Nouveau séisme en Italie Centrale

dimanche 30 octobre 2016

Un nouveau séisme de magnitude 6.5 s’est produit en Italie Centrale le 30 octobre à 6h40 TU soit à 7h40 heure locale. Il a été localisé à la limite des Marches et de l’Ombria entre les provinces de Macerata, Pérouse et Ascoli Piceno. L’épicentre se situe à 7 km au Sud-Ouest de Castelsantangelo Sul Nera (281 hab.), à 5 km au Nord de Norcia (4957 hab.) et à 17 km au Nord-Ouest d’Arquata del Tronto (source INGV).
Il s’agit du plus fort séisme enregistré depuis le début de cette séquence en cascade initiée le 24 août dernier. Ce nouvel événement se situe dans la zone déjà intéressée par les précédents séismes du 24 août et du 26 octobre. Ainsi, la zone affectée par cet épisode sismique devient plus grande, allant de Leonessa jusqu’à la province d’Ancône.

PNG - 449.1 ko
Situation complexe de lal séquence sismique initiée e 24 août
Les deux séismes du 24 août en blanc au sud, les deux autres étoiles blanches au Nord correspondent aux 2 séismes du 26 octobre et en rouge le tout dernier, celui du 30 octobre. (Source : INGV)

Les répliques
Selon l’INGV, à la date du 6 novembre 17h et depuis le séisme du dimanche 30 octobre, 3700 répliques ont été détectées sur l’aire intéressée de ce mois, dont 335 de magnitude comprise entre 3 et 4 et 20 de magnitude comprise entre 4 et 5.
Depuis le 24 août plus de 23 900 répliques se sont produites dont 682 de magnitude comprise entre 3 et 4 et 41 de magnitude comprise entre 4 et 5 et enfin 5 avec une magnitude supérieure ou égale à 5.

Les effets  :
On compte une vingtaine de blessés, trois personnes ont été retirées vivantes des décombres à Tolentino et six autres à Norcia. Dans cette dernière localité, trois mille personnes ont été déplacées. Les dégâts sont importants, une centaine de communes ont été endommagées, on déplore de nombreux effondrements à Preci déjà endommagé le 26 octobre. Egalement pour le village de Castelluccio di Norcia qui est dévasté, sa partie supérieure a été pratiquement rasée. La basilique San Benedetto et la cathédrale de Santa Maria Argentea de Norcia se sont écroulées.
Selon la presse "il Messagero" 40 000 personnes ont été déplacées depuis le début de cette séquence sismique initiée le 24 août. Au moins une centaine de communes de la région des Marches ont signalé des dégâts, 25 000 personnes sont sans abri.

Eboulements
Ce séisme a produit également de nombreux glissements de terrain dont l’un d’un volume d’environ 600 000 m3 a eu lieu le long de la gorge de Nera, près du village de Visso et à environ 8 km de l’épicentre. Cet éboulement a obstrué le cours d’eau formant un lac en amont qui a inondé la route. Actuellement, la rivière coule à nouveau, contournant le barrage artificiel.
(source : AGU Blogosphere)

Autre phénomène
Un petit cratère de boue s’est ouvert dans un champ agricole de Santa Vittoria in Matenano (province de Fermo dans la région des Marches). Du sol s’échappe une matière grise argileuse qui s’est répandue sur une partie du terrain. Ce phénomène est probablement lié à la séquence sismique en Italie centrale, dont la zone épicentrale n’est pas très loin de là.

PNG - 460.4 ko
Volcan de boue
La boue grise s’est répandue sur le champ.
(Photo : Meteoweb)

Etude des failles
Le mécanisme focal de ce nouveau tremblement de terre est tout à fait semblable à ceux des séismes précédents, tous ces événements ont pour origine des failles orientés SSE-NNO. L’analyse des données géodésiques et des répliques permettra de comprendre les relations entre l’ensemble de ces événements.

GIF - 12.8 ko
Séisme du 30 octobre
Signal enregistré par la station du lycée André Honnorat de Barcelonnette. (Source : S. Lecourtier Lycée André Honnorat)

Etude des données satellitaires

L’Institut national de géophysique et de volcanologie (INGV) - Groupe de travail SAR du Centre National des tremblements de terre, a étudié les données radar acquises par les satellites de la constellation Sentinel-1 du programme Europeo Copernicus. L’exploitation des données ont permis de reconstituer les mouvements de sol en utilisant la technique d’interférométrie SAR différentielle. Ces investigations font apparaître une zone en forme d’ellipse où se sont produit les mouvements de sol les plus importants. Cette aire est plus étroite au Nord et plus large au Sud, elle s’étend sur une longueur de 40 km pour une largeur d’environ 15 km.
Vers l’intérieur de l’ellipse, l’abaissement du sol augmente à proximité du village de Castelluccio di Norcia d’environ 70 cm sur la verticale. En dehors de l’ellipse à l’Est et à l’Ouest le sol s’est soulevé de quelques centimètres. _

Sismicité historique

La sismicité historique de cette zone est assez pauvre et ne permet pas de remonter au-delà du XVIIIe siècle. La pauvreté des connaissances est typique des zones de montagne peu peuplées. L’histoire officielle est généralement plus axée sur les événements concernant les villes, les centres de pouvoir politique, culturel et économique et consacre donc peu d’attention aux secteurs montagneux.
Toutefois, plusieurs tremblements de terre ont à plusieurs reprises dévasté Norcia, Visso. Le plus ancien remonte à décembre 1328 avec une intensité de IX-X à Norcia et Visso.
Un autre événement important est celui du 12 mai 1730 qui a eu une intensité de IX à Norcia, il a largement endommagé la zone située entre Visso et Leonessa. Il faut aussi mentionner celui du 22 Août 1859 à Norcia avec une intensité de VIII-IX.
Mais le tremblement de terre le plus importante de la zone de Valnerina est celui du 14 Janvier 1703 (Mw 6.9), un événement catastrophique qui a dévasté des dizaines de villages et a fait des dégâts plus élevés et mineurs à Rome. Norcia a été complètement détruite, comme Cittareale, Accumoli, Antrodoco et beaucoup d’autres endroits entre la Valnerina et le Reatino. Enfin, le tremblement de terre du 19 Septembre 1979 (Mw 5.8), le dernière le plus significatif de Valnerina, qui a causé des dommages graves à Norcia avec une intensité de VIII, une intensité de VII à Preci et Visso , et VI-VII pour les localités d’Ussita et Castelsantangelo sul Nera.
En ce qui concerne la sismicité récente, la zone actuellement touchée est située entre celle activée par le tremblement de terre de 1997 en Ombrie-Marche et au sud par celle de l’Aquilla en 2009.



Répondre à cette brève