évalués d’après les maçons à la somme de 100 fr. Pour tout le restant personne n’a eu le moindre mal ainsi que les édifices communaux [61].

JPEG - 214.9 ko
Village de Saint-Auban
Saint-Auban est situé sur un versant dominé à 1 150 m d’altitude
(Photo : André Laurenti)

Documentation

- Levret Agnès Grunthal G : Cahier du Centre Européen de Géodynamique et de Séismologie – volume 19 – l’Echelle Macrosismique Européenne – année 2001


[1] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 27 février 1887 - Arch. Départ. Des Alpes-Maritimes

[2] Devis estimatif des travaux à exécuter au presbytère approuvé par la préfecture le 12 mai 1888 - Arch. Départ. Des Alpes-Maritimes

[3] Cahier des charges consacré aux réparations à l’église paroissiale et à la construction d’un clocher établi en novembre 1888 – Dossier 020 O157 - Arch. Départ. Des Alpes-Maritimes

[4] Etat présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. Des A. M.

[5] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[6] Le Petit Niçois du 14 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[7] Sous Préfecture : Situation dans les communes en date du 2 mars 1887 d’après les renseignements fournis par les gendarmeries et les mairies - Arch. Dép. Des A. M.

[8] Etat présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. Des A. M.

[9] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[10] Le Petit Niçois du 14 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[11] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 25 février 1887 (Arch. Départ. Des Alpes-Maritimes

[12] Etat présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. Des A. M.

[13] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[14] Le Petit Niçois du 14 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[15] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 25 février 1887 (Arch. Départ. Des Alpes-Maritimes

[16] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[17] Le Petit Niçois du 14 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[18] Rapport établi par la Mairie de Toudon sur les bâtiments en état de péril en date du 29 février 1887 - Arch. Départ. Des Alpes-Maritimes

[19] Le Petit Niçois : Extrait du journal du 1er mars 1887 - Arch. Départ. Des Alpes-Maritimes

[20] Rapport de gendarmerie, brigade de Roquesteron en date du 27 février 1887 - Dos 1M 16164 à 16172 - Arch. Départ. Des Alpes-Maritimes

[21] Etat présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. Des A. M.

[22] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[23] Le Petit Niçois du 14 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[24] Rapport de gendarmerie, brigade de Roquestéron en date du 27 février 1887 ( Dos 1M 16164 à 16172 Arch. Départ. Des Alpes-Maritimes

[25] Sous Préfecture : Situation dans les communes en date du 2 mars 1887 d’après les renseignements fournis par les gendarmeries et les mairies - Arch. Dép. Des A. M.

[26] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[27] Le Petit Niçois du 14 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[28] Le Phare du Littoral : Extrait du journal du 24 février 1887 n°5809 24ème année Fonds Louis Cappatti pro 139 - Bibliothèque des Chevaliers de Cessole – Musée Masséna Nice

[29] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 2 mars 1887 (Arch. Dép. Des A. M.

[30] Sous Préfecture : Situation dans les communes en date du 2 mars 1887 d’après les renseignements fournis par les gendarmeries et les mairies (Arch. Dép. Des A. M.

[31] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[32] Le Petit Niçois du 14 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[33] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 26 février 1887 (Arch. Dép. Des A. M.

[34] État présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. Des A. M.

[35] Sous Préfecture : Situation dans les communes en date du 2 mars 1887 d’après les renseignements fournis par les gendarmeries et les mairies - Arch. Dép. Des A. M.

[36] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[37] Le Petit Niçois du 14 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[38] Sous Préfecture : Situation dans les communes en date du 2 mars 1887 d’après les renseignements fournis par les gendarmeries et les mairies (Arch. Dép. Des A. M.

[39] Dossier 1M 982 - 1M 983 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[40] Rapport de gendarmerie, brigade de Roquestéron en date du 27 février 1887 - Dos 1M 16164 à 16172 - Arch. Départ. des Alpes-Maritimes

[41] État présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. Des A. M.

[42] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[43] Le Petit Niçois du 14 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[44] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 28 février 1887 - Arch. Dép. des A. M.

[45] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 27 février 1887 - Arch. Dép. Des A. M.

[46] Le Phare du Littoral du samedi 26 février 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[47] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 28 février 1887 - Arch. Dép. Des A. M.

[48] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 26 février 1887 - Arch. Dép. Des A. M.

[49] État présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. Des A. M.

[50] Etat dressé par l’agent voyer de la commune - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[51] Le Petit Niçois du 23 août 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[52] Le Petit Niçois du 14 novembre 1887 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[53] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 26 février 1887 - Arch. Dép. Des A. M.

[54] Rapport de gendarmerie, brigade de Puget Théniers en date du 28 février 1887 - Dos 1M 16164 à 16172 - Arch. Départ. des Alpes-Maritimes

[55] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 28 février 1887 - Arch. Dép. Des A. M.

[56] État présentant par communes le nombre de maisons détruites, très endommagées et partiellement détruites - Arch. Dép. Des A. M.

[57] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 26 février 1887 - Arch. Dép. Des A. M.

[58] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 26 février 1887 - Arch. Dép. Des A. M.

[59] Administration de la commune de Sallagriffon - ref. 02O1104-02O1105 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes

[60] L’Éclaireur du Littoral : Extrait du journal du 26 février 1887 - Arch. Dép. Des A. M.

[61] Dossier 1M 982 -1M 983 - Archives Départementales des Alpes-Maritimes


Commentaires

l'actualité Azurseisme

22 septembre - Séisme de Guéret

Un séisme de magnitude 3.5 (source CEA DASE) a été détecté le 22 septembre à 00h06 TU soit à 02h06 (...)

14 août - Séisme à Castellane

Un petit séisme de magnitude 2,2 MLv (Geoazur) a été enregistré par les réseaux sismiques régionaux, (...)

5 août - Séisme historique ligure de 1887

Azurseisme.com vous propose une carte macrosismique en cours de réalisation, sur la répartition (...)