A propos de la crise sismique en Ubaye

dimanche 19 avril 2015

La production de séismes semble s’accroître dans le massif du Parpaillon depuis le début du mois d’avril 2015. Les chercheurs du laboratoire de Grenoble (Sismalp) envisagent trois hypothèses dont l’une n’exclut pas un nouvel événement de forte magnitude.
Bien que l’activité continue à se manifester à l’extrémité de l’essaim au niveau du vallon au pied du Grand Bérard, c’est essentiellement dans le nord de l’essaim que se concentrent les séismes depuis début avril correspondant au secteur Est de l’arête du Parpaillon. Selon Sismalp les épicentres s’y alignent dans une direction SW - SE et donc perpendiculaire à la direction générale de l’essaim.
L’activité récemment observée traduit alors une tentative d’utiliser un autre réseau de failles toujours orientées NW - SE. Sismalp envisage trois scénarios dans les mois (ou les années ?) à venir (voir carte ci-dessous) :

1) - migration de l’activité vers le nord-ouest en direction des Hautes Alpes passant à proximité de la Chalp.

2) - l’autre possibilité est qu’un séisme éventuellement de forte magnitude se produise un jour sur la baïonnette, décalant les deux essaims 2003-2004 (bleu) et l’actuel (vert). Le secteur se situerait à moins de 2 km à l’ouest de la station de Sainte-Anne.

3) - dernier scénario le plus probable est une réactivation sporadique de l’essaim existant sans migration supplémentaire. Cela comblerait la lacune sismique située à environ 5 km au sud-est de Crévoux.

PNG - 696.8 ko
Extrait Google Earth
Illustration des propos
(Infographie : André Laurenti)


Répondre à cette brève

Toute l'actualité Azurseisme